×
Publicités

Aymeric Moser (Spartoo) : " Le textile est pour nous un complément de la chaussure"

Publié le
today 16 déc. 2016
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le directeur marketing de Spartoo, Aymeric Moser, évoque pour FashionNetwork la place de l'habillement dans l'activité, le rôle de la fidélisation, et le lancement d'une nouvelle version plus "fashion" du portail. (interview à lire en intégralité sur FashionNetwork Premium).

Campagne Betty London - Spartoo


FNW : Quelle évolution connaît le portail ?

AM : Nous lançons la nouvelle version de notre page d’accueil, avec une approche beaucoup plus orientée mode. Ce n’est pas réellement une stratégie nouvelle, mais nous voulions souligner davantage la mode au travers de visuels et de mises en scènes. De conforter un environnement "fashion". Il y a à présent de plus en plus de photos portées, d'images d’ambiance, plutôt que des produits simplement affichés. On veut donner envie à nos clients de naviguer, trouver l’inspiration, tout en gardant l’efficacité que l’on nous connait.

FNW : Quelle est la place de l’habillement, dans votre stratégie ?

AM : Le textile prend bien dans nos ventes. Mais dans l’esprit collectif, nous restons néanmoins des chausseurs. Le textile est pour nous un complément de la chaussure, pour améliorer notamment la fréquence d’achat. Il y aura donc toujours un mix dans lequel la chaussure sera prépondérante, associée à de l'habillement dans une moindre mesure. A terme, habillement et marques propres pèseront chacun 20 % des ventes.
 
FNW : Comment comptez-vous y parvenir, pour vos marques propres ?

AM : C’est un objectif que nous soutenons par des investissements importants. Notamment via des campagnes télévisées, comme celle menée à la rentrée autour de Betty London. Le parti-pris n’était plus de dire "Spartoo vend des chaussures" mais "Betty London, disponible sur Spartoo". Une autre approche. Nous avons pris le parti de faire de la mode accessible, au regard du pouvoir d’achat. Là où des concurrents ont choisi des prix élevés pour leurs lignes propres.
 
FNW : Comment répondez-vous à l’enjeu grandissant de la fidélisation ?
 
AM : Nous avons déjà un système de points de fidélité cumulés à chaque achat, ce que peu de sites font. Notre autre programme, Spartoo Premium, donne accès pour 20 euros par an à des discounts à l’année, la livraison gratuite le lendemain, et des avant-premières et offres ponctuelles. Nous sommes en très forte croissance, avec une centaine de milliers d’adhérents. Des clients qui commandent plus, et augmentent encore leurs dépenses une fois inscrits.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com