×
Publicités
Par
AFP
Publié le
9 févr. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après la Fashion week en famille, de nouveaux projets pour Victoria Beckham

Par
AFP
Publié le
9 févr. 2014

NEW YORK, 09 fév 2014 (AFP) - Ouverture d'un magasin à Londres, de bureaux à New York : Victoria Beckham, qui a présenté dimanche sa nouvelle collection à la Fashion week de New York, a de grands projets pour 2014. Toute la famille, David et leurs quatre enfants, étaient venus applaudir la styliste pour son défilé, tous assis au premier rang près d'Anna Wintour, la rédactrice en chef de Vogue USA, pour la plus grande joie des photographes. Harper, 2 ans, petit chignon sur le haut de la tête, était comme à son habitude impériale sur les genoux de son père. Les trois garçons, Brooklyn, 14 ans, Romeo, 11 ans, Cruz, 8 ans, très élégants, ont fait montre d'une parfaite éducation. "Je voulais juste qu'ils voient ce que je fais, ils n'étaient jamais venus à un défilé", a expliqué Victoria Beckham, 39 ans. "Voir que Maman travaille et que Papa travaille est pour eux un message très positif".

Victoria Beckham à l'issue de son défilé new yorkais. Photo : PixelFormula

Son défilé était l'un des plus attendus dimanche, au quatrième jour de la Fashion week. Robes très longues, plissés audacieux, ampleurs nouvelles et dos nus vertigineux, "il y a beaucoup plus de détails de style cette saison", a-t-elle ensuite expliqué en coulisses. "Il y a un élément de surprise dans chaque tenue (...) Chaque saison, je pousse un peu plus loin", a-t-elle ajouté.

Six ans après ses débuts dans la mode à New York, celle qui en août dernier disait vouloir "construire un empire", designer désormais reconnue et femme d'affaires assumée, a donc décidé de passer à l'étape supérieure.

L'ancienne Spice Girl vend déjà ses collections dans des dizaines de pays, mais n'avait pas encore de magasin à son nom. Ce sera chose faite à l'automne, avec l'ouverture de sa première boutique, 650m2 sur Dover Street à Londres. "Nous ferons une fête", plaisante-t-elle.

Mais elle veut surtout, dit-elle à l'AFP, "se concentrer sur les Etats-Unis". "Ma collection marche très bien, mais il y a beaucoup de potentiel" ici, explique-t-elle. "Et pour passer à l'étape supérieure, j'ai besoin de passer plus de temps ici, j'ai besoin d'avoir des gens présents ici pour travailler avec mes partenaires revendeurs", ajoute-t-elle.

Elle dit avoir "beaucoup d'idées, beaucoup de choses qu'(elle) veut encore faire".

Mais moins de deux ans après avoir quitté la Californie pour Londres, pas question pour autant de réinstaller la famille aux Etats-Unis, même si David Beckham a annoncé il y a quelques jours sa décision de créer une nouvelle équipe de football à Miami.

"Le fait que David ait un club à Miami ne veut pas dire que nous allons aller vivre à Miami. Nous sommes installés à Londres, c'est chez nous, c'est là où les enfants vont à l'école. C'est sûr, nous n'irons pas à Miami", dit-elle.

Dimanche, immédiatement après son défilé, elle a annoncé que sa collection prêt-à porter était pour la première fois disponible sur son site internet.

"Je ne l'avais pas fait jusqu'à présent, car je voulais vraiment prendre le temps de comprendre mes clientes et ce qu'elles attendaient de moi", a-t-elle expliqué.

La Fashion week a également été l'occasion pour elle de lancer un documentaire multimédia interactif, dans le cadre d'une collaboration avec Skype, le Skype collaboration project, retraçant sa carrière de styliste depuis ses débuts, avec force interviews, photos et films.

Mère de quatre enfants, mariée à un footballeur célèbre, et désormais designer réputée, comment réussit-elle tout ?

Elle préfère esquiver la question. "Vous faites de moi une bien meilleure personne que celle que je suis en réalité".

Par Brigitte DUSSEAU

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.