×
7 025
Fashion Jobs
KENZO
Responsable Visuel Merchandising (H/F)
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Responsable E-Commerce H/F
CDI · PARIS
HERMES
CDI - Chef de Produit Sacs Homme & Voyage (H/F)
CDI · PANTIN
HERMES
CDI - Chef de Produit Équitation (H/F)
CDI · PARIS
HERMES
Stage - Expérience Client et Commandes Spéciales (H/F)
CDI · PANTIN
IZIPIZI
Sales Administration Executive
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chef de Produit Acheteur Maroquinerie H/F
CDI · PARIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Gestionnaire Transport Btb - H/F
CDI · SAINT-DENIS
CONFIDENTIEL
Attache(e) Commercial Wholesale Sud-Est France H/F
CDI · AIX-EN-PROVENCE
UNODE50
Chef de Secteur Joaillerie
CDI · MONTPELLIER
DCM JENNYFER
Chef de Produit / Acheteur (H/F)
CDI · SAINT-OUEN
SWAROVSKI
CDI - Senior Key Account Manager Swarovski Optik (H/F) - Paris
CDI · PARIS
FROM FUTURE
Responsable Marketing & Chef de Projet Image (H/F)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
PVH CORP.
Sales Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Talange - CDI 35h
CDI · TALANGE
AMERICAN VINTAGE
Chef de Projet Ppo - Project Product Owner H/F
CDI · SIGNES
LACOSTE
Responsable Des Ventes (CDI) - Champs Elysees F/H
CDI ·
TOMMY HILFIGER
Key Account Manager (M/F/X) – Calvin Klein CDI
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Data Analyst H/F
CDI · PARIS
RMS
Directeur Commercial Retail & Affiliés - H/F - Mode Femme Premium - Paris
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Managers Des Ventes Montpellier (34) H/F
CDI · MONTPELLIER
BALMAIN
Head of Marketplaces Partnerships H/F
CDI ·
THE KOOPLES
CDI - Responsable Qualité F/H
CDI · PARIS
Publicités
Par
AFP
Publié le
10 janv. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Arashi Yanagawa : des rings de boxe aux podiums des défilés

Par
AFP
Publié le
10 janv. 2017

Ce n'est pas un hasard si les sacs à main John Lawrence Sullivan, marque fondée par Arashi Yanagawa, ressemblent à des punching-ball: avant d'officier dans le milieu de la mode, le styliste japonais était boxeur.

Collection automne-hiver 2016-17 - John Lawrence Sullivan


Les accessoires en cuir, noir, jaune, rouge et vert, matière et couleurs appréciées du créateur, reposent sur un petit établi du studio de Hackney, un quartier branché de Londres, où Arashi Yanagawa préparait son défilé présenté lundi pendant la Fashion Week.

Il y a des collections entières de vêtements posés sur des cintres. Le téléphone sonne sans arrêt, l'équipe du styliste se démène pour régler les derniers détails avant le premier grand rendez-vous de l'année de la mode masculine.

A 41 ans, le Japonais au parcours atypique est à la tête de la marque John Lawrence Sullivan, qu'il a lancée en 2003 et opportunément baptisée du nom d'un légendaire boxeur américain du XIXe siècle considéré comme le premier champion du monde poids lourd de l'ère moderne. Signe que la boxe fait toujours partie de la vie du créateur.

D'une passion à l'autre

« C'est mon père qui m'a poussé dans ma carrière de boxeur », explique à l'AFP Arashi Yanagawa, affable et souriant, vêtu d'une veste à motifs camouflage, d'un pantalon en cuir vert foncé et d'une casquette noire. Pendant treize ans, Arashi enchaîne les crochets, jabs, croisés et autres uppercuts sur les rings, avant de raccrocher les gants. Et de passer au dé à coudre.

« J'avais l'impression d'avoir atteint un objectif, d'être prêt pour un nouveau défi », raconte-t-il. « Et depuis mon enfance, j'ai toujours cultivé une autre passion, la mode. Je sentais que je devais désormais me tourner dans cette direction ». Passer d'un sport de combat à la création artistique... pas forcément très naturel, ni très facile, se souvient-il.

« Quand j'ai commencé, la plus grande difficulté a été de découvrir les bons fournisseurs de tissus avec qui travailler. Quand vous êtes nouveau dans le métier, il est très important de trouver les personnes avec qui vous aurez une bonne alchimie, à qui vous pouvez faire confiance et qui peuvent répondre aux besoins de votre marque », dit-il.

Pour réussir dans ce milieu ultra-concurrentiel qui ne souffre guère l'improvisation, Arashi puise dans son expérience de cogneur : « travailler dur, persévérer ». Après quelques années, il finit par se faire un nom à Tokyo et en 2008 le journal spécialisé The Business of Fashion place sa griffe à « l'avant-garde d'un groupe de jeunes marques (japonaises) prometteuses de prêt-à-porter masculin ».

Aujourd'hui, le créateur dispose de trois boutiques au Japon et ambitionne d'en ouvrir à l'étranger.

Energie et élégance

Son style ? Un mélange de classicisme et d'audace, une passion pour le cuir, des lignes modernes, à la fois fluides et viriles... finalement, la boxe n'est jamais très loin, et lui-même reconnaît des similitudes entre ces deux mondes qui semblent pourtant évoluer dans des galaxies très éloignées. « En surface, les deux ont l'air plutôt simples: en boxe, on frappe du droit, du gauche, dans la mode on habille. Mais quand vous poussez un peu plus loin, ça devient bien plus complexe », dit-il. Dans ces deux disciplines, poursuit-il, « il y a différents styles, techniques, variations (...) Il faut faire preuve de souplesse, apprendre continuellement ».

Et quand on lui demande ce qui l'inspire, Arashi Yanagawa répond « David Bowie ». « C'est l'une de mes principales influences, dit-il. Je suis très inspiré par cette génération de musiciens, ils représentent ce que je mets dans mes collections, une expression à l'unisson de l'énergie et de l'élégance ». Energie et élégance : comme l'histoire d'un boxeur parti à la rencontre de la mode.

Par Edouard GUIHAIRE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.