×
5 153
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
24 janv. 2023
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Avec ses robes totems, Stéphane Rolland célèbre les joyaux du Brésil au Palais de Chaillot

Publié le
24 janv. 2023

Bienvenue à Rio de Janeiro. Dans la baie, le soleil se lève sur un air endiablé de Bossa Nova. Des robes vaporeuses succèdent à des silhouettes richement parées d'or. Pour sa collection Haute Couture, printemps-été 2023, présentée au Palais de Chaillot ce mardi 24 janvier, le créateur français Stéphane Rolland livre sa vision d'un Brésil exalté et fantasmé. Le défilé étant bercé de symboles précolombiens et de l'or des Conquistadors.


Stephane Rolland - Spring-Summer2023 - Haute Couture - France - Paris - © ImaxTree


Immersion totale en Amazonie. Un poncho immaculé, comme un voile irisé, avec une sculpture sur l’épaule gauche ouvre le bal, sur des notes d’Antonio Carlos Jobìm à la guitare. S’ensuivent des robes "colonnes", des fourreaux parfois asymétriques, en crêpe et gazar blanc, dont l’épure est ponctuée de pierres précieuses et de bracelets dorés oversize. Manchettes d’ébène et bague géantes, la femme habillée de ces "robes totems" est comme déifiée.

"Cela faisait longtemps que je voulais faire un show dédié au Brésil", sourit Stéphane Rolland qui y a vécu pendant son adolescence. "J'adore ce pays, j’admire le style et le plaisir de la vie qu’ont les Brésiliens au quotidien. Avec des silhouettes trapézoïdales et des motifs en relief, je voulais mettre en avant l’héritage très architectural de Rio et Brasilia", détaille le créateur inspiré par les créations rondes et généreuses de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer.

Sur les robes et combinaisons, Stéphane Rolland offre ainsi des volumes audacieux, son péché mignon, à grands renforts de capuches élancées dans les airs et d’épaules démesurées, métamorphosant une combinaison de couleur café en un papillon gracile évoluant sur le podium.

De l'or à foison et des pierres précieuses



Les notes de piano sont comme suspendues, le temps s’étire, à l’image des boucles d’oreilles allongées en forme de virgule. Surgit un poncho émeraude drapé. Jouant sur la transparence d’un tissu charmeuse, celui-ci affiche un décolleté vertigineux orné de malachites, d’un vert hypnotique. Puis une robe à capuche en crêpe lamé or, brodé d’améthystes dont la cape ondule sur le catwalk.

"Seigneur, qui êtes le ciel et la terre, qui êtes la vie et la mort. Le soleil, c’est toi, la lune c’est toi, et le vent c’est toi aussi." La voix chaude de la chanteuse brésilienne Maria Bethania, récitant une prière du poète Fernando de Pessoa, accompagne une silhouette pyramidale, impressionnante.

A l’image de la Vierge noire d’Aparecida – la sainte patronne du Brésil - la mariée est vêtue d’une cape aux volumes amples, en gazar cloqué lamé or, entièrement ornée de sculptures "Marajoara". Ces symboles rendent hommage à cette civilisation précolombienne qui vivait sur les bords du fleuve Amazone.


Stephane Rolland - Spring-Summer2023 - Haute Couture - France - Paris - © ImaxTree


"On a utilisé énormément de feuilles d'or pour cette dernière robe, sourit le couturier. Tous les éléments ont été laqués puis recouverts d'or par l’architecte d’intérieur Fabien Barbera. Les éléments sculptés sont fait d’un alliage particulier, toute la difficulté était de faire un rendu qui parait énorme, épais et lourd alors que c’est extrêmement léger à porter."

En subjuguant ses invités et sa clientèle internationale, principalement venue d'Asie et du Moyen Orient, le styliste occupe avec éclat ce deuxième jour de la Semaine de la Haute Couture parisienne. Dans un scenario stylistique découpé en trois actes, il replonge dans le mythe antique d'Orphée et Eurydice et livre une réinterprétation contemporaine, en clin d'œil à Orfeu Negro, le long-métrage du cinéaste français Marcel Camus décrivant le Brésil des années 1950.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com