×
6 564
Fashion Jobs
PVH
Chef de Projet Digital Tommy Hilfiger
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes - Paris/Ile de France (H/F)
CDI · PARIS
CAMAÏEU
Contrôleur de Gestion Commercial H/F
CDI · ROUBAIX
CAMAÏEU
Contrôleur de Gestion Achats Confirmé H/F
CDI · ROUBAIX
APPROACH PEOPLE
Hrpb Retail Anglais & Espagnol Courant H/F
CDI · BAYONNE
VENTE-PRIVEE.COM
Responsable Des Ressources Humaines H/F
CDI · SAINT-DENIS
SAPIANCE RH
Directeur Commercial Moyen Orient (H/F)
CDI · DUBAÏ
COURIR
Contrôleuse/Contrôleur de Gestion Réseau - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Relation Clients H/F
CDI · SAINT-OUEN
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · PARIS
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · TOULOUSE
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · LILLE
LA HALLE
Chargé(e) CRM H/F
CDI · PARIS
CALZEDONIA SIEGE
Coordinateur(Trice) Travaux et Maintenance - CDI 35h
CDI · PARIS
ORIGINAL BTC FRANCE
Chargé(e) d'Affaires Prescription / Retail
CDI · PARIS
MONCLER
HR Business Partner France Belgique Genève
CDI · PARIS
ETAM
Chef de Produits/Acheteur Swimwear H/F
CDI · CLICHY
MICHAEL PAGE
Directeur Ressources Humaines H/F
CDI · BOURG-EN-BRESSE
MONOPRIX
Responsable Bureau d'Etudes PAP (f/h) f/h
CDI · CLICHY
PROMOSTYL
Coordinateur Commercial International
CDI · PARIS
HERMES SERVICES GROUPES
Responsable Services Logistique Manutention et Propreté H/F
CDI · PANTIN
BALENCIAGA S.A.
Balenciaga - HR Business Partner Corporate
CDI · PARIS
Publicités

Aeffe, un bénéfice encore en recul sur neuf mois

Publié le
today 13 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Comme pour le premier semestre, Aeffe ralentit sur les neuf premiers mois de 2019. Pénalisées par un contexte économique compliqué, les ventes du groupe de mode italien ont diminué surtout sur le segment du prêt-à-porter, alors que coûts et investissements ont augmenté. Seule Moschino s’inscrit en croissance, tandis que les marques Alberta Ferretti et Philosophy sont en recul et les souliers Pollini restent stables. Résultat : entre janvier et septembre, le chiffre d’affaires progresse d'un petit 1,7 % à 269 millions d’euros (+1,4 % à taux de change constant).
 

Moschino reste la locomotive d'Aeffe - © PixelFormula


Quant aux principaux indicateurs de l’entreprise, qui produit aussi en licence les collections de Jeremy Scott et de Cédric Charlier, ils sont à la baisse. La société met en avant les résultats mitigés de l’habillement, dont les ventes, qui pèsent 68 % sur l’ensemble du chiffre d’affaires, ont diminué de 1,3 %, tandis que celles de la division maroquinerie et chaussures ont bondi de 9,1 % tirées notamment par le succès des accessoires Moschino, véritable locomotive d’Aeffe, puisqu’elle représente 74 % des ventes totales de l'entreprise.
 
A cette baisse des ventes s’est ajoutée une hausse des coûts pour la production, le marketing, la recherche et développement, mais aussi pour le recrutement de « figures professionnelles stratégiques, afin de promouvoir la désirabilité et la différentiation des marques du groupe », explique ce dernier dans un communiqué. Les investissements pour continuer de promouvoir leur positionnement et s’assurer une juste visibilité ont aussi augmenté, tout comme les ressources nécessaires à renforcer l’e-commerce.

Le groupe a vu ainsi son bénéfice net chuter de 16,7 %, passant de 16,1 millions d’euros au 30 septembre 2018 à 13,4 millions un an plus tard, sans tenir compte des effets dérivant de la première application du principe comptable IFRS 16. En appliquant ce principe, le bénéfice semestriel s’affiche en fait à 13,2 millions.
 
Le résultat brut opérationnel (Ebitda) s’élève pour sa part  à 46,1 millions d’euros, mais à 33,8 millions sans l’effet IFRS 16, ce qui se traduit, par rapport aux neuf premiers mois de 2018, par une hausse de 24 %, mais par un recul de 8,8 % en comparant les données sans cet impact comptable.

Avec 199,4 millions d’euros de recettes, Moschino enregistre sur les neuf premiers mois de l'année une hausse de ses ventes de 4,8 % à taux de change constant, tandis que les ventes d’Alberta Ferretti plongent de 16,6 %, celle de la ligne jeune Philosophy by Lorenzo Serafini diminuent de 3 % et l’activité des licences de 10,3 %.
 
Mais le président exécutif de la société, Massimo Ferretti se veut optimiste : « Dans un contexte de marché incertain caractérisé par des turbulences sur des pays significatifs pour nous, nous évaluons de manière positive les résultats des neuf premiers mois, estimant que le plan d’investissements entrepris l’an dernier dans les domaines de recherche et développement, production et marketing contribuera au renforcement du positionnement stratégique de nos marques à l’international ».

L’Italie, principal marché du groupe de San Giovanni in Marignano, près de Rimini, avec une part de 46,5 %, est, en effet, encore en souffrance avec une baisse des ventes de 2,9 %, tandis que sur la période les débouchés à l'export les plus importants pour Aeffe progressent : Europe sans Italie (+2,2 %), Asie et reste du monde (+9,9 %), représentant respectivement 23 et 25 % du chiffre d’affaires. La Grande Chine avec une hausse des ventes de 8 % et la Corée du sud avec +35% se sont révélées particulièrement dynamiques. Les Etats-Unis, avec une incidence seulement de 5% sur les ventes, restent stable (+0,4 %).
 
Au 30 septembre, Aeffe dénombre 63 boutiques en gestion directe et 176 en franchise, le retail contribuant à hauteur de 27 % des revenus du groupe avec une croissance de 8,8 % sur la période.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com