×
Publicités
Publié le
12 juil. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Amazon dans le viseur des autorités de la concurrence britanniques et allemandes

Publié le
12 juil. 2022

L’autorité britannique de la concurrence a annoncé mercredi dernier l’ouverture d’une enquête visant le géant du commerce en ligne Amazon, disant "craindre que certaines pratiques […] sur sa place de marché britannique soient anticoncurrentielles", selon un communiqué.


Shutterstock



La Competition and Markets Authority (CMA) "examinera si Amazon est en situation de position dominante au Royaume-Uni et s'il abuse de cette position et fausse la concurrence, en favorisant ses ventes directes ou celles de vendeurs utilisant des services payants, au détriment de marchands tiers utilisant sa plateforme.

L’enquête se penchera notamment sur la façon dont Amazon collecte et utilise les données de ces marchands ou définit les critères pour mettre en avant certains fournisseurs sur sa plateforme.

"Des milliers d’entreprises britanniques utilisent Amazon pour vendre leurs produits et il est important qu’elles puissent exercer leur activité sur un marché concurrentiel", a estimé Sarah Cardell, directrice juridique de la CMA, citée dans le communiqué.

"Toute perte de concurrence est une perte pour les consommateurs" en matière de prix, de qualité ou de choix, a-t-elle ajouté.

D’autres enquêtes en cours



Le régulateur britannique précise que la Commission européenne a déjà ouvert deux enquêtes sur les mêmes éléments, et se mettra en contact avec les autorités de Bruxelles au fur et à mesure que l’enquête progressera au Royaume-Uni.

"Nous allons travailler en étroite collaboration avec la CMA pendant son enquête", a assuré mercredi un porte-parole d’Amazon dans une déclaration transmise à l’AFP, ajoutant que l’entreprise avait toujours "travaillé à aider les petites entreprises […] à réussir, ce qui est dans leur intérêt et le nôtre".

"Plus de 50% de tous les produits vendus sur Amazon proviennent de petites entreprises" et les ventes de marchands tiers "continuent de croître plus rapidement" que les ventes directes d’Amazon, fait encore valoir le groupe.

Amazon chiffre à 65.000 le nombre de PME utilisant sa plateforme au Royaume-Uni, qui soutiennent plus de 175.000 emplois dans le pays.

Outre cette affaire, la CMA indique avoir une enquête en cours visant Amazon et Google en raison de craintes "qu’ils n’aient pas fait assez pour lutter contre les faux avis" mis en ligne sur leurs plateformes.

Débouté en France, Amazon attire aussi l'attention de l'Allemagne 



En France, Amazon vient d'être débouté par le Conseil d'État de son recours contre l'amende de 35 millions d'euros prononcée à son encontre en décembre 2020 par la Cnil, gendarme des données personnelles, pour non-respect de la législation sur les cookies. La haute autorité a également jugé que le montant de l'amende n'était pas "disproportionné", notamment "eu égard à la gravité particulière des manquements commis" en exploitant des traceurs de connexion "illégalement déposés sur les terminaux de ces utilisateurs".

De son côté, le gendarme allemand de la concurrence a annoncé mercredi avoir placé Amazon sous surveillance renforcée en vertu d’une loi de 2021 étendant ses pouvoirs face aux géants du web. Après une enquête de plusieurs mois, l’office fédéral anti-cartel a indiqué dans un communiqué avoir déterminé que le groupe Amazon était une entreprise détenant une "importance primordiale pour la concurrence sur les marchés". 

Le régulateur peut "désormais prendre des mesures contre des pratiques anticoncurrentielles spécifiques" d’Amazon, a indiqué l’institution, sans préciser la nature de ces pratiques. L’office anti-cartel fait appliquer une loi entrée en vigueur l’an dernier, qui renforce ses pouvoirs face aux entreprises, essentiellement numériques, dominant leur marché. Elle permet notamment de prendre des mesures immédiates pour empêcher certaines pratiques anticoncurrentielles.

Seule condition: que l’entreprise soit jugée en situation d'"importance primordiale pour la concurrence sur les marchés". Le groupe américain détient "une part de 70%" sur le marché du commerce en ligne, exerce une "activité de vente" de ses propres produits sur sa plateforme et fait donc concurrence aux autres vendeurs.

(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com

Tags :
Business