Azzaro fait défiler l'homme à la Haute Couture

Chez Azzaro, il faut que ça brille ! Après les premières bases posées lors de la Haute Couture en juillet dernier, Maxime Simoëns, arrivé à la tête de la direction artistique de la maison au printemps dernier, s’est déchaîné cette saison. Avec ses plumes, ses perles, ses paillettes, ses cristaux, ses franges métalliques et autres strass déclinés sur un vestiaire sombre, c’est une collection étincelante, embrasant la nuit, qu’il a présentée mercredi au Musée de l’Homme, dévoilant pour l’occasion la toute nouvelle ligne Azzaro Ateliers : un prêt-à-porter premium ultra-luxe pour femme et homme.

L'homme Azzaro en version prêt-à-porter de luxe - PixelFormula

Mêlant pièces couture et prêt-à-porter, mais aussi masculin/féminin - les femmes empruntant allègrement dans la garde-robe de Monsieur et vice-versa -, le créateur a volontairement brouillé les pistes pour donner sa nouvelle vision d’une couture en pleine évolution. « Ce prêt-à-porter est une nouvelle couture, adaptée à notre époque avec davantage de pièces de jour. En même temps, il y a l’idée d’un savoir-faire que l'on perpétue », nous explique le designer.

« La taille de notre atelier a été amplifiée. Tout notre prêt-à-porter est réalisé en France, sauf le denim, avec pour la plupart des tissus français. Sur l’homme, les costumes sont vendus entre 1 500 et 2 000 euros. Sur la femme, les robes vont de 1 000 à 3-4 000 euros et peuvent aller jusqu’à 10 000 pour les pièces les plus travaillées », poursuit-il.

La brillance, qui est au cœur de la maison, traverse toute la collection pour sublimer une femme Azzaro sensuelle et charnelle, qui aime la vie nocturne, mais aussi son pendant masculin. « Un homme audacieux, flamboyant, qui aime sortir, avec une attitude rock », tel que le décrit le designer, qui lui a dessiné « une silhouette longiligne et skinny ».

Ainsi, la chemise blanche classique est bordée d’une fine chaîne argentée. Un jeans déchiré laisse entrevoir par ses trous effilochés du lurex doré, un blouson en cuir de veau craquelé est lamé or. Les écharpes en soie noire sont frangées de chaînettes brillantes. Une veste noire est entièrement recouverte de baguettes en cristal. Le tissu tailleur de banquier est présent, certes… mais dans un kimono-peignoir.

Azzaro, printemps-été 2018 - PixelFormula

La femme n’est pas en reste avec ses leggings à paillettes réversibles mates et brillantes, ses robes drapées en jersey lamé aux reflets bleus, ou en velours dévoré pigmentées de fils de lurex. Sans oublier les classiques d’Azzaro, comme le caftan, proposé ici en mousseline de soie noire disséminé de cristaux, ou la célèbre maille retricotée avec des chaînes.

Une robe transparente est entièrement brodée de perles et franges perlées reprenant le motif du zèbre. Une robe bustier en velours noir simule les fleurs du cerisier avec des perles et des pièces en métal. La femme Azzaro exprime tout son esprit festif, notamment à travers ce look nuisette et manteau de plumes d’autruche fuchsia. Et naturellement, comme son homme, elle raffole des blouses pailletées avec nœud Lavallière.

« J’ai voulu une collection à la fois romantique et rock, inspirée des années 1970, avec beaucoup de mixité, comme l’illustre aussi le casting du défilé. Azzaro a toujours été une maison caractérisée par son ouverture au monde », résume Maxime Simoëns.

La robe frangée de perles Azzaro - PixelFormula

Cette ligne de prêt-à-porter Azzaro vient compléter l’offre de la maison parisienne, créée en 1967 par le créateur franco-Italien Loris Azzaro et rachetée en 2006 par le family office basé à Andorre Reig Capital Group. Elle permet une offre commerciale mélangeant couture et prêt-à-porter, avec l'homme et la femme, à côté d’Azzaro Couture, vendue dans le salon de la maison et via des trunk shows, et d’Azzaro Paris, la ligne diffusion masculine, depuis toujours gérée sous licence, dont le design vient d’être repris en main par la maison.

« Les ventes d’Azzaro Paris ont eu une bonne croissance. En avril, nous allons ouvrir notre première boutique Homme dédiée à cette ligne commerciale, dans le Marais, à Paris », nous confie le directeur exécutif, Gabriel de Linage. « Les ventes de la couture ont doublé. Nous sommes sur une bonne dynamique et il y a vraiment une forte attente autour du prêt-à-porter », conclut-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversParfumsDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER