×
6 209
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
9 avr. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Avec son pôle logistique de Trecate, Kering s'enracine un peu plus en Italie

Publié le
9 avr. 2021

L’Italie reste plus que jamais la fabrique du luxe mondial. Mais pour Kering, pas seulement. Avec son dernier investissement dans l’immense plateforme logistique de Trecate, dans le Piémont, le groupe de luxe resserre ses liens avec ce pays qu’il considère essentiel non seulement pour la production de ses produits, mais aussi pour son positionnement stratégique, offrant une interconnexion idéale entre sa filière d’approvisionnement et sa structure de distribution.


Le site de Kering Eyewer installé dès sa création en 2014 en Vénétie - Kering


A l’occasion de la présentation du nouveau hub lors d’une visioconférence jeudi, le directeur général délégué Jean-François Palus n’a pas voulu révéler le montant engagé par la société dans cette opération, mais il a souligné qu’il s’agissait "de l’investissement le plus important de Kering dans la péninsule".

"Ce n’est pas un hasard si nous avons choisi l’Italie. C’est un pays où nous avons réalisé historiquement nos principaux investissements dans les savoir-faire artistiques et artisanaux, et maintenant également dans les compétences logistiques", souligne-t-il.

De fait, depuis la prise de participation du groupe français dans Gucci Group en 1999, étape déterminante dans l’évolution de la société vers sa transformation en pure player du luxe, le poids de l’Italie n’a cessé de croître, faisant de Kering de fait un groupe franco-italien.

En témoigne la présence de managers italiens au plus haut niveau de sa gestion. Ainsi, quatre membres du comité exécutif sur douze sont de nationalité italienne (la PDG d’Yves Saint Laurent Francesca Bellettini, le patron de Gucci Marco Bizzarri, le CEO de Bottega Veneta Bartolomeo Rongone et Roberto Vedovotto, fondateur de Kering Eyewear).

Au-delà des Alpes, Kering emploie 11.000 personnes sur un total de 38.000, soit plus d’un quart de ses effectifs, tandis que les marques transalpines représentent presque la moitié de son portefeuille. A commencer par Gucci, véritable locomotive du groupe, qui compte pour 60% de son chiffre d’affaires. Suivie par Bottega Veneta, acquise en 2001 et passée d’un chiffre d’affaires de près de 30 millions à 1,2 milliard d’euros en 2020, puis par Brioni, Pomellato et DoDo, auxquelles il faut ajouter Kering Eyewear, le lunetier créé et implanté en Vénétie depuis 2014.

Entre ateliers ou sites de production (24) et tanneries (4), le géant du luxe compte 28 usines sur le territoire transalpin, auxquelles devraient s’ajouter dans les prochaines années un atelier de maroquinerie Yves Saint Laurent à Scandicci, près de Florence, et toujours en Toscane, le premier atelier de production en Italie de Balenciaga, prévu pour 2021. Une présence similaire donc à celle de son concurrent LVMH, qui dénombre 31 sites productifs dans la péninsule.

La présence du groupe en Italie - Kering


A ces sites s’ajoutent deux bureaux de design, un espace d’exposition, deux hubs dédiés à l’innovation (le MIL -Materials Innovation Lab-, une bibliothèque de textiles durables à Milan, et le TIL -Test & innovation laboratory-, un centre de tests chimiques, physiques et biologiques pour les activités de ses marques situé à Prato, en Toscane), onze sièges et bureaux, ainsi que le nouveau pôle logistique de Trecate, portant le nombre total d’entités Kering sur le territoire à 44, implantées dans six régions (Lombardie, Piémont, Toscane, Vénétie, Latium et les Abruzzes, qui accueillent les ateliers et l’usine de Brioni).

Le groupe a également investi dans la préservation et la transmission des métiers et des techniques via des écoles internes à ses maisons, comme la Scuola di Alta Sartoria de Brioni pour former les tailleurs et celle des Maestri Pellettieri de Bottega Veneta pour la maroquinerie, tandis que Pomellato, pour sa part, a noué un partenariat avec l’école Galdus Goldsmith pour former ses orfèvres. En 2018, Gucci inauguré le Gucci ArtLab, un laboratoire de recherche et développement pour les activités de maroquinerie et de chaussures, et l’Ecole de l’Amour, offrant un cursus de formation et de spécialisation à ses nouveaux employés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com