×
5 086
Fashion Jobs
Publicités
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
25 janv. 2023
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Armani Privé: Giorgio le Vénitien dans un Paris équestre

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
25 janv. 2023

Ambiance vénitienne chez Armani Privé, où le maître des non-couleurs livrait une explosion de teintes arc-en-ciel, pour une collection Haute Couture présentée dans un Paris équestre.

Cette saison, Giorgio est plus baroque qu’à son habitude: bien loin de son choix traditionnel de la non-couleur, ce changement était annoncé par l’imprimé arlequin de son invitation, un avant-goût du podium habillé des mêmes tons rose, citron et mauve clair. Et tout cela, de la part d’un créateur qui a toujours préféré les boîtes noires, quand il présente ses collections en dehors de Milan.


Giorgio Armani Prive - Printemps-été 2023 - Haute Couture - France - Paris - © ImaxTree


Alors que la semaine parisienne a multiplié les références aux icônes noires comme Joséphine Baker et Dorothy Dandridge, on constate avec plaisir que Giorgio a intégré une bonne dizaine de tops noires à son casting. Le défilé était présent à la Garde républicaine – le régiment de cavalerie.

La pièce centrale, pour le jour et le début de soirée, c’est le boléro, décliné en une série de versions ajustées, les manches coupées aux coudes, dans une variété de tissus. De la soie rose ondulant comme un diamant taillé, une matière matelassée de couleur verte, portée sur un corsage en soie couleur écume de mer, ou encore façon veste rose sucré à imprimé mosaïque.

De nombreuses vestes étaient agrémentées d’épais galons noirs, donnant un tour plus spectaculaire à la collection. La plupart de ces boléros étaient associés à des pantalons carotte ou des jodhpurs ajustés, grands classiques chez Armani.

La touche couture française est apportée par des chapeaux minuscules, en forme de demi-bérets ou de calots de caporal, et autres bibis en résille.

Le tout était présenté devant un front row dégageant une unité inédite chez Armani. Les sœurs Carla et Valeria Bruni Tedeschi étaient assises ensemble au premier rang. Juste à côté, Jean Todt, ancien directeur d’équipe de l’écurie de courses Ferrari Formula One, et sa femme, l’actrice malaisienne Michelle Yeoh. " Elle est là pour trouver sa robe Armani pour les oscars" , gloussait un petit malin.


Giorgio Armani Prive - Printemps-été 2023 - Haute Couture - France - Paris - © ImaxTree


Pour le soir, Giorgio opte pour des fourreaux surchargés de paillettes et des robes de star de cinéma incrustées de cristaux, félines et si moulantes que les tops progressaient très lentement sur le podium. Toutes arboraient des motifs en forme de diamant, ainsi que les teintes acidulées reproduites sur le podium.

"C’est l’intérieur rococo d’un palazzo vénitien, la splendeur de cette lumière, démultipliée par les broderies extraordinaires, qui créée la plus précieuse des sensations. Tout est aérien, impalpable et scintillant", expliquait le créateur dans sa note d’intention.

Comme c’est souvent le cas ces derniers temps, Armani a récolté une standing ovation lors du final, quand il est venu saluer entouré d'une flopée de mannequins qui le dominaient d’une bonne tête.

Peut-être qu'après les sublimissimes défilés masculins récemment présentés par le créateur à Milan, celui-ci n’était pas si exceptionnel. Mais il est évident que la plupart de ces pièces feront un effet spectaculaire sur le tapis rouge des Oscars, le mois prochain. Hollywood adore ce genre de touche baroque. Rien d’étonnant donc à voir Giorgio Armani savourer un long et enthousiaste bain de foule.
    
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com