×
6 792
Fashion Jobs
BLEU LIBELLULE
Chef.fe de Projet Digital F/H
CDI · MONTPELLIER
METHODEWEB
Chef de Projet Digital
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Acheteur(se) Fournitures PAP & Accessoires
CDI · PARIS
JULES
Buyer Sustainable
CDI · ROUBAIX
WINNING SEARCH
Responsable Wholesale France - Nooz Optics
CDI · PARIS
GROUPE ARMAND THIERY
Chef de Produit/ Acheteur Textile H/F
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Contrôleur de Gestion Anglais Courant H/F
CDI · NANTERRE
MICHAEL PAGE
Responsable Ressources Humaines France H/F
CDI · SAINT-MICHEL-DE-FRONSAC
KIABI
CO-Leader (Directeur Adjoint de Magasin) Geispolsheim (H/F)
CDI · GIVORS
PVH CORP.
Responsable Stock (M/F/X) - Tommy Hilfiger - la Vallée Village - CDI
CDI · SERRIS
PVH CORP.
Key Accounts Controlling Manager (M/F/X)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Senior Account Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger & Calvin Klein - CDI 35h
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Directeur Comptabilite H/F
CDI · PARIS
PVH CORP.
Payroll Manager Pvh (Calvin Klein & Tommy Hilfiger) CDI (M/F/X)
CDI · PARIS
AMERICAN VINTAGE
Chef de Projet Production Content
CDI · SIGNES
MODELOR
Responsable Régional H/F
CDI · PARIS
RMS
Responsable de Secteur Centre - H/F - Cosmétique Végétale, Angers
CDI · ANGERS
AXENTIA
Commercial Terrain H/F
CDI · PARIS
FROM FUTURE
Directeur Régional (H/F)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
MAISON FRANCIS KURKDJIAN
Chef de Projet Core Fragrances H/F
CDI · PARIS
GROUPE CHANTELLE LINGERIE
Contrôleur(se) de Gestion Industriel et Logistique H/F
CDI · CACHAN
KIABI
Leader Region Sud-Ouest (H/F) - CDI
CDI · MÉRIGNAC
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
8 avr. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Barbour affichait une belle dynamique avant la pandémie

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
8 avr. 2021

Barbour vient de révéler ses résultats de l’exercice fiscal conclu fin avril 2020. Particulièrement significatifs, ils incluent notamment sur deux mois pendant lesquels la pandémie causait déjà un impact.


Barbour


L’entreprise reconnaît d’ailleurs que cet impact a été "important" pendant le dernier trimestre de son exercice, mais ses revenus montrent tout de même une progression, malgré une baisse de ses bénéfices.

Au cours de cette période de douze mois, le chiffre d’affaires a augmenté de 7,8 % à 242,8 millions de livres (280,80 millions d’euros). Cette belle performance est, selon la société, due à la solidité de ses marques et à la cohérence de sa stratégie à long terme, malgré un contexte difficile.

En revanche, la marge brute est passée de 54,2% à 49,4%. Le bénéfice d’exploitation a lui aussi diminué, passant de 38 millions de livres (43,95 millions d’euros) à 35 millions de livres (40,48 millions d’euros). La même tendance se répète pour le bénéfice net, à 28,94 millions de livres (33,47 millions d’euros) contre 31,37 millions de livres (36,28 millions d’euros) l’année précédente.

La marque a au moins le mérite de rester dans le vert, avec une comptabilité solide et une trésorerie de 97,4 millions de livres (112,64 millions d’euros), en augmentation par rapport aux 87,2 millions de livres (100,85 millions d’euros) de l’année précédente. Cela va lui permettre de se concentrer sur ses projets d’investissement à long terme, comme le développement technologique ou la responsabilité environnementale.

Barbour Europe, la branche opérant en Allemagne, en Autriche, en Suisse et au Bénélux, réussit même le tour de force de passer de pertes nettes de 398.000 livres (460.290 euros) l’année précédente à des bénéfices de 36.000 livres (41.634 euros) pour cet exercice, loin d’être mirobolants mais tout de même remarquables.

Le bénéfice d’exploitation pour cette région est de 147.480 livres (170.562 euros), après des pertes de 308.171 livres (356.402 euros) l’année précédente. L’entreprise a fermé l’une de ses boutiques afin de réduire ses coûts et d’augmenter sa rentabilité.

Les revenus de l’entreprise en Europe restent dans la continuité de ceux de l’année précédente, augmentant de 0,5 million de livres (0,58 million d’euros) à 21,1 millions de livres (24,40 millions d’euros). Toutefois, les canaux les plus profitables ne sont plus les mêmes: les boutiques physiques ont cédé la vedette au e-commerce, une tendance généralisée depuis le début de la pandémie en mars 2020.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com