×
2 651
Fashion Jobs
Publié le
16 avr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Amazon : le responsable des opérations européennes Roy Perticucci démissionne

Publié le
16 avr. 2020

Le vice-président d'Amazon pour l'Union européenne, Roy Perticucci, a démissionné, a confirmé la société mercredi. Roy Perticucci avait rejoint Amazon en 2013, selon son profil sur LinkedIn, et l'officialisation de son départ intervient à un moment où le géant du e-commerce ferme ses entrepôts en France, après un bras de fer avec les syndicats devant le tribunal.


Roy Perticucci avait rejoint Amazon en 2013 - Amazon


La démission du vice-président Europe d'Amazon est donc confirmée juste après que la justice française a sommé mardi le géant du commerce en ligne de restreindre son activité aux produits essentiels sous 24 heures, le temps qu'une évaluation des risques professionnels puisse être menée en pleine épidémie de coronavirus. Plusieurs mises en demeure de l'inspection du travail sur les dispositions sanitaires pour les salariés avaient précédé cette décision du tribunal de Nanterre.

Jugeant la demande du tribunal de limiter son activité aux produits essentiels trop complexe et risquant un million d'euros d'astreinte par jour de retard sur son application, Amazon a pris la décision radicale de fermer la totalité de ses centres de distribution en France jusqu'au début de semaine prochaine au moins. Placés en chômage partiel par le géant américain, les 10.000 salariés, dont un tiers d'intérimaires, qui travaillent dans ses six entrepôts, conserveront la totalité de leurs salaires.

Interrogé à ce sujet jeudi sur RTL, le directeur général d'Amazon France Frédéric Duval a confirmé l'intention du groupe de faire appel de la décision de justice (celui-ci n'est pas suspensif, ndlr) et ne pas être en mesure de fournir à ce stade de date de réouverture pour les entrepôts du groupe dans l'Hexagone.

"Est-ce qu'un coupe-ongles est un produit d'hygiène ? Est-ce qu'un préservatif est un produit médical ? Je ne sais pas le dire", a-t-il expliqué sur la radio RTL.

Le groupe basé à Seattle est interpellé dans plusieurs pays sur la sécurité et les conditions de travail des salariés qui travaillent dans ses entrepôts face à la propagation de l'épidémie de coronavirus. Le distributeur a renforcé ses mesures de protection à marche forcée pour maintenir ses entrepôts ouverts et continuer à livrer des consommateurs confinés chez eux : prise de températures à l'entrée des sites, distribution de masques et de gel hydroalcoolique, marquages au sol.

Muriel Pénicaud plaide pour une reprise rapide



En France, les organisations syndicales jugent ces mesures toujours insuffisantes, évoquant notamment la promiscuité dans les entrepôts, l'absence de clarté sur le nombre de salariés malades et le manque de cohérence entre les mesures prises sur les différents sites.

Frédéric Duval a affirmé pour sa part que le distributeur avait engagé des "investissements très importants" pour assurer la sécurité de ses salariés. Il a également souligné l'impact de l'arrêt de la plateforme utilisée par de nombreux consommateurs restreints dans leurs déplacements. Ils pourront toutefois continuer à commander en étant livrés de l'étranger, a-t-il précisé.

Selon des données Kantar, Amazon est de loin le premier acteur du commerce en ligne en France avec une part de marché, en croissance continue, de 22,2% en 2019.

"La décision va avoir des conséquences importantes aussi pour les dizaines de milliers d'entreprises TPE-PME qui utilisent nos services d'expédition aujourd'hui pour faire leur activité pendant cette période troublée", a ajouté Frédéric Duval sur la chaîne de télévision LCI.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a pour sa part appelé de ses vœux une reprise rapide de l'activité. "Ce que je souhaite pour les salariés d'Amazon et pour les clients français c'est que ça puisse repartir le plus rapidement possible mais dans les conditions de sécurité", a-t-elle expliqué sur LCI. Quatre des cinq sites mis en demeure ces dernières semaines ont depuis régularisé leur situation, a-t-elle dit.


(Avec Reuters)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com