Aeffe voit son bénéfice bondir de 46 % en 2018

L’Italien Aeffe voit ses résultats exploser à nouveau en 2018. Le groupe, actif à travers ses marques propres (Alberta Ferretti, Philosophy, Moschino et les souliers Pollini) et plusieurs licences (Jeremy Scott et Cédric Charlier), annonce « une hausse significative de la marge et du bénéfice », grâce à la progression de tous les indicateurs économiques l’an dernier.
 
La ligne jeune d'Alberta Ferretti, Philosophy by Lorenzo Serafini, a accéléré sa course en 2018 - PixelFormula

Le groupe a  vu son bénéfice net bondir de 46 %, passant de 11,5 millions d’euros fin 2017 (il s’élevait à 1,5 million en 2015) à 16,7 millions un an plus tard, indique-t-il dans un communiqué, confirmant au passage la hausse de 10,9 % (+11,2 % à taux de change constant) de son chiffre d’affaires 2018, à 346,6 millions d’euros, publié en février.
 
L’entreprise a dégagé l'an dernier un excédent d’exploitation (Ebit) de 29,6 millions d’euros (+31 %) et un résultat brut opérationnel (Ebitda) de 43,3 millions d’euros (+18,5 %), soit 12,5 % du chiffre d’affaires. Une hausse liée à la progression des ventes et à la réduction des coûts opérationnels grâce au business model d’Aeffe, souligne la maison, en parvenant en particulier à exploiter les économies d’échelle au niveau du groupe.
 
La division prêt-à-porter représente toujours la principale source de revenus pour la société de San Giovanni in Marignano, près de Rimini (69 % des ventes totales) avec un chiffre d’affaires de 265,6 millions d’euros en 2018 (+11,2 % à taux de change constant), tandis que la croissance a été de 9,3 % pour les accessoires.
 
Avec 250,8 millions d’euros de recettes (+13,9 %), Moschino maintient son rôle de locomotive du groupe, contribuant à hauteur de 72 % à l’ensemble du chiffre d’affaires, contre 71 % en 2017. A noter aussi la progression à deux chiffres (+11,9 %) de la ligne jeune Philosophy by Lorenzo Serafini. Alberta Ferretti ainsi que la marque de souliers Pollini s’inscrivent aussi en hausse. En revanche, les ventes de la catégorie « autres », dont les licences (Cédric Charlier et Jeremy Scott) ont reculé de 7,2 % l’an dernier.
 
Les ventes d’Aeffe ont augmenté dans toutes les régions en 2018, à l’exception de l’Amérique, où elles s’inscrivent en léger recul (-4,8 %, -1,3 % à taux de change constant). Le groupe enregistre ainsi une hausse de 23,6 % à taux de change constant en Asie et dans le reste du monde, surtout grâce à un bond des ventes de plus de 27,8 % dans la Grande Chine, de 4,6 % en Europe (hors Italie) et de 10,7 % en Italie, son principal marché, pesant 48,6 % de son chiffre d’affaires total.

Le canal de la vente en gros, qui représente 71,5 % des ventes totales, a notamment tiré vers le haut le chiffre d’affaires d’Aeffe l’an dernier, enregistrant une hausse de 13,4 % à taux de change constant par rapport à 2017, à 247,8 millions d’euros. Les ventes dans le réseau en propre ont augmenté de 4,8 %. Le groupe compte 64 boutiques en propre et 184 en franchise, en ligne avec les années précédentes.

Le président exécutif, Massimo Ferretti, se dit confiant pour l’année en cours, tablant sur « un parcours de développement ultérieur pour nos marques, également dans le segment des accessoires, ainsi que l’optimisation de la présence dans des marchés à potentiel élevé, surtout en Asie ».

Aeffe a notamment réduit de 38 % son endettement, passé de 50,6 millions d’euros au 31 décembre 2017 à 31,3 millions un an plus tard, grâce à l’amélioration de son cash-flow opérationnel.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER