×
Publicités
Publié le
12 oct. 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Barbara Bui: "Nos vêtements ne sont pas faits pour être jetés"

Publié le
12 oct. 2020

Barbara Bui revient sur le devant de la scène avec une nouvelle boutique à Paris au format original. La griffe française vient de s’implanter sur la rive gauche, non loin de Saint-Germain-des-Près, se dressant au numéro 1 de la rue Grenelle, à proximité immédiate de la place Michel Debré (anciennement carrefour de la Croix-Rouge) et de la rue de Sèvres. En dépit de la crise liée au Covid-19, la maison a décidé d’investir cette prestigieuse adresse, auparavant occupée par La Perla, séduite par la visibilité de l'emplacement et l'agencement des lieux.
 

La créatrice dans sa nouvelle boutique - Barbara Bui


Se déployant sur trois niveaux de 30 mètres carrés chacun, l’espace, pour qui la fondatrice éponyme de la marque a eu "un véritable coup de cœur", est doté de grandes baies vitrées, visibles de toutes les rues du carrefour. La marque s’était déjà installée rue de Grenelle dans le passé. Située plus loin dans l’artère et trop excentrée, avec une offre axée sur les accessoires, l'adresse avait été fermée. D’autant que dans le même quartier, le label dispose de son magasin historique de la rue des Saints-Pères.
 
"Les deux boutiques seront complémentaires. Rue des Saints-Pères, la cliente trouvera toute la collection et l’ensemble de notre offre, alors que cette nouvelle adresse proposera une sélection de pièces, en fonction d’un thème couleur, matière ou autre, qui changera chaque mois, ainsi que l’ambiance grâce à un mur d’accueil lumineux mouvant proposant un habillage de couleurs ou de visuels différents à chaque fois", nous explique Barbara Bui, qui souhaite appliquer ce concept à ses autres boutiques.

L’espace s’articule autour d’un escalier central en forme d’ellipse, tandis que quelques pièces design s’intègrent dans un écrin minimaliste, des meubles aux formes galbées signés Paulin et des tabourets laqués Reda Amalou, ainsi qu’un jeu de lumières colorées inspiré de l’artiste James Turrell. Avec son cadre aux tons neutres ivoire et blanc, le sol en marbre clair, et son système d’accrochage épuré, où les vêtements sont suspendus comme dans une exposition, le lieu se prête aux transformations.

"Le magasin de la rue de Grenelle s’apparente à un showroom. L’idée est d’y renouer avec la tradition des boutiques conviviales et intimistes, tout en redynamisant l’espace de vente. La crise du Covid-19 nous a amenés à réfléchir sur les rythmes du système de la mode, soumis à une course perpétuelle, qui ne correspondait plus à grand-chose. Le plein hiver sera donc commercialisé durant l’hiver", poursuit la fondatrice.
 

La nouvelle adresse sur la rive gauche de la marque - Barbara Bui

 
Autre nouveauté, la forte corrélation entre les thématiques de la boutique et les contenus éditoriaux et visuels de l’e-shop, qui est géré en interne depuis 2017 (après avoir été lancé avec Yoox), dans le but de servir le client de manière intégrée on et off line avec force et cohérence. "Il y a un énorme travail d’image sur les photos et les vidéos, qui alimentent notre site, pour faire découvrir les vêtements et un style à travers des histoires, des groupes de couleurs, etc. C’est devenu une grosse partie de mon travail", glisse Barbara Bui.
 
Ouverte depuis quelques semaines, la nouvelle boutique a reçu un très bon accueil, s’enthousiasme la styliste, qui raconte : "Les gens découvrent ou redécouvrent la marque. Y compris la ligne masculine, lancée il y a tout juste trois saisons, qui est encore une petite collection avec quelque 25 modèles. Son offre est plutôt centrée sur le jour, sans trop d’apparat. Mais ce n’est pas du sportswear, c'est un jour chic avec un côté un peu sensible".
 

L'homme trouve aussi sa place



Le masculin complète idéalement le vestiaire féminin de Barbara Bui, conçu pour des femmes de caractère à l’esprit libre, avec son tailoring structuré aux coupes nettes ainsi que les incontournables pièces rock en cuir et celles masculines en tissu grain de poudre.

Tout est conçu dans l’atelier de création à Paris, tandis que la production est réalisée en Europe, en Italie pour les accessoires et en Asie pour certains tissus. Les prix de vente avoisinent les 1.000 euros pour une veste, 1.200 pour un manteau, 850 pour une robe et 350 pour un pantalon ou des chaussures.


Le mur lumineux à l'entrée changera d'habillage tous les mois - Barbara Bui

 
"Nous avons un positionnement à part, dans un haut de gamme plus accessible, avec une offre très qualitative proposée au juste prix. Ce qui nous garantit des clientes très fidèles. Nos vêtements ne sont pas faits pour être jetés à peine achetés. Ce sont des vêtements pérennes, qui se patinent avec le temps", affirme Barbara Bui.
 
Avec cette ouverture, la marque détient aujourd’hui trois adresses sur Paris, rue de Grenelle, rue des Saints-Pères et son flagship de l’avenue Montaigne. Elle compte également deux boutiques à l’étranger, ouvertes avec ses partenaires revendeurs en Ukraine (Odessa) et en Espagne, et est distribuée à travers 200 points de ventes multimarques dans le monde, son premier marché étant l’Europe, suivi par les Etats-Unis, la Russie et l’Asie.
 
Avec la crise financière de 2008, la maison a vu fondre ses ventes. Trois années de restructuration l’ont amenée à réduire ses effectifs à 62 personnes et à réorganiser son réseau de vente direct en fermant ses boutiques parisiennes de la rue Etienne Marcel, puis de la rue des Francs-Bourgeois et du Faubourg Saint-Honoré. En 2018, la maison avait réussi à renouer avec la croissance (+2%). Mais depuis, le mouvement des Gilets jaunes et la conjoncture se sont fait sentir, et le chiffre d’affaires est passé de 13,9 millions d’euros en 2018 à 11,324 millions d’euros en 2019.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com