×
Publicités
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
17 juil. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Au Royaume-Uni, 240.000 emplois seraient menacés dans la mode

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
17 juil. 2020

C'est un cri d'alarme que lance le British Fashion Council (BFC) à l'attention des autorités du pays. L'instance de représentation de la mode outre-Manche appelle le gouvernement de Boris Johnson à venir en aide au secteur après la publication d'une étude du centre d'analyse Oxford Economics qui met en évidence "la dure réalité de l'impact de la pandémie mondiale sur l'industrie de la mode britannique".


Molly Goddard - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Londres - © PixelFormula


Selon l'organisation, la récession provoquée par la pandémie de Covid-19 "pourrait affecter l'industrie de la mode deux fois plus durement que l'ensemble de l'économie du Royaume-Uni, anéantissant ainsi la croissance supérieure à la moyenne réalisée par le secteur au cours des dix dernières années".

Selon le BFC, "parallèlement à l'impact économique, une génération entière de talents créatifs est menacée, ce qui met en danger la position du Royaume-Uni en tant que creuset créatif de la mode mondiale".

L'an dernier, le secteur de la mode employait 890.000 personnes en Grande-Bretagne ; à ce jour, près de 240.000 emplois pourraient être supprimés. Le BFC ajoute que "si on inclut les emplois indirects, ceux de la chaîne d'approvisionnement ou ceux concernés par les dépenses des consommateurs, ce chiffre s'élève à 350.000, soit 1% de tous les emplois au Royaume-Uni".

La contribution du secteur au PIB britannique devrait également diminuer, passant de 35 milliards de livres l'année dernière à seulement 26,2 milliards de livres en 2020 (de 38,5 à 28,8 milliards d'euros), tandis que les recettes du secteur devraient passer de 118 à 88 milliards de livres (de 129,8 96,8 milliards d'euros).

Ce sombre tableau arrive le jour même où la New West End Company, qui représente 600 détaillants établis dans le West End de Londres, annonce qu'un grand nombre d'emplois pourraient être supprimés dans le premier quartier commercial londonien si le gouvernement n'intervient pas.

Eviter à tout prix une vague de fermetures de magasins de mode



L'institution de représentation du secteur de la mode outre-Manche en appelle donc au gouvernement "pour faciliter la renégociation des baux lorsque les propriétaires n'agissent pas de manière responsable, ainsi que des mesures financières, comme des subventions ou des prêts à long terme à taux zéro, pour compenser les coûts des baux. Elle souhaite aussi "des réductions de loyer et de taux pour toutes les entreprises afin de s'assurer que nos villes et villages ne subissent pas une vague de fermetures qui entraînerait à son tour des pertes d'emplois massives".

Le BFC requiert par ailleurs des subventions ou des prêts à taux zéro pour les PME qui ne sont pas éligibles à d'autres mesures, mais qui étaient viables avant la crise sanitaire. Consciente des problèmes spécifiques rencontrés par les petites entreprises, l'institution souhaite que les grands distributeurs "soutiennent les petites entreprises en cessant d'annuler leurs commandes et en offrant des garanties de vente".

Devenir une référence en matière d'économie circulaire



Selon l'institution, il faut également favoriser la création d'un "écosystème permettant au secteur de se réinventer et d'établir des méthodes plus responsables dans les domaines de la fabrication, de la gestion des déchets, du recyclage et des modèles commerciaux, afin de mettre sur pied une économie circulaire de la mode qui servira d'exemple au monde entier".

L'organisme souhaite enfin organiser un moratoire sur le paiement des taxes douanières "pour soutenir le redémarrage des chaînes d'approvisionnement internationales et favoriser les flux de trésorerie dans l'industrie".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com