Arthur Avellano et Lazoschmidl, deux nouvelles visions de la mode masculine

Ils sont de plus en plus de labels émergents à se positionner sur la Fashion Week masculine de Paris. Faute d'intégrer le calendrier officiel, ils défilent en off, parvenant à attirer du monde, entre fans de la première heure et professionnels curieux, suscitant auprès du public le plaisir de la découverte et le frisson d’assister peut-être aux débuts de futurs grands. Cette tournée pour l’automne-hiver 2019/20 a révélé notamment Arthur Avellano et Lazoschmidl, deux jeunes marques jouant sur des registres très différents mais proposant chacune une nouvelle vision du vestiaire masculin.


Le latex coloré d'Arthur Avellano - DR

Fondée en 2014 par le duo de designers germano-suédois et couple à la ville Josef Lazo et Andreas Schmidl, Lazoschmidl, qui s’est fait remarquer sur la scène clubbing new-yorkaise, crée le buzz depuis quelques saisons autour de son prêt-à-porter sexy et érotique un brin subversif.
 
La marque, qui défile habituellement à la Fashion Week de Stockholm, ville où elle est basée, a fait ses débuts sur les podiums parisiens à l’occasion de la Semaine masculine qui vient de s’achever, immergeant ses mannequins dans l’obscurité d’un garage glauque sur une jolie bande-son disco.
 
Effet assuré avec garçons éphèbes en tenues scintillantes et mannequins à la corpulence musclée en body-maillot de bain rétro, zébré et asymétrique à une bretelle, ou en slip guépard et tricot rose décoré d’un pénis ailé. Le duo a lancé une ligne de sous-vêtements la saison dernière.
 
Un look signé Lazoschmidel - © Alexandre Chagnon

La collection fait ainsi la part belle aux caleçons-combinaisons moulants en lurex, matière emblématique de la marque, enfilés sur des tricots scintillants. Des pantalons en cuir vert, moutarde ou rose bonbon sont associés à des tops épaule nue au bord volanté, taillés dans des matières luisantes, ou un haut en mousseline de soie fine avec son nœud lavallière.

D’autres pantalons à effet zébré se portent avec des tricots façon résille blancs, tandis que des ensembles chemises-pantalons jouent sur les transparences et les brillances argentées.

Un cocktail détonant qui ne veut pas pour autant être catalogué dans un genre. Josef Lazo, inspiré par le rêve, et Andreas Schmidl, plus intéressé par la recherche, veulent plutôt stimuler la pensée autour de la sexualité. Ils comptent aussi sur les nouvelles générations aux mentalités plus ouvertes pour populariser leurs produits.


Un look de la collection "Planet Sex" de Lazoschmidl pour l'hiver prochain - © Alexandre Chagnon

En plus de l’e-commerce, la marque est distribuée pour l’instant auprès d’une poignée de multimarques, notamment  Opening Ceremony à Los Angeles.
 
C’est également dans la Cité des Anges qu’Arthur Avellano compte l’un de ses revendeurs les plus importants, à savoir la boutique H. Lorenzo. A l’opposé du garage sombre de Lazoschmidl, c’est dans les salons chics du restaurant Laurent, en bas des Champs-Elysées, que le jeune créateur français a reçu ses invités pour présenter son travail centré sur le latex.
 
Loin de jouer sur le filon fétichiste et SM, Arthur Avellano s’efforce depuis qu’il a lancé sa marque en 2016 à démocratiser cette matière en la déclinant dans toutes sortes de pièces classiques aux couleurs fortes. Avec un laboratoire de recherche allemand, il a mis au point un brevet afin d’obtenir un latex plus résistant, hypoallergénique et lavable en machine, qu’il taille avec brio pour confectionner des silhouettes sport-couture aux volumes amples et souples.
 
Le jogging en version latex d'Arthur Avellano - DR

Dans sa collection d’habillement masculin pour l’hiver prochain, le styliste propose une série de pièces en latex (blousons, manteaux, survêtements, joggings, gilets à poches, vestes matelassées et même un sweat), qu’il mêle à des pièces en maille et des ensembles tartan XXL.

Les jeux de couleurs, avec des total looks allant de l’orange vif au rose pâle en passant par un vert kaki intense, donnent du caractère à cette collection.

Chaque saison, le créateur, diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse en 2014, qui a intégré une dernière année de formation à l’Atelier Chardon-Savard à Paris, introduit de nouvelles matières, comme la laine tartan pour l’hiver prochain, et renforce le prêt-à-porter féminin. A signaler, notamment, les jupes portefeuille en latex matelassé ou en tartan doublées de latex, ainsi qu’un superbe trench vert coupé dans un latex dégoulinant en caresse le long du corps.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER