×
Publicités
Par
AFP
Publié le
12 déc. 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Aux Etats-Unis, même la ruée sur le "discount" se tarit

Par
AFP
Publié le
12 déc. 2008

NEW YORK, 12 déc 2008 (AFP) - Pourquoi payer des chaussures 275 dollars lorsqu'on peut avoir les mêmes pour 149,97 ? A New York, quelques magasins ont construit leur réputation sur les rabais qu'ils appliquent aux marques. Mais à l'heure de la récession, même la ruée sur le "discount" se tarit.


Photo : Carl de Souza/AFP

Situé à quelques mètres de "Ground Zero" à Manhattan, Century 21, le plus célèbre de ces magasins, propose quatre étages de marchandises allant des jeans aux rideaux de douche.

Dès 07H45, des centaines d'acheteurs, étrangers pour la plupart, empilent chemises, chaussettes et écharpes dans des chariots à roulettes en plastique rouge.

"Le yen est fort actuellement, ce caleçon Polo Ralph Lauren que je paye 9,99 dollars me couterait environ 30 dollars au Japon", déclare Tomo, 33 ans, un graphiste industriel qui vient une fois par an à New York faire sa provision de sous-vêtements masculins.

Mais à l'heure de la crise, alors que la plupart des boutiques, même les plus luxueuses, proposent des soldes à 50 % voire 70 % à trois semaines de Noël, les affaires sont loin d'être prospères.

"Nous avons moins de clients que l'année dernière", remarque Laura Marrocolla, vendeuse depuis dix ans chez Century 21. "D'habitude, les gens font la queue dès l'ouverture, là ce n'est pas le cas alors que nous sommes dans la meilleure période de l'année", souligne-t-elle.

Les acheteurs parlent français, italien, hébreu ou suédois, et évoquent la récente remontée du dollar pour expliquer leurs moindres dépenses.

Pour appâter le client, Century 21 souligne l'économie réalisée par rapport à des prix qui sont censés être pratiqués ailleurs. Ainsi, un coffret de cosmétiques Lancôme, "qui coûtait 80 dollars, est vendu actuellement 72,50 dollars, alors que sa valeur est de 109 dollars", proclame une pancarte au rayon parfumerie.

Daffy's, paradis pour enfants situé sur Broadway, Syms, qui habille les hommes sur la très élégante Park avenue, la chaîne Filene's Basement, Designer Shoe Warehouse, toutes ces enseignes se sont spécialisées dans le "discount", une formule qui permet surtout d'écouler les invendus ou les produits les moins réussis.

Dans la panoplie du consommateur économe, les dépôts-vente sont une source précieuse d'approvisionnement, mais là aussi l'offre dépasse la demande.

L'un des plus élégants, Ina, qui a plusieurs boutiques à New York, offre des sacs Chanel d'occasion à 1 600 dollars et des vestes en vison à 4.000.

Mais la boutique de Prince Street est pratiquement vide, les passantes ressortent sans rien acheter, et la gérante est surtout occupée à négocier au téléphone: "Vous voulez 75% du prix de vente? Non, ici c'est 50/50", répond-elle à une femme qui voudrait se défaire de ses bijoux.

Chez Tokyo 7, une caverne d'Ali Baba remplie de jupes Gucci à 250 dollars, étoles en fourrure à 150 et robes Valentino à 160, une jeune blonde apporte des affaires qu'elle cherche à vendre, notamment une paire de bottes qu'elle a achetée 1 200 dollars.

"Proposez un prix", dit le responsable asiatique de la boutique. "Huit cents dollars? Vous rêvez, on en trouve partout des neuves soldées deux fois moins cher! Je peux essayer de les vendre 200 dollars, 100 pour vous et 100 pour moi, mais sans garantie", dit-il à la jeune femme qui accepte. "Je n'ai pas le choix, j'ai besoin d'argent", dit-elle en refusant de donner son nom.

Par Paola MESSANA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.