Au Printemps Paris élargit et redéfinit son vestiaire féminin

Le Printemps donne des ailes à son offre propre. Pour l’automne-hiver 2017/18, Au Printemps Paris - la marque du grand magasin parisien - décline une garde-robe féminine complète, elle qui ne proposait jusqu’alors qu’une ligne de pulls et de chemises pensés comme des essentiels. Ces basiques ne disparaissent pas, mais sont désormais accompagnés de robes, pantalons ou manteaux au parti pris stylistique plus affirmé.

Imprimé floral et association pardessus/jogging sont au programme de cet automne-hiver. - Au Printemps Paris

Cette saison, la mode féminine d’Au Printemps Paris, considérée comme une véritable griffe, « ne fait pas table rase du passé, mais permet de compléter la silhouette en proposant un vrai univers, grâce à des pièces plus fortes, plus mode et plus jeunes aussi », expose Charlotte Pissavy, directrice des collections femme d'Au Printemps Paris (prêt-à-porter et accessoires). Des pièces phare que sont par exemple un pantalon de velours pourpre ou une doudoune dorée au relief géométrique côtoient ainsi une chemise blanche ou une veste de smoking noire.

Pour l’automne 2017/18, la marque invite à une « balade urbaine », se divisant en trois thèmes : "New Classic" affiche des formes généreuses, mêlant matières nobles (velours, soie, fourrure…) et couleurs enveloppantes (noir, bordeaux, nude…), "Retro Style" offre une plongée dans les années 1970 (teintes orange, chocolat, bleu grisé) tandis que "Graphic Street" cultive les tons froids dans une ambiance plus sport et casual.

Dessinée par le bureau de style du Printemps, cette collection, qui use pour la première fois d’imprimés, se compose d’une cinquantaine de modèles, soit une centaine de références en incluant les déclinaisons de couleur. Côté confection et sourcing, Charlotte Pissavy cite l’Italie (pour les pulls notamment), la France, la Turquie, la Chine (pièces en soie) ou le Portugal (t-shirts). Le positionnement prix ? Comptez entre 120 et 185 euros pour une robe, et 260 euros pour un manteau en laine mélangée. Un choix plus premium que l’orientation prise par les Galeries Lafayette, qui ont récemment revu leur mode féminine sous la houlette de Laëtitia Ivanez.

Si la collection Au Printemps Paris s'inscrit aujourd'hui davantage dans l'air du temps, elle prône surtout une élégance décalée. « Plus qu’une cible d’âge, nous visons un type de femme, plus demandeuse de mode, analyse la directrice des collections. Mais pas forcément la fashion victim, on souhaite que chacune s’approprie le vêtement, que ce soit pour former un look classique ou une allure plus pointue ».

Le nouveau vestiaire féminin d’Au Printemps Paris, qui va bénéficier d’une communication spécifique auprès de la base clients et des visiteurs, se déploie d’ores et déjà dans son corner au 3ème étage du grand magasin parisien, mais aussi dans les points de vente en région.

La marque propre se décline aussi au rayon accessoires. - DR

Une évolution qui s’intègre dans la refonte plus globale de la marque propre, entamée en 2010 au rayon maison par l’offre de linge de lit et de toilette. Nouveauté 2017 : ce label s’étend désormais aux arts de la table et aux accessoires de mariage (pochettes). Quant au vestiaire masculin d’Au Printemps Paris, celui-ci s’élargit plus progressivement, se démarquant comme une collection plus urbaine que Brummel, la marque masculine historique du grand magasin, plus formelle.

Il faut rappeler que le premier chantier mode de cette marque transversale a concerné les accessoires en 2015, une collection présentant aujourd’hui plusieurs positionnements grâce à un grand corner au premier sous-sol avec des sacs dont le prix moyen est de 100 euros, mais aussi au travers d’une antenne au rez-de-chaussée aux côtés des griffes de luxe, avec une proposition de modèles affichés entre 200 et 250 euros.

Encore dans l’attente des premiers retours, Charlotte Pissavy formule le rêve que cette collection de vêtements femme puisse dans le futur être présentée dans une boutique à part entière, en dehors du grand magasin. Mais pour l’heure, le défi des équipes du Printemps est « d’installer la marque de prêt-à-porter sur la durée, en laissant le temps aux clientes de se l’approprier ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER