×

Au Royaume-Uni, les chaînes de fast-fashion ferment leurs portes

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
23 mars 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Frappées par la baisse de fréquentation de leurs magasins outre-Manche, les grandes chaînes de fast fashion ont décidé de fermer leurs portes jusqu'à nouvel ordre, et ce malgré l'absence de mesures obligatoires émises par le gouvernement pour freiner la propagation du Covid-19.


Les magasins Primark au Royaume-Uni et en Irlande ont fermé leurs portes - Photo, Sandra Halliday


Dimanche après-midi, c'est Primark qui a fermé ses 189 succursales sur le sol britannique. Les gouvernements britannique et irlandais exhortent actuellement leurs populations à appliquer les principes de distanciation sociale ; des mesures plus strictes seront probablement prises si cela ne suffit pas à enrayer l'épidémie.

Contrairement à la plupart de ses concurrents, Primark ne dispose pas de son propre canal de distribution e-commerce, ce qui ajoute une difficulté supplémentaire à sa situation : pour l'entreprise britannique, fermer ses magasins, c'est ne rien vendre du tout. Résultat, celle-ci a annulé toutes ses commandes auprès de ses fournisseurs, d'autant plus que ses magasins sont également fermés dans la plupart des pays d'Europe.

Si le personnel de vente de Primark se retrouve au chômage, les équipes de création et d'approvisionnement de son siège social sont également affectées par la fermeture de ses magasins, tout comme les entreprises de fabrication de toute sa chaîne d'approvisionnement et les autres employés chargés de ses opérations logistiques. 

La société, filiale du groupe coté en bourse Associated British Foods, assure que ses employés directs recevront leur salaire complet pendant 14 jours. On ne sait pas ce qui se passera ensuite, mais le gouvernement britannique a mis en place des mesures pour verser jusqu'à 80 % des rémunérations des salariés tant que leurs employeurs acceptent de maintenir leurs contrats. 

Pour Paul Marchant, le PDG de Primark, l'enseigne doit faire face "à une situation sans précédent, et franchement inimaginable".

D'autres détaillants britanniques de fast fashion ont pris la décision de fermer leurs magasins. Samedi, New Look — qui planche toujours sur son plan de relance — a fermé la totalité de ses 480 magasins au Royaume-Uni, après avoir suspendu vendredi l'activité de ses 28 magasins en Irlande. La plateforme e-commerce de l'entreprise est toujours en activité, ce qui n'a pas empêché New Look d'envisager une réduction de sa production.

River Island a également fermé ses magasins au Royaume-Uni et en Irlande à la fin de la semaine dernière, mais son site Internet continue de distribuer ses produits "24 heures sur 24, 7 jours sur 7". 

Par ailleurs, le groupe Arcadia, qui contrôle les marques Topshop, Topman, Miss Selfridge, Burton, Dorothy Perkins et Wallis, a fermé ses centaines de magasins sur le sol britannique. Selon la presse, l'entreprise prévoit de payer ses employés jusqu'au mois prochain, avant de réexaminer la situation.

Voilà une mauvaise nouvelle pour Arcadia, dont plusieurs filiales opèrent déjà dans le cadre de procédures de "company voluntary arrangement", l'équivalent britannique du concordat préventif, après plusieurs années de déclin du marché de la mode au Royaume-Uni.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com