Bangladesh: Uniqlo "étudie" l'accord pour la sécurité dans le textile

© 2013 AFP - Le propriétaire de la marque japonaise de vêtements Uniqlo a indiqué qu'il "étudiait" l'opportunité de signer ou non un accord mondial sur la sécurité des usines textiles au Bangladesh, un mois après la mort de plus d'un millier d'ouvriers dans l'effondrement d'un immeuble.

"Nous étudions l'opportunité ou non de signer. Nous n'avons pas décidé pour l'instant", a expliqué mardi à l'AFP un porte-parole du groupe Fast Retailing, propriétaire de la marque Uniqlo.

De nombreuses marques de vêtements, comme l'espagnol Zara et le suédois H&M, ont rallié ces derniers jours un accord visant à renforcer la sécurité dans l'industrie textile au Bangladesh. Parmi d'autres géants de la distribution vestimentaire, les américains Wal Mart et Gap n'ont pas signé.

Modèle Uniqlo printemps-été 2013

"Nous avons commencé à faire ce que nous pouvons dès maintenant" pour renforcer la sûreté des installations au Bangladesh, a assuré le porte-parole de l'entreprise japonaise, évoquant notamment des contrôles sur la sécurité anti-incendie.

Proposé par les confédérations syndicales internationales IndustriALL Global Union et UNI Global Union, l'accord institue entre autres un "inspecteur en chef" indépendant des entreprises et des syndicats, chargé de "concevoir et mettre en oeuvre un programme d'inspection de la sécurité incendie crédible et efficace".

Il prévoit également "un ou plusieurs experts qualifiés" devant "mener un examen complet et rigoureux des normes et règlements actuels dans le bâtiment pour les entreprises de prêt-à-porter".

Les conditions très précaires de la sécurité des installations manufacturières au Bangladesh se sont rappelées crûment à l'attention du public lors de l'effondrement du Rana Plaza, un immeuble de neuf étages à Savar, le 24 avril dans la banlieue de Dacca. Cette catastrophe a fait 1.129 morts.

Le Bangladesh est, derrière la Chine, le deuxième exportateur au monde de vêtements, et le secteur textile, qui s'appuie notamment sur la main d'oeuvre féminine, représente 80% de ses exportations.

Fast Retailing a expliqué qu'il se fournissait à 70% en Chine, le reste provenant essentiellement des pays d'Asie du Sud-Est. Le groupe n'a pas souhaité préciser la part représentée spécifiquement par le Bangladesh.

Parmi la trentaine de distributeurs signataires de l'accord figurent une majorité d'européens dont l'Italien Benetton et le Français Carrefour.

La liste a également recueilli les signatures de l'Américain PVH (Tommy Hilfiger et Calvin Klein), de l'Allemand Tchibo, ainsi que de Tesco, Primark, El Corte Ingles, jbc, Mango, KiK, G-Star, Aldi, New Look, Mothercare, Loblaws, N Brown Group, Stockman, WE Europe, Esprit, Next, Lidl, Switcher, Charles Vögele et A&F.TOKYO, 28 mai 2013 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterTextileMode - DiversIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER