×
Publicités
Publié le
2 mars 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Balibaris: Julien Schneider nommé directeur général

Publié le
2 mars 2022

C'est un spécialiste du digital qui prend la direction de l'enseigne française de prêt-à-porter masculin premium Balibaris. Julien Schneider, qui depuis deux ans oeuvrait en tant que vice-président du retail et du digital de Lacoste en Amérique du Nord, a pris la direction générale de la marque qui célèbre ses dix ans d'existence. 


Julien Schneider, nouveau directeur général de Balibaris - Julien Pichot


Le dirigeant quarantenaire, qui se dit être "le client type" de Balibaris, prend le relais de Nathalie Haddad qui était en poste depuis 2017 et va rester en tant que conseil et actionnaire dans la société. Paul Szczerba, le fondateur conserve lui ses prérogatives sur le style du label.

Pour Julien Schneider, cette prise de fonction est un changement de décor radical. Il passe d'un groupe réalisant plus de deux milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel à une entreprise qui, avec ses ventes en ligne et ses 60 points de vente, entend franchir la barre des 50 millions d'euros.

"C'est particulièrement excitant pour moi, avance le dirigeant. Dans mon parcours professionnel, j'ai par deux fois eu la casquette d'entrepreneur, en lançant une start-up au début de ma carrière que j'ai revendue quatre ans plus tard. Mes dernières expérience étaient dans de grosses marques avec des problématiques internationales, mais j'aime les réalités et la proximité du terrain d'une marque comme Balibaris. D'autant qu'elle est en plein essor".

Le dirigeant, séduit par Paul Szczerba et le fonds Expericenced Capital Partners qui est actionnaire de la marque, va apporter cette vision et cette maîtrise des process acquis dans des structures de tailles supérieures. Avec un défi: développer l'omnicanalité du label. Spécialiste du digital, le dirigeant a entre 2019 et 2021 dirigé les opérations retail et digital de Lacoste Outre-Atlantique. 

"Pour moi c'était l'opportunité d'être au contact des problématiques des équipes de magasin et du client final. C'était une brique qui me manquait dans mon expertise omnicanale, précise-t-il. Et quoi de mieux que les Etats-Unis pour se former à cela". Avant cela, le dirigeant quarantenaire, avait en effet un parcours essentiellement lié au commerce en ligne. Après la vente de sa start-up en 2007, il avait rejoint Pixmania en tant que directeur commercial Europe et développé la place de marché du commerçant en ligne. Passé par CSI France, Lebara Mobile et France Billet, Julien Schneider a rejoint la Fnac dirigée par Alexandre Bompard, d'abord avec pour mission de revoir la billetterie en ligne de l'enseigne, puis pour donner un nouvel élan au site marchand de l'entreprise, avec la mise en place d'une stratégie e-commerce sur différents marchés. 

Lorsqu'il prend la direction de Lacoste, Thierry Guibert le recrute et lui confie de volet digital de la marque. Un développement de l'omnicanal porté entre 2016 et 2019. Le dirigeant explique que "l'omnicanalité était de 6-7% en 2016. Elle était de 35% fin 2021. J'ai aussi déployé au niveau du groupe une solution technique dans 120 pays en m'inspirant de la culture digitale très développée au Japon, en Chine et surtout en Corée du Sud".

"Julien Schneider est un nouvel atout pour notre marque, explique Paul Szczerba, fondateur de Balibaris. Son expertise en matière de e-commerce va permettre à Balibaris de développer une stratégie omnicanale sur mesure, adaptée à ses spécificités et à son histoire. Il ne s’agit pas seulement de prendre un tournant mais bien de s’emparer pleinement sur cette voie désormais incontournable".

Bien sûr chez Balibaris, les enjeux ne sont pas les mêmes que chez Lacoste, mais avec son spectre élargi, le dirigeant doit impulser une vision orientée sur le digital dans tous les aspects de l'entreprise. Aujourd'hui les ventes omnicanales de la marque représentent plus de 10% du chiffre d'affaires, mais l'ambition est grande: "devenir la référence de l'expérience omnicanale dans la mode homme". 

Pour cela, le nouveau directeur général veut développer les solutions pour les clients que ce soit l'utilisation de tablettes en magasin, la possibilité de payer dans les différents type de moyens de paiements physiques ou digitaux, proposer de réaliser des commandes hybrides entre achat physiques et digitaux dans le magasin avec une seule facture, mais aussi développer l'unification des stocks, renforcer la qualité des services ship from store, retrait en magasins...

"L'avantage c'est que je maitrise les partenaires avec qui nous travaillons comme Shopify ou Cegid et que tous les fondamentaux sont bien en place, explique le dirigeant. Nous allons pouvoir avoir un développement très soutenus des solutions. Avec les premières réalisations pour le mois d'avril. Je veux aller très vite pour proposer les solutions à nos clients le plus tôt possible". 

Des développements qui doivent permettre à la marque de s'armer tout au long de 2022, pour avoir les outils pour déployer ses projets en plus grand dans les prochaines années, sur l'homme mais aussi la femme, qui a été officiellement lancée en octobre 2021.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com