×
Par
AFP
Publié le
25 janv. 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après la fashion week homme, les défilés haute couture

Par
AFP
Publié le
25 janv. 2015

Atelier Versace a ouvert le bal dimanche soir des défilés de haute couture à Paris, un rendez-vous où se côtoient jusqu'à jeudi les plus grandes maisons et des couturiers indépendants.

La maison italienne, sous la houlette de Donatella Versace, fut la première à proposer sa collection printemps-été, à 20h. Au total, 24 maisons vont défiler.

A la différence des Semaines du prêt-à-porter qui se tiennent aussi à New York, Londres et Milan, Paris est la seule capitale de la mode à accueillir ces défilés de haute couture, deux fois par an, en janvier et juillet.

Gina Smith


Cette spécificité parisienne bénéficie d'une appellation juridiquement protégée, qui est attribuée par une commission du ministère de l'Industrie en fonction de critères précis, récompensant notamment un travail à la main et sur-mesure réalisé dans les ateliers du couturier.

Au total, 14 maisons relèvent désormais de l'appellation haute couture, dont Chanel, Christian Dior, Jean Paul Gaultier, Maison Margiela, Alexis Mabille ou Bouchra Jarrar. Alexandre Vauthier, qui compte parmi ses fans Rihanna, Beyoncé et Vanessa Paradis, est le dernier à avoir rejoint ce club très privé en décembre dernier.

"L'appellation haute couture permet à une marque d'acquérir une notoriété internationale plus rapidement, elle lui donne davantage de visibilité", explique l'expert Didier Grumbach, ancien président de la Fédération française de la Couture.

D'autres maisons présentent leur défilé dans ce calendrier de la haute couture en tant que "membres correspondants" ou "membres invités", comme Atelier Versace, Valentino, Viktor&Rolf, ou encore Yiqing Yin et Schiaparelli.

Schiaparelli, maison légendaire fondée dans les années 1930 par Elsa Schiaparelli, grande rivale de Coco Chanel, présentera lundi matin un défilé malgré le départ surprise en novembre dernier de son directeur de la création, l'Italien Marco Zanini, qui l'avait relancée.

Endormie pendant soixante ans, la griffe avait fait son retour sur les podiums parisiens de haute couture en janvier 2014, sous l'impulsion de son propriétaire, l'homme d'affaires italien Diego Della Valle (groupe Tod's).

Si Schiaparelli n'a pas encore annoncé le nom du directeur artistique qui remplacera Marco Zanini, la porte-parole de la maison, l'ancien mannequin Farida Khelfa, a indiqué que le décor du défilé serait signé du photographe Jean-Paul Goude.

Outre les incontournables défilés des maisons Dior et Chanel lundi et mardi, les yeux seront aussi tournés vers le show de Jean Paul Gaultier, qui avait annoncé peu avant le début de la Fashion Week en septembre qu'il arrêtait le prêt-à-porter pour se concentrer sur la haute couture et d'autres projets.

Absent notable du calendrier, la Maison Margiela, où officie désormais John Galliano, présentera sa collection "artisanale" sur rendez-vous, dans ses locaux. Le couturier a préféré Londres pour faire son retour sur les podiums, près de quatre ans après son fracassant licenciement par Dior à cause des propos antisémites qu'il avait tenus, ivre, dans un bar parisien. Il avait alors été exclu du monde de la mode.

Cette collaboration a suscité une forte curiosité en raison des esthétiques radicalement différentes de la maison au style minimaliste et du flamboyant créateur. Le défilé, qui alliait les codes de Margiela -le blanc, la déconstruction- à la théâtralité de Galliano -spectaculaire robe rouge, traînes, chaussures baroques-, a été globalement salué par la critique comme un retour prometteur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.