×
4 957
Fashion Jobs
Publicités
Par
Reuters API
Traduit par
Cecile Herrero
Publié le
20 oct. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Amazon fait face à un procès d'un milliard d'euros au Royaume-Uni pour avoir "favorisé ses propres produits"

Par
Reuters API
Traduit par
Cecile Herrero
Publié le
20 oct. 2022

Amazon.com Inc. fait l'objet d'un procès au Royaume-Uni pour des dommages allant jusqu'à 900 millions de livres (1 milliard d'euros) suite à des allégations selon lesquelles la place de marché en ligne aurait abusé de sa position dominante en favorisant ses propres produits, ont déclaré des avocats.


Reuters


La défenseuse des droits des consommateurs Julie Hunter prévoit d'intenter cette action collective au nom des consommateurs britanniques qui ont effectué des achats sur Amazon depuis octobre 2016, ont déclaré les avocats qui la représentent.

L'affaire en question - dont Amazon a dit qu'elle était "sans fondement" - serait la dernière action de masse contre un géant de la technologie à être déposée devant le tribunal d'appel de la concurrence de Londres.

Le cabinet d'avocats Hausfeld, qui représente Julie Hunter, a déclaré jeudi qu'Amazon a enfreint le droit de la concurrence en utilisant "un algorithme secret et auto-favorable" pour promouvoir ses propres produits par le biais de la fonctionnalité "Buy Box" sur son site Web. Julie Hunter a déclaré dans un communiqué: "Loin d'être une recommandation basée sur le prix ou la qualité, la Buy Box favorise les produits vendus par Amazon lui-même, ou par des détaillants qui paient Amazon pour la gestion de leur logistique. Les autres vendeurs, aussi bonnes que soient leurs offres, sont effectivement exclus."

Un porte-parole d'Amazon a déclaré quant à lui: "Cette plainte est sans fondement et nous sommes convaincus que cela deviendra clair à travers le processus juridique."

L'action en justice devrait être déposée auprès du CAT d'ici la fin du mois et devra être certifiée par le tribunal avant de pouvoir être poursuivie. Elle est introduite sur la base d'une clause de "opt-out", ce qui signifie que tout demandeur potentiel sera inclus dans la plainte, sauf s'il choisit de s'en retirer.

L'affaire fait suite à l'annonce faite en juillet par l'organisme britannique de surveillance des ententes et des abus de position dominante d'enquêter sur Amazon pour des violations présumées du droit de la concurrence, notamment sur la manière dont l'entreprise sélectionne les produits à placer dans la fonction "Buy Box".

Amazon a été confronté à des enquêtes similaires dans d'autres pays et a récemment fait une offre à la Commission européenne afin d'éviter d'éventuelles lourdes amendes antitrust. La plateforme a également refusé de décrire son système de recherche de produits à l'autorité australienne de régulation de la concurrence, qui a reçu des plaintes concernant les grandes plateformes de marché donnant la préférence à leurs propres produits.

En juillet, le CAT a autorisé une action en dommages et intérêts contre Google, estimée à 920 millions de livres (1,1 milliard de dollars), et a approuvé en mai une autre action contre Apple, d'un montant pouvant atteindre 1,7 milliard de livres. Le tribunal doit également décider en janvier s'il donne le feu vert à une plainte évaluée à 2,2 milliards de livres contre Meta Platforms, le propriétaire de Facebook et Instagram, pour comportement anticoncurrentiel présumé.

Google et Apple nient les allégations portées contre eux, selon les documents judiciaires, et Meta n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de Reuters.

© Thomson Reuters 2023 All rights reserved.

Tags :
Médias
Business