Atelier Bison étoffe son offre de cuir femme et s’ouvre aux multimarques

C’est en 2015, Catherine Dupon décide avec un ami de reprendre la marque Atelier Bison (anciennement nommée Bison Futé). Lui rachète l’entreprise, elle s’occupe de la partie créative et dirige la société dont elle est la présidente. Auparavant, cette avocate de formation a travaillé chez Karl Lagerfeld et Ralph Lauren, respectivement en tant que cheffe de projet et cheffe de zone pour la France. Dès l’automne-hiver 2016/17, la créatrice lance quelques pièces femme, qui composent une ligne à part entière depuis l’automne-hiver 2018/19.
 
La marinière en cuir signée Atelier Bison - Karine Kong

Le parti pris : « tout projet en tissu peut être produit en cuir », selon les mots de Catherine Dupon. En tout, elle propose une vingtaine de modèles haut de gamme, de la marinière (1 400 euros) à la jupe fluide, en passant par les traditionnels blousons en cuir, et a même imaginé une ligne mariage pour les aficionados du cuir. En parallèle, Catherine Dupon et les cinq personnes qui travaillent à ses côtés exécutent, dans leur atelier de 130 mètres carrés installé au 41 de la rue de Maubeuge, dans le IXe arrondissement parisien, une activité de semi-mesure sur les pièces des collections homme et femme (ajustement de taille ou changement de couleur) et de sur-mesure.
 
En plus, la marque met son atelier, depuis 2015, au service d’autres griffes, de prêt-à-porter de luxe, comme un certain collectif très branché dirigé par deux frères géorgiens, ou d'autres, plus accessibles. Une activité qui représente déjà 20 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. « Le cuir est une matière saisonnière, nous travaillons surtout l’hiver. L’été, nous exécutons les collections des autres. »
 
Pour se fournir, Catherine Dupon poursuit les engagements de son prédécesseur : des fournisseurs français qui utilisent des peaux provenant d’animaux destinés à l’industrie alimentaire. « C’est compliqué, les tanneries commencent à disparaître, or, je tiens à une vraie traçabilité des cuirs que nous utilisons », explique la créatrice. 


Catherine Dupon dans l'atelier de la rue de Maubeuge - Valérie Semensatis

Si la marque n’a pas l’intention de proposer des matières vegan en complément de ses cuirs, la directrice artistique se dit opposée à la surconsommation. « Nous allons mettre en place un département avec des pièces vintage et des vêtements créés à partir de vieilles pièces en cuir afin de donner une seconde chance à cette matière. Une offre cohérente avec les services proposés par l’atelier : la confection, la réparation et la transformation. »
 
Chez l’homme, Atelier Bison continue à faire ce qui fait son succès depuis 1983 : des blousons d’aviateur. Son modèle phare (il s’en vend un par jour) a longtemps fait partie des dotations au sein de l’armée de l’air. Depuis qu’il a été porté en 2017 par Emmanuel Macron, il est vendu dans toutes les casernes pourvues d’un maître tailleur, mais aussi dans un certain nombre de boutiques d’aérodrome civil et habille entre autres les gendarmes marocains.
 
Prisée des costumières de cinéma, notamment pour les films ayant pour sujet l’aviation, la marque se rapproche aussi des milieux artistiques et a habillé le groupe Feu! Chatterton. En janvier prochain, ce seront les mannequins du défilé « Lingerie Rocks » organisé par Promincor - Lingerie Française qui revêtiront des créations Atelier Bison pendant le Salon International de la Lingerie. Autant d’exposition pour la griffe qui compte bien séduire ainsi les magasins multimarques traditionnels. « Je pense que la marque pourrait avoir sa place dans des adresses comme L’Exception ou encore le Bon Marché Rive Gauche et Centre Commercial ». En attendant, elle est d’ores et déjà disponible chez Au Studio Français, un concept store qui fait la part belle au savoir-faire hexagonal, installé dans le Marais.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterIndustrieBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER