Alexandra Golovanoff étend son offre

Avec sa griffe lancée en 2016, Alexandra Golovanoff a décidé de faire du tricot qui rend beau son credo : « J’ai eu envie de créer un vêtement qui aurait le souci par sa coupe et sa couleur d’avoir un pouvoir embellissant ». Désormais forte de quinze modèles déclinés en moyenne en quatre couleurs, la marque avait débuté avec deux pièces, nommées d’après les enfants de sa créatrice, Virgile et Mila. En plus des pulls, la journaliste parisienne a agrandi ses collections aux gants, aux joggings, aux leggings et autres capuches, sans compter le bijou de pull, pour parachever le caractère luxueux de ses produits, vendus entre 250 et 720 euros, tous visibles dans son tout nouveau showroom installé au 5, rue Varenne à Paris. 
 
Le showroom d'Alexandra Golovanoff installé dans le VIIe arrondissement - Alexandra Golovanoff

Pour le printemps-été 2019, Alexandra Golovanoff a choisi d’élargir encore plus son offre avec une ligne de maillots de bain. En tout, deux hauts et deux bas imaginés en quatre couleurs différentes dans une matière italienne qui ne laisse pas passer les rayons UV. Cette saison est aussi l’occasion de l’apparition de plusieurs tops en coton organique égyptien. Les traditionnels tricots de la griffe, eux, s’agrémentent selon les modèles de fils de Lurex ou de soie, pour varier les tombés.
 
Les premiers maillots de bain signés Alexandra Golovanoff

Si Alexandra Golovanoff a choisi de se lancer sur le créneau du tricot, c’est parce que de tout temps, elle a vu sa mère tricoter à la main. Cette dernière a d’ailleurs prêté son visage à la marque lors de la toute première campagne. En souvenir de cette pratique artisanale, Alexandra Golovanoff a décidé de confier la production de ses pièces à une petite usine mauricienne. Les ouvriers, chacun sur une machine qui ressemble à un piano électrique équipé de fines aiguilles à la place des touches, travaillent et réalisent les finitions à la main.
 
En plus de cette usine, Alexandra Golovanoff, qui travaille avec son mari, Charles Noli, qui est aussi président de l’entreprise, commence à agrandir ses équipes. Elle vient notamment de recruter une directrice commerciale, Delphine Caucé. Une alliée de taille pour développer le wholesale, le principal vecteur de vente de la marque de tricots. Celle-ci dispose déjà de distributeurs aux Etats-Unis, son second marché après la France, et au Japon, en plus de huit autres pays dans le monde.
 
Au sein de l’Hexagone, la griffe est présente au Bon Marché Rive Gauche depuis ses débuts et organisera un pop-up store pendant toute la durée du mois de décembre, dans l’espace nommé « Le vestiaire volé aux hommes » au premier étage du grand magasin. Elle dispose également d’une douzaine de points de vente en France.
 
Alexandra Golovanoff a attendu la Fashion Week printemps-été 2019, début octobre, pour faire découvrir son tout nouvel espace de travail situé dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. En plus du showroom au rez-de-chaussée, ce lieu dispose de bureaux à l’étage et d’un stock au sous-sol pour abriter les références présentes sur l’e-shop de la griffe. « Les clientes peuvent venir sur rendez-vous, mais cette adresse est avant tout notre espace de travail, il n’y aura ni vendeur ni d’horaires d’ouverture », précise Alexandra Golovanoff. Avant, qui sait, de devenir une boutique à part entière dans le futur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER