×
Publicités
Publié le
5 oct. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Anny Blatt, renaissance d’une marque spécialiste du tricot

Publié le
5 oct. 2021

Anny Blatt tricote lentement sa renaissance. Après avoir arrêté son activité il y a deux ans, la griffe française spécialiste de la maille et du tricot dévoile de nouvelles collections alliant héritage et innovation. Reprise en 2020 par Marion Carrette, fondatrice des sites Zilok et OuiCar, et Anne Molineau, directrice artistique de la maison éponyme pendant 20 ans, la marque souhaite aujourd’hui perpétuer la tradition du tricot, de la maille et de la vente de pelotes, tout en proposant des pièces modernes et fabriquées en France.


Anny Blatt propose des modèles de pulls et gilets tricotés, ou à tricoter - Anny Blatt


En reprenant le label haut de gamme, les entrepreneuses misent donc sur une nouvelle proposition de modèles au style chic et décontracté allant des pulls aux gilets tricotés ou à tricoter, à un prix oscillant entre 43 et 289 euros. L’ensemble des collections est élaboré au sein d’ateliers français, et produit à la demande dans l’objectif de limiter les stocks et la surconsommation.

Soucieuse de s’inscrire dans une démarche écoresponsable, la marque prône également un sourcing pointu et traçable, en choisissant des matières certifiées telles qu’un angora encadré par la charte Angora de France garantissant le bien-être animal et la qualité de la toison, ainsi qu’un mohair certifié par la norme Responsible Mohair Standard (RMS), qui assure une fabrication durable et respectueuse des terres et des animaux.

Créée dans les années 1930 par Anny Blatt, la griffe éponyme était initialement une maison de couture spécialisée dans la confection de vêtements à l’aiguille. Installée, à l’époque, rue du Faubourg Saint-Honoré, elle avait participé à la modernisation du vestiaire féminin en proposant des "sweaters de ville": plusieurs pièces conçues en maille de laine, au confort semblable à celui des tenues de sport. 

Grâce à son savoir-faire et ses catalogues de tricots, la griffe avait réussi à s’imposer parmi les plus grandes marques de mode. Elle avait notamment été rachetée en 1968 par le groupe textile Hervillier, dont le chiffre d’affaires s’est élevé à 110 millions de francs en 1989 (environ 27 millions d’euros), puis par la Filature Pierre de Loye en 1991.

Cependant, l’arrivée des pulls bas de gamme de fast fashion ont mis en difficulté l’enseigne et l’ensemble de la filature, qui sont tous deux entrés en redressement judiciaire en début d’année 2019. Déjà à ce moment-là, Marion Carrette et Anne Molineau avaient tenté de reprendre la marque. Mais trop fragile, elle est déclarée en liquidation judiciaire en juillet 2019. Ce n’est qu’en janvier 2020 que le rachat du label et de ses archives fut possible. 

Aujourd’hui, la griffe renaît de ses cendres avec un nouveau positionnement durable et 100% Made in France, qui s’inscrit dans la continuité des tendances du secteur et de la demande. Les deux repreneuses espèrent ainsi redynamiser l’attractivité de la maison, et ambitionnent de produire 10 000 pièces par an en production à la demande, d’ici deux à trois ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com