Adidas s'oppose à la liquidation de Rockport pour une dette de 54 millions de dollars

En faillite, la marque de chaussures américaines Rockport cherche à tout prix à se faire racheter pour se prémunir de nouveaux dégâts collatéraux. Mais son ancien propriétaire, Adidas, cherche à empêcher la procédure, affirmant au tribunal qu'il perdra 54 millions de dollars si la vente se poursuit selon les mêmes modalités.


Facebook: Rockport

Adidas a déposé une objection officielle contre la vente de Rockport, affirmant au tribunal que « la vente de l'entreprise Rockport en 2015 a obligé Adidas à mettre en oeuvre une transition de ses activités sur ses marchés étrangers », transition qui lui a pris deux ans.

Rockport cherche à tout prix à conclure une vente initiée par CB Marathon Opco LLC, filiale de Charlesbank Capital Partners, qui a proposé de racheter l'entreprise pour 150 millions de dollars (près de 129 millions d'euros). Le problème, c'est qu'Adidas est le second créancier principal de la procédure de faillite, ce qui signifie qu'il pourrait ne jamais récupérer l'impressionnante somme d'argent qu'on lui doit si le tribunal approuve la vente.

L'équipementier allemand avait attiré Rockport dans son escarcelle en 2005, quand il avait racheté Reebok, la maison mère de la marque depuis 1986. Adidas avait ensuite cédé la marque en 2015, pour environ 280 millions de dollars (près de 240 millions d'euros), à ses propriétaires actuels, New Balance et la société financière privée Berkshire Partners LLC. Selon l'accord de vente, Adidas devait faciliter la transition pour la marque et lui prêter son expertise sur les marchés étrangers, une opération dont Adidas prétend désormais qu'elle lui a coûté 54 millions de dollars.

Rockport s'était placée sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites au mois de mai. Dans son dépôt initial, la marque de chaussures avait classé Adidas comme son second créancier non garanti, précisant qu'il lui devait 58 millions de dollars (environ 50 millions d'euros) au total. Rockport avait également cité Reebok comme son troisième créancier non garanti, avec une dette impressionnante de 12 millions de dollars (un peu plus de 10 millions d'euros).

Adidas, connu pour protéger activement ses droits de propriété intellectuelle, avait ajouté dans ses documents judiciaires qu'il n'avait pas encore donné son consentement pour que Rockport utilise ses droits. L'entreprise allemande avait dit très clairement qu'elle ne s'opposait pas à la vente de l'entreprise en elle-même et qu'elle souhaitait même collaborer avec Rockport, mais qu'elle n'était pas d'accord avec les conditions actuelles de la vente, telles qu'elles ont été soumises au tribunal.

Rockport a depuis intenté un procès contre Adidas et Reebok afin d'étouffer les réclamations d'Adidas. Ni Adidas, ni Reebok n'ont fait de réponse officielle pour le moment.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresSportMode - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER