×
Publicités
Publié le
20 févr. 2023
Temps de lecture
3 minutes
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

BHV: le projet de reprise sera exposé aux salariés le 20 mars

Publié le
20 févr. 2023

Le 16 février, le groupe Galeries Lafayette annonçait être entré en négociations exclusives avec la Société des grands magasins (SGM) pour lui céder à Paris le mythique Bazar de l'hôtel de ville, ainsi que le BHV Parly2, qu'il détenait depuis 1991. Les 1.300 salariés vont voir leur entreprise changer de propriétaire d'ici la fin du premier semestre 2023, alors que leur directrice depuis 2018, Amandine de Souza, a quitté son poste il y a quelques semaines, nous indique la direction du groupe Galeries Lafayette, confirmant une information de LSA.


En 2020, le prêt-à-porter a quitté le rez-de-chaussée du magasin pour le premier étage, laissant plus de place à l'univers maison - FNW


Le groupe SGM aura donc la liberté de faire évoluer le concept du grand magasin, lui qui est spécialiste de la relance d'actifs commerciaux de centre-ville. "La Société des grands magasins nous présentera son projet le 20 mars prochain lors d’un comité social et économique central, nous serons donc très attentifs à sa viabilité. Mais selon les premières informations dont nous disposons, leur intention est de rester dans un esprit de grand magasin. Ce projet peut paraître risqué, mais il a l'air ambitieux et nous devons nous montrer optimistes", expose à FashionNetwork.com Florine Biais, déléguée syndicale CGT au BHV Marais, où elle travaille depuis 1991.

"Notre inquiétude concernait la pérennité de l’emploi. Il semblerait que celle-ci soit maintenue tout comme l’ancienneté, ou encore le 13ème mois. Donc c’est une bonne chose, même si les accords d’entreprise peuvent changer", poursuit-elle.

Décrit comme non rentable, le magasin serait selon elle à l'équilibre: "si l’unité perd en exploitation pure, les rentes immobilières obtenues grâce aux locations d’espaces dans son enceinte et dans les rues aux alentours, compensent les pertes. C’est un magasin qui ne coûte rien", affirme Florine Biais. Le chiffre d'affaires annuel des deux magasins BHV avaient atteint 330 millions d'euros avant-crise, en 2019.

Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé, Les Echos indiquant simplement que lot du BHV avait été valorisé autour de 500 millions d'euros par des experts en immobilier. Une montant qui semble "bien sous-évalué", pour la déléguée CGT.

Côté offre, la mode a déjà réduit la voilure pour laisser plus de place aux articles liés à la maison, et au bricolage, pilier historique. La Société des grands magasins affectionne la 'cornerisation' (à savoir l'implantation d'enseignes tierces), un principe déjà décliné au sein du BHV Marais, avec par exemple la présence en shop-in-shop de Boulanger, ou encore de La Redoute. Un sillon qui va sans doute continuer d'être creusé, tout comme l'aspect convivial et rassembleur d'un point de vente (avec de la restauration, des loisirs et des activités…), que cultive la jeune foncière de la famille Merlin (déjà repreneuse auprès du même groupe de sept magasins Galeries Lafayette en régions).

Dans Paris, le BHV conserve un positionnement plus populaire et mass market que La Samaritaine côté Rivoli ou les grands magasins du boulevard Haussmann. Le retour des touristes internationaux pourrait tout de même lui bénéficier (même s'ils ne représentent qu'environ 15% de son activité), alors que la perspective des Jeux Olympiques de Paris 2024 s'impose comme un rendez-vous commercial potentiellement marquant pour la capitale.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com