×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
28 avr. 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Barcelona Bridal Fashion Week: une édition 2022 teintée d’optimisme

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
28 avr. 2022

Tous les économistes s’accordaient à le dire: après la pandémie, la reprise du secteur du mariage serait exponentielle. Après les restrictions des deux dernières années, qui ont forcé les tourtereaux à se contenter de noces en petit comité ou à les reporter, 2022 devrait être une année record, d’après les estimations des spécialistes de Wedding Report. Le nombre de mariages prévus n’avait pas été aussi élevé depuis 1984, avec 2,47 millions de célébrations, contre 1,93 million en 2021 et 1,27 million en 2020, pour un coût moyen de 24.300 dollars (environ 22.700 euros) par mariage. Jusqu’en 2025, le nombre annuel de mariages devrait continuer à dépasser la barre des 2 millions: une aubaine pour les entreprises et les marques du secteur, après ces deux exercices marqués par une activité quasi-nulle en raison du Covid-19. Après la New York Bridal Fashion Week, qui s’est tenue dans la ville américaine en début de mois, le salon Barcelona Bridal Fashion Week a enfin retrouvé son format physique. Du 20 au 24 avril, il s’est à nouveau affirmé comme l’une des références européennes de la mode nuptiale.


La mannequin Esther Cañadas a clôturé le défilé de Pronovias - BBFW


“Nous sommes très contents de notre reprise après ces deux ans de pandémie. Le bilan est très positif pour les 34 défilés. Les 320 marques qui ont participé au salon ont bien vendu et les retours sont très enthousiastes“, se réjouit Estermaria Laruccia, interviewée par FashionNetwork.com. La directrice de l’événement souligne que “l’optimisme est omniprésent, tout le monde a envie de se retrouver et les participants sont enchantés d’assister à cet événement de référence en Europe pour réactiver l’industrie“.

Ce salon est organisé par Fira de Barcelona avec le soutien du Département de l’Entreprise et du Travail de la Generalitat de Catalunya. À quelques heures de sa fermeture, 18.600 participants avaient été comptabilisés, dont 65% d’étrangers. 1.170 acheteurs espagnols et internationaux ont fait le déplacement, invités par l’organisation. L’Europe, l’Amérique Latine, la Chine et les États-Unis font partie des marchés les plus importants pour le mariage, mais “Barcelone est l’endroit où il faut être. Nous sommes convaincus que la mode nuptiale fait partie intégrante de la mode à tous les niveaux“, argumente la dirigeante.

Après plusieurs éditions repoussées ou retoquées au format hybride pendant la pandémie, la nécessité de redynamiser le secteur était réel. Pour ce faire, un gala spécial avait été organisé avec les marques les plus fidèles à l’événement en octobre dernier, mais le retour des défilés et du salon professionnel a dû attendre jusqu’à sa date habituelle, en avril. “Nous n’avons pas oublié la pandémie, mais personne n’est disposé à tout arrêter à nouveau“, résume l’organisation, forcée de “cohabiter avec le Covid-19“. La journée d’ouverture de l’événement a coïncidé avec la date de fin d’obligation du port du masque en intérieur en Espagne, ajoutant encore à l’enthousiasme des participants.


Défilé de Rosa Clará - BBFW


“La frontière entre le digital et le monde physique est de plus en plus mince et la mode nuptiale doit se tourner vers des projets digitaux et connectés. Mais cette partie ne doit pas reproduire l’expérience physique: chaque proposition doit avoir son propre espace“, soutient Estermaria Laruccia, pour qui l’omnicanalité est une véritable nécessité. La plateforme BBFW Digital Experience, au service de ce nouveau format mixte d’événement, compte déjà 40.000 vues et restera en ligne jusqu’au 20 juin prochain.

Objectif: séduire les futures mariées



“Les salons physiques sont irremplaçables, surtout pour les professionnels, mais le digital est un support qui permet de créer du lien pendant plus longtemps. C’est un canal très utile dans le secteur du mariage, où toutes les entreprises sont maintenant plus prudentes et ont rallongé leurs périodes d’achat“, explique la dirigeante. Selon elle, “renouveler le concept“ permet aussi de toucher directement le consommateur final, ce qui n’était pas possible jusqu’à maintenant. “Nous sommes en train de passer d’une industrie BtoB à une industrie BtoBtoC. Au final, celles qui réactivent ce secteur, ce sont les mariées et c’est à elles que nous devons nous adresser. Il y a quelque temps, le mariage était passé de mode. Cette perception a changé, cette cérémonie attire de nouveau les jeunes et nous constatons de nouveaux phénomènes“, détecte-t-elle, citant le cas des robes à double emploi ou des secondes noces.

Depuis plusieurs éditions, la participation de griffes internationales de renom contribue à attirer l’attention des médias. Lors de celle qui vient d’être clôturée, les deux marques les plus attendues ont défilé le premier jour, avec une collaboration de Marchesa et la première présentation physique de la ligne Mariage de la firme néerlandaise Viktor&Rolf, qui a fait monter sur le podium plusieurs robes de mariées provenant de ses collection de haute couture.


Défilé de Nicole Milano - BBFW


Le défilé d’Atelier Pronovias était aussi très attendu des spectateurs étrangers et a eu lieu dans une ambiance festive au Pavillon d’Italie, à quelques mètres de la Fontaine Magique de Montjuïc. Inspirée de Versailles, la collection imaginée par Alessandra Rinaudo se composait de 44 robes fabriquées en Espagne. Réalisées à la main à l’aide de tissus français et italiens, elles sont conçues pour des femmes d’âges et de morphologies différentes. Parmi leurs caractéristiques, on retrouve des manches amovibles, des capes à volants, des corsets en dentelle, de longues traînes et de profonds décolletés. Le modèle le plus photographié est celui qui a défilé en dernier, porté par la mannequin espagnole la plus célèbre des années 1990, Esther Cañadas, aujourd’hui âgée de 45 ans. Ce modèle fait aussi partie des trois NFT présentés en édition limitée pour accompagner la collection.

L’étranger en ligne de mire



Passé dans le giron de BC Partners en 2017, le groupe Pronovias a aussi organisé le défilé de la griffe italienne Nicole Milano. Cette marque a rejoint le portefeuille de Pronovias il y a cinq ans et sa directrice artistique, Nicole Cavallo, a misé sur une collection romantique d’inspiration artistique.

Une autre griffe espagnole de référence, Rosa Clará, a présenté sa collection Couture 2023 lors d’un défilé aux lignes épurées et aux finitions élégantes, avec des robes midi et des looks minimalistes en crêpe élastique ainsi que des manches ajustables. Fondée il y a 27 ans, la marque est distribuée dans 4.000 points de vente dans 80 pays et se félicite d’avoir retrouvé les podiums, déjà certaine d’avoir dépassé le chiffre d’affaires antérieur à la pandémie.


Défilé de Nicolás Montenegro - BBFW


Décidément prolifiques, les marques espagnoles ne manquaient pas à l’appel: Isabel Sanchís et ses volumes, Yolancris et son style bohème-rock, Marco & Maria avec ses couleurs et ses transparences, Sophie et Voilà et ses lignes architecturales ou encore Nicolás Montenegro et ses broderies traditionnelles andalouses. Mais il n’y en a pas que pour ces dames: le tailleur italien Carlo Pignatelli et l’espagnol Ramon Sanjurio se chargeaient d’habiller ces messieurs.

Interrogée sur ses projets d’avenir, ses prochains invités d’honneur et la possibilité de trouver un nouveau sponsor officiel après le départ de la maison suisse Valmont, Estermaria Laruccia n’exclut aucune possibilité. “Nous laissons la porte ouverte et nous soupesons toutes les options. Nous ne voulons pas nous enfermer dans un concept“, conclut-elle. Les dates de la prochaine édition, en tout cas, sont d’ores et déjà fixées : du 19 au 23 avril 2023.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com