×
Publicités

André : un mois de plus pour trouver un repreneur

Publié le
25 mai 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En redressement judiciaire, et très affaiblie par la crise sanitaire, André voit son appel d'offres de reprise prolongé dans l'optique d'identifier de nouveaux acquéreurs. Auparavant fixée au 20 mai, la date limite de dépôt est désormais repoussée au 22 juin prochain.


Collection été 2020 - André


Aucun repreneur sur les rangs ou des dossiers jugés insuffisants peuvent motiver cette période supplémentaire pour attirer les investisseurs et suggérer une amélioration des dossiers déjà déposés. Les administrateurs judiciaires nommés au chevet d'André, FHB et AJ Partenaires, précisent dans la note décrivant l'enseigne qu'ils recherchent "un ou plusieurs acquéreur(s) pour parvenir à une cession la plus large possible (combinaison d’offres envisageable)". Des repreneurs pourraient par exemple s'entendre pour se positionner sur des points de vente différents, en présentant une offre concertée.

Le périmètre du chausseur vendu par Vivarte à Spartoo en 2018 fait état de 146 points de vente, dont 106 succursales, 13 affiliés, un magasin de déstockage et 24 corners en grands magasins. L'entreprise née en 1896, qui a généré 74,7 millions d'euros de ventes en 2019, dispose aussi d'un entrepôt logistique de 10 280 mètres carrés. Le sort de 412 salariés est surtout suspendu à la décision du tribunal, qui pourrait intervenir début juillet.

L'actuel propriétaire d'André, Boris Saragaglia, nous expliquait le mois dernier qu'il travaillait quant à lui à un potentiel plan de relance pour André, en redimensionnant drastiquement le réseau de boutiques. Durant le confinement, la chaîne a perdu 250 000 euros par jour, selon les dires de son patron, qui ajoute avoir injecté 13 millions d'euros depuis deux ans pour la relance du chausseur. La crise sanitaire a précipité l'enseigne déjà en difficulté vers une cessation de paiements et un redressement judiciaire, déclenché par le tribunal de Commerce de Grenoble le 31 mars dernier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com