×
6 683
Fashion Jobs
Publicités

Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, l'heure des soldes a déjà sonné

Par
Les echos
Publié le
today 28 déc. 2006
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A peine sortis des festivités de Noël, des acheteurs se pressaient dès 3 heures du matin mardi 26 décembre devant les portes de Selfridges, sur Oxford Street, à l'affût des bonnes affaires proposées par le grand magasin londonien. Jusqu'à 75 % de réduction dans l'habillement masculin !


Séance shopping pour de nombreux Londoniens lors des soldes à Oxford Street, Londres - Photo : Carl De Souza/AFP

De l'autre côté de l'Atlantique, à New York, une autre célèbre enseigne, Macy's, ouvrait ses portes sur Broadway à 7 heures avec des remises atteignant 65 %.

Ces deux institutions du commerce outre-Manche et outre-Atlantique ne se sont donc accordé aucun répit, comme pour tenter de sauver dans les derniers jours une saison des fêtes de fin d'année globalement en demi-teinte en Grande-Bretagne comme aux Etats-Unis, où le ralentissement économique et la météo semblent avoir douché l'enthousiasme des consommateurs.

Le coup d'accélérateur de dernière minute donné au cours du week-end juste avant Noël, selon une étude du cabinet américain ShopperTrak, pourrait bien ne pas suffire à sauver la saison. « Dans l'ensemble, les ventes pendant la saison des fêtes peuvent être qualifiées de faibles », souligne ainsi l'institut SpendingPulse à partir d'une enquête réalisée par les cartes de crédit MasterCard.

Au total, les ventes ont progressé de 6,6 % par rapport à l'an dernier pendant la saison des fêtes, au lieu de + 8,7 % pour 2005. Un résultat particulièrement décevant, estime l'institut puisqu'il y avait cette année un jour de plus pendant la période comprise entre la fête de Thanksgiving et Noël.

Les professionnels abordaient cette période avec appréhension, car les consommateurs américains ont dû composer avec un marché immobilier en fort retournement, ce qui n'est bon ni pour le moral ni pour le portefeuille des ménages.

D'autres facteurs ont également joué contre le shopping cette année, dont une météo particulièrement capricieuse. Celle-ci a sans doute profité au commerce en ligne. Le numéro un mondial, Amazon.com, vient ainsi d'annoncer que « la saison des fêtes 2006 a été la meilleure jamais enregistrée ».

Le 11 décembre a marqué le pic des ventes, avec plus de 3,4 millions de colis expédiés. Ce qui n'a pas empêché l'action du groupe dirigé par Jeff Bezos de perdre 1,09 % mardi, jour de l'annonce. Certains distributeurs traditionnels ont également tiré leur épingle du jeu, comme la chaîne de grands magasins britannique John Lewis, qui a indiqué avoir réalisé des ventes supérieures à ses prévisions.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Les Echos