×

Berluti, entre sportswear chic et K-pop

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
today 18 janv. 2020
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

C’était la pagaille ce matin devant l’Opéra de Paris quand la star de la K-pop Sehun, du groupe EXO, a provoqué un énorme mouvement de foule sur les marches du célèbre bâtiment en sortant du dernier défilé Berluti. Un événement et une collection qui mettaient en lumière le changement de direction radical opéré par la marque ces trois dernières saisons, depuis que Kris Van Assche a pris les manettes de la griffe du groupe LVMH.


Berluti - Fall-Winter2020 - Menswear - Paris - © PixelFormula


La première silhouette de ce défilé de vendredi midi disait tout : un costume croisé bleu vif aux lignes racées, digne d’un méchant Yakuza sorti d’un polar à la Kurosawa, avec un pull col roulé rouge, mais complété par une paire de grosses baskets funky multicolores. Bien loin de l’esprit gentleman d’origine, qui a longtemps marqué Berluti, mais pour autant tout à fait plausible.

Le deuxième passage proposé par Van Assche débordait de luxe à la Berluti : un costume croisé à carreaux gris à la ligne ultra mince, sous un blouson aviateur à la Memphis Belle, dans le cuir patiné lustré emblématique de la maison – et porté par un mannequin noir éblouissant, qui aurait pu passer pour le petit-fils de Marvin Gaye.

Pour le reste, c’était à ce jour la collection la plus audacieuse en termes de couleurs de tous les podiums de mode masculine européens – des manteaux de ville en pied-de-poule vert émeraude lumineux, ou plus sensationnel encore en violet impérial de Clongowes Wood. Un cache-poussière en cuir de poney citron amer porté sur un costume en Prince de Galles jaune ludique par une femme, et Bella Hadid en tailleur bleu saphir de crooner de matinée. Manifestement ravie, celle-ci s’est attirée un grognement énamouré audible dans la fosse réservée aux photographes.


Berluti - Fall-Winter2020 - Menswear - Paris - © PixelFormula


Avec Isabelle Adjani pour reprendre avec émotion la chanson classique de Serge Gainsbourg, Pull Marine, remixée dans une bande-son formidable, le créateur a passé la vitesse supérieure avec des manteaux en intarsia de fourrure et des blousons marbrés imprimé graffiti, avant de décliner une formidable série de trenchs et parkas mouchetés et éclaboussés de peinture. Il est venu saluer en haut des escaliers du Palais Garnier sous des applaudissements considérables.

« Ces éclaboussures ne sont pas juste des imprimés, il y en a qui sont faites à la main aussi. Sur chaque look, vous trouverez des détails faits main. C’est l’objectif de la collection. Vous savez, j’entends beaucoup dire que le sportswear et le streetwear sont passés de mode, mais je crois que la question, c’est seulement de faire du bon sportswear et du bon streetwear. Oui, Berluti est une marque de savoir-faire et de luxe haut de gamme. Mais tout ça coexiste avec des baskets et du sportswear haut de gamme », déclarait le créateur, avant de poser avec Sehun, le chanteur d’EXO.

Quelques minutes plus tard, Sehun quittait l’opéra sous haute-sécurité, sans pouvoir éviter néanmoins d’être submergé par des centaines de fans hurlant – encore une fois, la rencontre entre la rue et le luxe.
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com