×
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
28 févr. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Balmain : Power pop à la française

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
28 févr. 2020

Cette saison, chez Balmain, c'est la culture populaire française qui était à l'honneur. D'ailleurs, la bande-son du défilé enchaînait les tubes de New Wave et de disco pop française.


Balmain - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Paris - © PixelFormula


Dès le premier titre — "Envole-moi" de Jean-Jacques Goldman, un incontournable des boîtes de nuit à une certaine époque — les mannequins se sont mis à arpenter le gigantesque podium construit à l'Espace Champerret : un espace assez commun construit dans les années 1970 qui, quand il n'accueille pas des défilés de mode, abrite plutôt des foires aux vins.

Après avoir planté son décor, Olivier Rousteing a ouvert les hostilités avec un escadron de longs manteaux à double boutonnage, qui transpiraient à la fois l'opulence et l'esprit rock'n'roll qui caractérisent son travail chez Balmain.

Cette saison, dans les quatre capitales de la mode, on a assisté au grand retour des volumes. Chez Balmain, Olivier Rousteing en a livré une interprétation très personnelle — une série orientaliste de négligés tourbillonnants, sanglés dans des corsets en cuir et portés avec des cuissardes, qu'on retrouvait déclinées en cuir verni, associées à des boléros ultra-épaulés, des pulls matelassés ou des sahariennes kaki bordées de biais en cuir.


Balmain - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Paris - © PixelFormula


Puis, changement de ton : Olivier Rousteing a délaissé la boîte de nuit pour pénétrer dans l'arène, multipliant les imprimés équestres et les tenues d'amazones, munies d'arcs et de flèches. En y allant peut-être un peu trop fort sur les broderies — le créateur avait manifestement décidé de lâcher prise —, avant de changer à nouveau de cap, et de proposer des costumes aux coupes audacieuses, et des trench coats armurés portés avec des pantalons moulants. Car on ne peut le lui enlever, le roi de la frime à la française reste un tailleur surdoué.  

Si les volumes sont revenus en force, cette saison, les podiums ont également été assaillis par les mannequins légendaires des dernières décennies. Olivier Rousteing a invité Esther Cañadas et Helena Christensen à clôturer son show, avant de saluer son public en sautillant. Le créateur n'a jamais manqué de panache, surtout quand il s'agit d'aller récolter sa moisson d'applaudissements.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com