×
5 502
Fashion Jobs
Par
AFP
Publié le
5 mars 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après hésitation, la mode et le luxe s'éloignent prudemment de la Russie

Par
AFP
Publié le
5 mars 2022

Discret depuis le début de la guerre en Ukraine, le secteur du luxe et de la mode prend peu à peu ses distances avec la Russie, en limitant sa présence dans le pays et en soutenant financièrement l'aide aux réfugiés ukrainiens.


Bernard Arnault, PDG de LVMH - LVMH



Hermès a été le premier en France à annoncer, vendredi, la fermeture "temporaire" de ses trois boutiques en Russie, suivi par les autres grands groupes français du luxe, Chanel, LVMH et Kering.

"Compte tenu des circonstances actuelles dans la région, LVMH a le regret d'annoncer la fermeture temporaire de ses boutiques en Russie à compter du 6 mars", a déclaré à l'AFP un porte-parole de LVMH vendredi soir.

Avant ces groupes français, le britannique Burberry avait déjà suspendu ses livraisons en Russie, en raison de "difficultés opérationnelles".

Si la Russie peut apparaître comme une terre de prédilection pour le luxe, elle ne représenterait en réalité qu'une part réduite de leur chiffre d'affaires: à peine 1% selon Kering ou Burberry, 2% d'après LVMH.

Avec un nombre de boutiques relativement modeste: certes LVMH, qui compte 75 marques, possède 124 boutiques en propre en Russie, mais pour Chanel ou pour Kering (une douzaine de marques), la présence est nettement plus réduite, respectivement 17 boutiques et quelques points de ventes pour le premier, deux boutiques et quatre points de ventes pour le second.

Samedi dans l'après-mid Prada a aussi annoncé la suspension de ses ventes au détail en Russie.

Toutefois les Russes réalisent aussi leurs achats ailleurs qu'en Russie, dans les boutiques à Paris, sur la Côte d'Azur et dans bien d'autres pays et régions du monde.

Contrairement à d'autres secteurs, le luxe n'a pas pâti de la crise sanitaire liée au Covid-19, certains groupes affichant même des bénéfices nets record par rapport à 2019. Celui de LVMH est ainsi passé de 7,8 milliards d'euros à 12 milliards en deux ans.

"Nos ventes sont bien supérieures à ce qu'elles étaient en 2019, nous avons connu une croissance à double chiffre ces dernières années", expliquait samedi Pietro Beccari, le PDG de Dior, interrogé sur France Inter.

Une croissance portée largement par le public des pays émergents, Chine en tête, mais aussi Brésil et Russie, ce qui peut faire hésiter les grands groupes du secteur à prendre des décisions qui leur aliénerait une partie de leur riche clientèle.

Dans l'industrie de la mode, d'autres ont aussi choisi de suspendre leur activité en Russie, comme le suédois H&M mercredi, suivi samedi par son concurrent espagnol Inditex, maison mère de Zara et leader mondial de l'habillement; qui compte 502 magasins en Russie.

A l'inverse, des groupes français d'autres secteurs, à l'image de Danone ou Renault, maintiennent leurs activités en Russie. TotalEnergies a certes annoncé ne pas y envisager de nouveaux investissements mais ne prévoit pas pour autant de retrait. Il en va de même de la Société Générale, très exposée via sa filiale Rosbank.

Dons et prises de position



Si les groupes de luxe se montrent discrets vis-à-vis du sujet de l'Ukraine, certaines de leurs marques n'hésitent pas à témoigner un soutien aux Ukrainiens, en partie sur les réseaux sociaux, à l'image de Balenciaga (groupe Kering), qui affiche sur son compte Instagram un drapeau ukrainien comme seule et unique photo. La marque va plus loin puisqu'elle ouvre ses réseaux sociaux "pour relayer les informations" autour de la situation en Ukraine.

L'une des raisons de cette implication est à chercher dans l'histoire personnelle de son directeur artistique, Demna Gvasalia, Géorgien qui a dû fuir son pays à 12 ans à cause de la guerre et qui a dénoncé l'"agression russe contre l'Ukraine".

Celui de Balmain, Olivier Rousteing, s'est dit sur Instagram "inspiré par la dignité, la résilience et la dévouement envers la liberté" des Ukrainiens.

Tous deux ont annoncé des dons au Programme alimentaire mondial (PAM) et au Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) pour aider les Ukrainiens fuyant les combats.

En cette période de Fashion Week, d'autres initiatives sont allées dans ce sens, comme la mannequin Mica Argañaraz qui compte reverser une part de ses revenus de cette période à des associations ukrainiennes, une initiative reprise par d'autres mannequins, dont Bella Hadid et Francesca Summers.

En revanche, la Fédération de la Haute Couture et de la Mode n'a toujours pas décidé si elle maintenait ou non le défilé virtuel du styliste russe Valentin Ioudachkine, qui a notamment redessiné les uniformes de l'armée russe.

En matière de dons, des groupes sont également présents: LVMH a dit verser cinq millions d'euros pour le Comité international de la Croix rouge (CICR), Chanel deux millions pour l'ONG Care et le HCR, Louis Vuitton un million pour l'Unicef... D'autres comme OTB (Prada, Diesel), Burberry, Valentino ou Kering ont annoncé des dons eux aussi, mais sans préciser leurs montants.

Par Erwan LUCAS Paris, 5 mars 2022 (AFP) - 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.