×
4 949
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
27 août 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après les sonneries et les coques, les téléphones "griffés"

Par
AFP
Publié le
27 août 2006

PARIS, 27 août 2006 (AFP) - Après les sonneries, les coques en strass et autres "goodies" (breloques), le téléphone portable, objet désormais indispensable, pourrait franchir très vite un nouveau pas vers la personnalisation en affichant une marque de vêtements ou de sports.


Motorola V3 signé Dolce & Gabbana

"Toutes les études le montrent, la tendance à la personnalisation des téléphones portables est très forte, surtout chez les jeunes", remarque Valérie Morrisson, directrice du département télécoms à TNS Sofres.

Le téléphone griffé de luxe est un marché prometteur puisqu'à la fin de la décennie, il pourrait représenter un chiffre d'affaires de quelque 24 milliards de dollars, équivalent à celui de la montre de luxe, souligne Stéphane Bohbot, fondateur et PDG de Modelabs, une société française spécialisée dans les "portables sur mesure".

Comme elles s'affichent sur les tee-shirts, les marques de mode ont une "légitimité naturelle" à exposer leur logo sur les téléphones portables, estime Mme Morrisson.

C'est aussi le cas des marques de cosmétiques et de luxe pour des cibles plus féminines. "Cette tendance est porteuse", selon Mme Morrisson qui prévoit un démarrage du phénomène à l'occasion des fêtes de fin d'année.

"La demande pour des portables griffés devrait atteindre les 25 à 30% du marché à l'horizon 2010 dans des régions arrivées à maturité comme l'Europe de l'Ouest, l'Asie ou encore les Etats-Unis", affirme M. Bohbot.

Précurseur sur ce marché, Modelabs, cotée en Bourse depuis avril, a lancé en 2005 des portables pour la marque française de sport Airness, et plus récemment pour l'agence de mannequins Elite.

Elle sortira en octobre un téléphone aux couleurs de la télévision musicale américaine MTV. Un autre projet est prévu pour la fin de l'année en partenariat avec une marque de jeu vidéo japonais, dont le nom est tenu secret. Des contenus spécifiques accompagnent ces téléphones. Les portables MTV proposeront ainsi des vidéos clip, des extraits d'émissions.

Autre projet à l'étude, un portable avec les montres de luxe Tag Heuer, dont la sortie est prévue pour 2007.

Du côté des fabricants, l'américain Motorola, numéro deux mondial, est l'un des tout premiers à traiter avec des marques: il a fait "relooker" son modèle phare, le Razor, par les stylistes Dolce et Gabbana, et il a sorti en avril avec les comestiques Bourjois un petit modèle sur lequel s'accroche un rouge à lèvres.

Alcatel mise aussi sur les femmes avec son portable, "Glamphone", pour le magazine Elle. Sony-Ericsson se dit "intéressé" par cette tendance.

En revanche, le numéro un mondial Nokia affirme "ne pas vouloir se lancer dans ces aventures-là", même si de grandes marques de luxe ont pris des "contacts". "Nous n'avons pas besoin de nous associer à elles", a affirmé un porte-parole, qui souligne que Nokia "est la sixième marque la plus connue au monde", selon le dernier classement Interbrand.

Orange se dit également opposé à ces partenariats: "la star c'est notre marque", souligne-t-on chez le premier opérateur français. SFR y "réfléchit" tandis que Bouygues Telecom, qui propose un portable estampillé de la marque Rip Curl, affirme suivre la "tendance".

Par Arielle VERLEY

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.