×
Publicités

Avec la crise sanitaire, une foncière imagine le drive pour ses galeries marchandes

Publié le
27 mai 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Permettre à tous les commerces d'une galerie marchande de livrer directement au parking, c'est le pari fait par Ceetrus. La foncière en charge de 279 sites commerciaux attenants aux supermarchés Auchan entend ainsi aider à la relance de la consommation en cette période de précautions sanitaires. Une remise des commandes extérieures aux surfaces de vente qui avait notamment été proposée par Bercy et les fédérations d'enseignes au moment du déconfinement.



La livraison sur le parking se fait via un espace spécialement aménagé - Melting Point


Le dispositif a été déployé le 18 mai au sein du centre commercial francilien Aushopping Saisons de Meaux, rejoint la semaine suivante par les sites de Noyelles, Grand Plaisir, Englos Les Géants et Bordeaux Lac. Le dispositif est gratuit pour les enseignes, s'inscrivant dans un effort pour relancer la consommation non alimentaire dans les points de vente physiques.

Kiabi, Lacoste, Foot Locker, Okaïdi, Jules, Bizbee, Courir, Sergent Major et même Swarowski font partie des enseignes qui y ont d'ores et déjà adhéré au systême. Il suffit pour le client de passer par le portail de vente des enseignes pour choisir un retrait en magasin. C'est là qu'intervient le prestataire choisi par Ceetrus, Melting Point, qui centralise les achats multi-enseignes réalisés par un client avant de le contacter pour fixer un rendez-vous dans un espace spécialement aménagé sur le parking.

Extension du click&collect en magasin



Au départ regardé avec circonspection, le drive alimentaire n'en a pas moins connu une succès grandissant depuis une décennie. La crise du Covid-19, et les mesures sanitaires qui lui sont associées, pourraient donc mettre le pied à l'étrier de son pendant non alimentaire. Une extension du click&collect en magasin qui rejoint par ailleurs les recommandations de l'État et des instances représentatives du commerce.

Comme l'annonçait FashionNetwork.com à la veille du déconfinement, l'Alliance du commerce (grands magasins, enseignes mode/chaussures) suggérait avec Bercy la mise en place de points de click&collect en dehors des magasins. Ceci afin d'éviter d'éventuelles files d'attente en magasins, où il est recommandé de limiter le nombre de clients par mètre carré. Mettre à profit les parkings des zones commerciales périphériques permettrait donc de limiter le flux dans les galeries marchandes.

Fnac, Darty, Castorama, Bricomarché et plusieurs enseignes avaient déjà déployé leur propre offre de drive ces dernières semaines. Comme le relevait FashionNetwork, des enseignes mode et sport comme Kiabi, Decathlon ou Instersport avait elles-mêmes lancé l'expérimentation de drive, ces dernières semaines.

Le principal frein à cet outil reste la non-digitalisation de nombreux commerces indépendants présents dans ces centres commerciaux de proximité. Une faiblesse identifiée de longue date par la Fédération nationale de l'habillement, côté indépendants, et par le Conseil du commerce de France, qui entamait l'an dernier une tournée de sensibilisation des commerces sur le sujet. Parmi les commerces exploitant le drive de Ceetrus, on peut noter la cave à bières Chez Marcel. Cette dernière propose aux clients de commander par mail à partir d'un liste spéciale de produits disponibles, le paiement se faisant lors d'une confirmation par SMS.

Le drive et le click&collect ont néanmoins une différence de taille qu'il convient de garder en tête : là où le retrait en boutique occasionne des achats supplémentaires, le drive limite les dépenses à celles faites en ligne. Si d'autres foncières venaient à instaurer cet outil, ce dernier pourrait devenir un énième service payant proposé aux enseignes locataires. Locataires qui s'opposent actuellement aux foncières quant au paiement des loyers durant les semaines de confinement. Ceetrus s'était illustré mi-avril en devenant l'une des rares foncières à renoncer à faire payer ses enseignes pour la période. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com