×
Publicités
Publié le
29 janv. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après un mois de janvier délicat, les enseignes alertent sur le risque d'une fermeture en cas de confinement

Publié le
29 janv. 2021

Quel coup de froid en janvier. Pourtant, en décembre le commerce était reparti de l’avant, porté par un Black Friday décalé et une période de fêtes de fin d’année attendue par les Français. La fédération pour le commerce spécialisé Procos, a enregistré une progression de 12% de l’activité de ses adhérents (hors restauration) par rapport à décembre 2019. Les fer de lance de l’année, l’équipement de la maison et le sport ont bien sûr enregistré des bonds de 25%. Mais même l’équipement de la personne a réalisé une progression de près de 13%.


Shutterstock


Une tendance confirmée dans le textile par l’observatoire de l’IFM qui enregistre pour sa part une progression de près de 15%: "Tous les circuits ont connu une progression de leur activité commerciale. Les résultats sont compris entre une croissance de 36,6% pour la vente à distance et un gain de de 2,7% pour les grands magasins".

Un beau dynamisme qui n’aura malheureusement pas résisté à la rentrée de janvier, et la menace d’une hausse des contaminations de Covid-19 avec l’arrivée du variant dit britannique.


Procos


"Après une hausse forte de la fréquentation des magasins à partir de fin novembre, celle-ci est en chute libre depuis la dernière semaine de l’année 2020, pour atteindre des reculs de 51% dans le centres commerciaux et 39% dans les centres villes, en janvier explique Laurence Paganini, présidente de Procos et directrice générale de l'enseigne d'habillement Kaporal. Le couvre-feu imposé à 18 heures à réduit de 25% l’activité. Et nous ne pouvons que confirmer que le report des soldes au 20 janvier a été une très mauvaise nouvelle. Habituellement, la période commence en début de mois et les gens disposent des étrennes et de leur salaire. Là, nous enregistrons un repli de 12% sur la période sur le mois jusqu’au 25 janvier. Sur l’équipement de la personne cela représente un recul de 25%. Et même de 30% le premier week-end des soldes".

Un contexte qui explique que nombre d’enseignes ont accéléré leur calendrier de démarque. D’autant que la menace d’un nouveau confinement se fait d’autant plus pressante. Et, que d’après la Fédération, sur l’an dernier les ventes e-commerce n’ont permis de compenser que de 2% à 4% du recul des ventes en magasins.

"La question est de savoir sous quelle forme se déroulerait un nouveau confinement. Nous avons appris à commercer avec le virus. De récentes études avancent que les commerces font partie des lieux les moins susceptibles de permettre la propagation du virus. Aujourd’hui, nous avons des croissances sur le digital, mais cela reste une part résiduelle du chiffre d’affaires. S’il y avait de nouvelles restrictions, cela serait dramatique sur la survie des commerces et des centaines de milliers d’emplois directs et indirects dans les territoires. Nous demandons le maintien de l’ouverture de nos magasins car ils participent à la cohésion économique, sociétale et intergénérationnelle". Et la dirigeante de rappeler que le secteur représente 12% du PIB et 23% de consommation privée.

La fédération souligne que les grands groupes de distribution se trouvent actuellement sous pression face aux chutes de trafic et à la baisse de leurs chiffres d’affaires. Ces structures, relève Procos, ont des structures et des volumes d’activité qui ne leur permettent pas d’entrer dans les critères d’aides de l’État. "En novembre, nous avions analysé que si les commerces restaient fermés en décembre, il y aurait environ 50% de défaillances d’entreprises dans le secteur, explique Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos. Bien sûr février est bien moins central que décembre, mais si l’on devait fermer deux mois, cela représenterait environ 15% du chiffre d’affaires. Et de nombreuses entreprises ne pourraient pas s’en remettre".

Même avec une activité très limitée et en durcissant encore les critères sanitaires dans les magasins, les boutiques souhaitent donc pouvoir ouvrir leurs portes.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com