×
6 857
Fashion Jobs
HERMES MAROQUINERIE
CDI – Chef de Projets Visual Merchandising & Expérience Client (H/F)
CDI · PANTIN
MONOPRIX
Responsable Bureau d'Etudes PAP (f/h) f/h
CDI · CLICHY
PROMOSTYL
Coordinateur Commercial International
CDI · PARIS
HERMES SERVICES GROUPES
Responsable Services Logistique Manutention et Propreté H/F
CDI · PANTIN
BALENCIAGA S.A.
Balenciaga - HR Business Partner Corporate
CDI · PARIS
PRINTEMPS
Manager Des Ventes (Chaîne - Rattaché au dm) H/F
CDI · CAGNES-SUR-MER
JIMMY FAIRLY
Chef de Produits
CDI · PARIS
ORCHESTRA PREMAMAN
Acheteur Textile H/F
CDI · SAINT-AUNÈS
GRAIN DE MALICE
Contrôleur de Gestion Achats Textile H/F
CDI · MARCQ-EN-BARŒUL
BONS BAISERS DE PANAME
Chef de Produit Maroquinerie et Chaussures / Coordinatrice de Collection
CDI · PARIS
VAN CLEEF & ARPELS
Retail Analyst
CDI · PARIS
UNIQLO
Agent de Sécurité et de Prevention Des Pertes - Uniqlo Lyon Carnot
CDI · LYON
ORCHESTRA PREMAMAN
Traffic Manager H/F
CDI · SAINT-AUNÈS
PALLAS
Attaché Commercial
CDI · PARIS
CITY ONE
Superviseur H/F Chief Happiness Officers Bilingues Anglais à l’Aeroport d'Orly en CDI
CDI · PARIS
Z
Contrôleur de Gestion Opérationnel H/F
CDI · SAINT-CHAMOND
AMERICAN VINTAGE
Chargé(e) de Projets CRM (H/F)
CDI · SIGNES
FASHION CONSULTING
Charge de CRM
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional Retail (H/F) - Centre
CDI · TOURS
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Normalisation Luxe PAP Femme H/F
CDI · PARIS
CHRISTOFLE
Expert E-Commerce
CDI · PARIS
LIVY
Acheteur Junior H/F
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
Publicités

Birmanie : marques et ONG prennent la défense du salaire minimum

Publié le
today 21 juil. 2015
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Plusieurs industriels menacent de délocaliser hors Birmanie si le secteur textile n’est pas exempt du salaire minimum récemment instauré. Deux organisations internationales de travailleurs, soutenues par de grandes marques, appellent le gouvernement à ne pas céder.

AFP


Les groupes GAP, Adidas, H&M, Tesco, Patagonia et douze autres grands acteurs soutiennent la démarche, entamée le 15 juillet avec l’envoi par la Fair Labor Association et l’Ethical Trading Initiative d’une lettre ouverte aux instances locales.

« Nous tenons à contrer cette idée des fabricants et associations du Myanmar que les salaires plus élevés vont dissuader les investisseurs étrangers », indique Ethical Trade. « Un salaire minimum qui a été négocié par toutes les parties devrait amener plutôt que dissuader les entreprises internationales à acheter des vêtements en provenance du Myanmar, en particulier les membres de l'ETI, qui se sont engagés à respecter les normes internationales des droits des travailleurs dans leurs chaînes d'approvisionnement. »

« Nous désirons tous voir le secteur du textile/habillement se développer en Birmanie, donc nous insistons pour que le gouvernement crée des bases d'investissements et de croissance dotées de conditions de travail et de compensation équitables pour les travailleurs », indique pour sa part la FLA.
 
A la mi-juin, environ 30 usines à capitaux chinois et 60 usines à capitaux coréens ont menacé de délocaliser dans un autre pays si le salaire minimum était approuvé. Il aura fallu un an de discussion entre syndicats, représentants des dirigeants et gouvernement pour la mise en place d’un salaire minimal de 2,9 euros (3 600 kyats) pour huit heures de travail journalier dans les usines de production textile.

Au premier trimestre, la Birmanie a ainsi fait son entrée au top 20 des fournisseurs de l’Union européenne en matière d’habillement, en s’installant au 18ème rang avec 82 millions d’euros de marchandises. Une progression spectaculaire de 74 % par rapport au 1er trimestre 2014.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com