Ba&sh vise 115 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année

Sur le segment du luxe accessible, Ba&sh entend bien se faire une place, non pas d'outsider, mais bien d'acteur d'envergure internationale. La griffe parisienne, soutenue par L Capital depuis 2015, à hauteur de 50 % des parts, continue de muscler son développement et en récolte les fruits avec une nouvelle croissance à deux chiffres attendue cette année.


La première boutique new-yorkaise ouverte en septembre 2017 sur Bleecker Street. - Ba&sh

Fondée par Barbara Boccara et Sharon Krief en 2003, la marque féminine vient d'annoncer le passage d'un cap symbolique : celui des 100 millions d'euros de chiffre d'affaires... dès la fin septembre. « A la fin de l'année, nous espérons atteindre les 115 millions d'euros, avec pour l'instant une croissance de 20 % en comparable », précise Pierre-Arnaud Grenade, le directeur général de Ba&sh.

Une croissance qui n'a pas dégradé la rentabilité, affirme le dirigeant, avec une marge opérationnelle toujours supérieure à 15 %. Une progression soutenue par un plan de développement en trois axes : l'extension du réseau international, l'offre produit, avec un travail à mener sur l'accessoire, mais aussi le digital, qui ne représente « que 8 % » des ventes totales, ce qui laisse entrevoir encore un vrai potentiel de croissance », commente le dirigeant.

Si les développements de l'offre et du digital sont encore en cours d'élaboration, le premier sujet, celui du déploiement international, a lui bien avancé cette année. Comme nous vous l'annoncions avant l'été, l'expansion asiatique a bel et bien démarré et s'est même amplifiée ces dernières semaines. Aux trois premières boutiques hongkongaises se sont ainsi ajoutées six premières adresses en Chine continentale depuis août : quatre à Pékin et deux à Shanghai. D'autres suivront en 2018, avec un objectif de 20 unités fixé par la marque, via sa filiale appuyée opérationnellement par son partenaire ImagineX, gestionnaire du réseau.

Mais le nouvel axe fort du développement international de Ba&sh en cette fin d'année se positionne également outre-Atlantique. Après une première incursion en corners chez Neiman Marcus en 2016, la griffe a inauguré ses premières boutiques américaines : deux adresses ouvertes depuis la rentrée à Miami et New York (downtown), en attendant deux autres, toujours à New York (dans l'Upper East Side cette fois, sur Madison Avenue), mais aussi à Los Angeles, normalement avant la fin de l'année.

Là aussi, la marque a choisi d'opérer en direct, confiant en février dernier les rênes de sa filiale nord-américaine à Sarah Benady (ex-responsable américaine de The Kooples notamment). Mais contrairement à la stratégie asiatique, le retail ne sera pas roi dans le plan de développement, puisque les ouvertures se feront plutôt au compte-gouttes, pour appuyer davantage sur le canal wholesale et le digital.

D'ici 2020, la marque compte équilibrer la part française des ventes et l'export, alors qu'il représente actuellement un tiers du chiffre d'affaires. « Nous estimons que l'on peut porter l'Asie et les Etats-Unis à 30 % du chiffre d'affaires », explique Pierre-Arnaud Grenade, rappelant la prédominance de l'Europe, toujours développée en parallèle. 

« On peut se demander pourquoi nous démarrons en même temps deux chantiers aussi importants que l'Asie et les Etats-Unis, mais cela correspond à notre volonté de devenir une marque globale », affirme le directeur général. « Notre entrée sur le marché américain, par exemple, est fortement soutenue sur le plan marketing et, sur ce pays en particulier, on sait que les investissements vont rejaillir sur notre notoriété mondiale. Celle-ci s'en trouve multipliée en actionnant les deux régions à la fois », estime-t-il.

Et de renchérir : « C'est un point d'étape valorisant, mais ce n'est qu'une étape ». Revendiquant aujourd'hui 150 boutiques et corners, la marque compte porter ce chiffre à 250 sur la surface du globe. De quoi poursuivre la trajectoire de croissance de Ba&sh qui sera donc passé de 47 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 à 115 millions en 2017.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER