×
Publicités
Publié le
3 sept. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Au Who's Next, un premier jour sous le signe de l'optimisme

Publié le
3 sept. 2021

Premier rendez-vous physique de la rentrée, le salon Who’s Next se tient depuis ce vendredi jusqu’à lundi 6 septembre à la Porte de Versailles à Paris. Cela faisait plus d’un an et demi, que le rendez-vous mode, intégrant à présent le salon du bijou Bijhorca, n’avait pas pu se tenir au parc des Expositions.


Entrée du salon Who's Next - MD pour FNW


 Pour célébrer ce retour, WSN Développement a misé sur la bonne humeur et l’envie de renouer avec l’esprit festif qui caractérise le rendez-vous. D’immenses arches composées de ballons et de fleurs gonflables accueillaient les visiteurs sous un soleil radieux.

Un astre bienvenu, les visiteurs devant montrer patte blanche (et surtout pass sanitaire) pour pouvoir pénétrer dans les deux halls qui composaient l’évènement. Contexte oblige, le fameux pass était demandé à l’entrée de chaque hall, suscitant parfois quelques incompréhensions.

Mais dans l’ensemble, chacun le plaisir des retrouvailles en physique alliées à la scénographie aux couleurs acidulées et aux animations présentées par les équipes de WSN Développement menées par Frédéric Maus (comme un manège d’autotamponneuses gratuit et la grande scène externe accueillant un concert) véhiculaient une ambiance optimiste dans des allées. Bien fournies en matinée, durant cette première journée, celles-ci ont même été arpentées par Alain Griset, ministre délégué aux TPE-PME, présent pour ce coup-d’envoi.


Alain Griset, ministre délégue aux TPE-PME était présent aux côté de Frédéric Maus (WSN Développement) pour la première journée du salon - FNW



« C’est un immense plaisir de pouvoir participer de nouveaux à des évènements physiques. Il y a un an j’étais déjà venu (Sur le salon Première Classe aux Tuileries, Ndlr) et personne n’imaginait qu’à la rentrée nous pourrions avoir un tel rendez-vous, rappelle le ministre. Il y a un an c’était l’inquiétude. Aujourd’hui nous sommes dans une situation où les entrepreneurs parlent de projets et d’avenir ».
Tous les exposants ou visiteurs n’affichaient pas nécessairement cet optimisme, mais montraient leur engagement dans la participation à l’évènement
 
"Nous nous sommes appelés entre marques et, et même s’il y a des absents, nous nous sommes dit quoi fallait être solidaires et participer au salon, pour montrer que nous sommes là!" explique de son côté Olivier Cris, dirigeant de la marque parisienne de cachemire Notshy, qui en une matinée avait déjà signé de nouveaux clients multimarques en région, notamment à Lille, Tours et La Roche sur Yon.

Et même pour les acteurs qui ont su tirer leur épingle du jeu ces derniers mois, il y avait une sorte d’impatience à retrouver l’évènement.
« Malgré la pandémie et l’absence de salons, nos dernières collections ont très bien fonctionné, explique la dirigeante de la marque de prêt-à-porter Maevy. Mais en venant, nous jouons le jeu de la profession ».




"C'est un peu la rentrée des classes après avoir été deux ans sans école", plaisante Yasmine Augier Buron cofondatrice Rive Droite, la marque de sacs et d’accessoires écoresponsables, qui se réjouit de renouer avec les rencontres physiques et a vu dans cette première journée une belle dynamique commerciale se créer sur son stand situé dans l’espace Impact.

SI l’affluence reste encore modeste par rapport à une édition pré-Covid, quelques indicateurs incitaient à l’optimisme lundi soir. Sur les stands, les carnets de commande étaient sortis et des visiteurs de toute la France et au-delà étaient présents dans le salon.
 

Un espace détente sous le soleil entre les deux halls du salon - MD pour FNW



Chez Nach, la marque de bijoux en porcelaine habituée à exposer au Who’s Next, même si les objectifs en comparaison de l’avant crise ont été un peu revus, on se réjouit également de ce retour. "Nous sommes contents d’être là, nous avons survécu à cette période compliquée", indique-t-on sur le stand de la marque qui fête ses dix ans. Et bien sûr, ici aussi l’ambition n’est pas seulement de faire acte de présence mais bien d’enregistrer des commandes.
 
« En fait, nous travaillons toujours sur le salon. Bien sûr, nous pouvons toujours voir les clients en showroom. Mais être ici, cela permet de recréer du lien. Et rien qu’aujourd’hui nous avons signé plusieurs nouveaux clients et même des clients des Etats-Unis et d’Espagne », relève Julien Doligez, cofondateur des marques de prêt-à-porter Sacré Cœur et de Tinsels.

Une dynamique aussi perçue du côté de Grace & Mila, même si le stand est un peu plus petit qu'à l'accoutumée. "Les acheteurs du grand export sont malheureusement absents, mais nous avons reçu ce vendredi des visiteurs venant d'Espagne, de Grèce, d'Italie et de Belgique" énumère Sandrine Amadoux, responsable image, marketing et communication de la marque.
Autant d’éléments qui, malgré les files d’attentes aux entrées et la chaleur estivales dans les halls, faisaient germer une pointe d’optimisme. De bonnes dispositions à concrétiser dans les trois prochains jours.

La rédaction
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com

Tags :
Mode
Divers
Salons