×
Publicités

Alpargatas remplace son président Márcio Utsch par Roberto Funari

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
today 31 oct. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe brésilien Alpargatas renouvelle sa direction. Son président actuel, Márcio Luiz Simões Utsch, abandonnera son poste après 21 ans au sein de la compagnie, dont 15 à sa tête. L’un des membres du conseil d’administration, Roberto Funari, prendra sa suite.


Web Vía País


Titulaire d’un diplôme en administration d’entreprises et d’un MBA délivré par l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, Márcio Utsch a occupé divers postes à responsabilité dans le département financier de la société brésilienne avant de devenir son président en 2003. À l’époque, Alpargatas était encore contrôlée par Camargo Correa.

Roberto Funari le remplacera donc dès le premier trimestre 2019. Après plusieurs années à des postes d’influence au sein de la société britannique de produits d’hygiène et d’intérieur Reckitt Benckiser, Roberto Funari a rejoint le conseil d’administration d’Alpargatas l’année dernière.

Sous la présidence de Márcio Utsch, Alpargatas a réussi à devenir le premier groupe de chaussures d’Amérique du Sud, avec un portefeuille de marques renommées parmi lesquelles Havaianas et Dupé, la marque de bottes Sete Léguas ou la licence de la marque de sport Mizuno pour le marché brésilien. Le groupe a même acquis la marque de prêt-à-porter brésilienne Osklen en 2012. Márcio Utsch était chargé de mener à bien le développement du groupe et a réussi à démultiplier le chiffre d’affaires au cours des derniers exercices, avec un résultat de plus de 4 milliards de reais (1,22 milliard d’euros) en 2016. Selon la presse brésilienne, son départ s’explique en partie par son âge : le dirigeant va sur ses 60 printemps, l’âge maximal pour briguer ce poste. Mais en réalité, sa décision vient probablement surtout de ses différends avec les nouveaux propriétaires de la compagnie : Cambuhy Investimentos, Brasil Warrant et la holding Itaúsa.

A la suite du scandale de corruption concernant Petrobras, qui a éclaté en novembre 2015 et a laissé le propriétaire d'Alpargatas, Camargo Correa, en mauvaise posture, le conglomérat s’est vu forcé de céder les marques Topper en Brasil et Rainha pour 48,7 millions de reais au groupe de l’homme d’affaires Carlos Wizard Martins afin d’obtenir des liquidités pour s’acquitter de son amende. Le même mois, le propriétaire d’Alpargatas cédait le groupe au conglomérat J&F Investimentos pour 2,670 milliards de reais (716,3 millions d’euros). Deux ans seulement après, en juillet 2017, les entreprises Cambuhy Investimentos et Brasil Warrant se sont associées avec la holding Itaúsa pour acquérir Alpargatas au cours d’une opération valorisée à 3,5 milliards de reais (970 millions d’euros).

Le groupe a conclu le premier semestre 2018 avec des ventes en croissance de 7,5 %, à 1, 793 milliard de reais (430,8 millions d’euros). Le bénéfice, en revanche, a plongé de 44 %, à 131,2 millions de reais (31,5 millions d’euros). En septembre 2018, Alpargatas a cédé 22,5 % de Topper en Argentine au groupe de Carlos Wizard pour 100 millions de reais (20,6 millions d’euros). Depuis, la marque a mis en marche un plan de restructuration sur le marché argentin qui s’est jusqu’ici soldé par la fermeture de deux usines de production, laissant des centaines de salariés sur le carreau.

Ce changement à la tête de l’entreprise sera probablement historique pour la société, après 15 ans de mandat de Márcio Utsch. Un bouleversement qu’Alpargatas va devoir affronter dans un nouveau contexte incertain pour le Brésil. Initiatives libérales, mesures protectionnistes et politique d’extrême droite sont au programme de Jair Bolsonaro, élu président du Brésil le week-end dernier. Sous l’égide de Roberto Funari, Alpargatas va devoir relever les défis d’une nouvelle ère économique… et politique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com