×
5 787
Fashion Jobs
Publicités

Au Forum de la mode, Bruno Le Maire réagit aux menaces de taxes américaines sur la maroquinerie française

Publié le
today 6 déc. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En ouverture du quatrième Forum de la mode ce vendredi 6 décembre au ministère de l'Économie, Bruno Le Maire a valorisé la puissance de la filière mode et luxe.


Bruno Le Maire a ouvert le Forum de la Mode - FNW


"La mode est l'incarnation du génie français", a-t-il lancé à l'assemblée, nombreuse malgré les grèves de transport affectant Paris. "Nous sommes dans un monde qui change vite et la mode est touchée par ces changements. Les consommateurs aspirent à une consommation différente. On consomme moins mais mieux, on aspire à l'information sur l'origine des produits, comment ils ont été réalisés, comment ils vont être recyclés".

Mais le sujet a vite dérivé vers la crispation internationale et précisément sur la menace de taxation de nombre de produits français par les Etats-Unis - suite aux conclusions du représentant du commerce américain après l'enquête de section 301 en réaction au projet de loi de taxation des entreprises du numérique. D'ici un mois, les taxes pourraient être appliquées outre-Atlantique avec notamment en ligne de mire le secteur de la maroquinerie. Devant l'assemblée de représentants de l'industrie de la mode et du luxe, le ton a vite tourné au bras de fer international.

"Vous êtes une activité internationale. Les tensions commerciales sont mauvaises pour le monde de la mode. Il n'y a pas d'avenir dans une guerre commerciale. Nous jugeons inacceptable ce projet de sanction. Nous en contestons le bien-fondé. La taxation n'est pas discriminatoire elle touche les acteurs américains, oui. Mais aussi français, européens ou chinois" a estimé le ministre.

Et plus que l'impact sur l'activité des industriels et des grands groupes de luxe et de mode, Bruno Le Maire a relevé que les sanctions auraient un impact sur l'emploi.

"Ce qui est concerné, c'est le champagne, les fromages et les sacs en cuir réalisés par un industriel comme Hermès. C'est la femme de 40 ans qui travaille sur la réalisation des sacs pour Hermès et qui en est fière. C'est elle qui est attaquée par ce projet de sanction américaine".

"Je dis avec clarté que si ces sanctions sont appliquées nous riposterons", a-t-il ajouté. "Nous ne nous laisserons pas faire. J'espère que nous éviterons de rentrer dans une situation qui ne bénéficiera à personne".

Le ministre de l'Économie, a précisé s'être rapproché de la Commission européenne pour coordonner ces sanctions.

"Je pense qu'il y a une voie préférable : reprendre la discussion à l'OCDE. Il existe un projet de texte. Cette taxation internationale est juste. Elle est simple et efficace. Il suffit que les Américains disent oui".

Dans le cas contraire, Bruno Le Maire propose que les discussions européennes reprennent pour une taxe au niveau continental.

"Ne croyez pas que ce sujet soit accessoire aux activités de la mode. C'est une question d'équité fiscale. Vous tous, sans exception, êtes soumis à une fiscalité 14 points supérieurs aux géants du numérique. Vous êtes soumis à la fiscalité du territoire. Les géants ont des millions de clients mais pas de présence physique et ne payent quasi pas d'impôts".

Une critique directe aux grands acteurs du digital et leur optimisation fiscale tout en mettant en lien les challenges d'innovation et de création du secteur. Invitant en particulier le secteur à investir dans le volet créatif et dans une industrie décarbonée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com