×
5 716
Fashion Jobs
LUXURY OF RETAIL
Animateur Réseau Pharmacie - Lyon - Biotherm/ Kiehl's - CDI 35h- H/F
CDI · LYON
BACCARAT
Chef de Projet - Développement Nouveaux Produits H/F
CDI · BACCARAT
MAJE
Responsable Production Accessoires - CDD H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chef de Produit - PAP Homme Premium (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Planification - PAP Femme Maison Française de Luxe (F/H) CDI
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus Collection Créateur - PAP Luxe (H/F)
CDI · PARIS
EKYOG
Directeur Generale
CDI · PARIS
CLAUDIE PIERLOT
Gestionnaire de Stocks H/F
CDI · PARIS
BONPOINT
Gestionnaire de Stock / Conseiller de Vente - Flagship F/H
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
CONFIDENTIEL
Directeur Des Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial & Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
BALMAIN
Coordinateur.Rice Transport Amont ou Aval H/F
CDI · PARIS
MAISON CLOSE LINGERIE
Responsable Des Ventes Wholesale International
CDI · MARSEILLE
PACO RABANNE MODE
Chef de Produit Accessoires Cuirs H/F
CDI · PARIS
THE FRANKIE SHOP
Chef de Produit
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · AMIENS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · LILLE
LACOSTE
CDI - Senior Demand Planner Emea jv &Amp; Partners F/H
CDI · PARIS
TAPE À L'OEIL
Chargé de CRM H/F
CDI · WASQUEHAL
GROUPE IKKS
Chargé(e) de Paramétrage (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
BLUE BOX
Responsable de l’Identité Visuelle et Merchandising France H/F
CDI · L'UNION
Publicités
Par
AFP
Publié le
28 janv. 2019
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Bleuforêt et Labonal, le pari made in France de deux manufactures textiles de l'Est

Par
AFP
Publié le
28 janv. 2019

« On maîtrise la fabrication, autant produire chez nous ! » : deux manufactures textiles des Vosges, Bleuforêt, et d'Alsace, Labonal, misent sur la fabrication française de collants fins pour le premier et de chaussettes pour le second, pour se démarquer.


Des jambes bleu-blanc-rouge, le pari de deux manufactures textiles de l'Est - S.BOZON/AFP


Depuis fin novembre, les rayons des grandes et moyennes surfaces alsaciennes, fief de Labonal (La Bonneterie d'Alsace), accueillent « La Frenchie », une toute nouvelle gamme de chaussettes « 100 % françaises ». « Tous les fournisseurs, une dizaine, sont basés dans l'Hexagone », assure Dominique Malfait, à la tête de la PME fondée en 1924 à Dambach-la-Ville (Bas-Rhin).

La manufacture, qui emploie 90 personnes, a déniché un récolteur de lin dans le Nord, des producteurs de fil dans le Sud-Ouest et en Champagne-Ardenne, des filateurs de lin et coton et des filatures et teintureries dans les Hauts-de-France et les Vosges. « Au total, La Frenchie apporte du travail à un millier de salariés » dans le pays, a calculé Dominique Malfait.

Un liseret bleu-blanc-rouge sur les chaussettes et la mention « 100 % France » en grands caractères sur l'emballage attestent la production nationale. Deux labels, obtenus par le fabricant, légitiment son caractère bleu-blanc-rouge : « Origine France Garantie » et le très exigeant « France Terre Textiles », élaboré par les professionnels du secteur.

Différents sondages auprès des consommateurs « montrent une propension croissante au fil des années à "plutôt" acheter français, être sensible au pays de fabrication, rechercher une marque de caractère qui se différencie », rappelle le dirigeant alsacien.

A Bleuforêt, marque de Tricotage des Vosges, installée à Vagney (Vosges), la réflexion d'une fabrication de collants fins en fils synthétiques est née après l'échec de la reprise d'un fabricant de ce produit en 2015.

L'usine vosgienne fabrique 30 000 paires par jour de chaussettes et collants en fibres naturelles, vendues en grande distribution et magasins.

« On maîtrise la fabrication, autant produire chez nous », résume André Leidlinger, directeur de production de la société, qui est aussi propriétaire d'Olympia depuis 2010.

Machine équipée d'un système automatisé d'assemblage, quinze métiers à tisser, atelier aménagé à part dans l'usine, formation de techniciens, bonnetières et opératrices de confection... La marque a investi 1,5 million d'euros pour filer ses premiers collants en polyamide et lycra en mars 2017. Les paires, confectionnées en fil écru, sont ensuite teintées à Romilly (Aube).

« Notre objectif était d'atteindre les 300 000 paires. On a dépassé les 200 000 paires en 2018 », détaille André Leidlinger. « Une tendance qui va dans le bon sens, c'est un gros chantier commercial. On est partis de zéro, dans un marché où nous n'étions pas attendus et qui n'est pas extensible », ajoute-t-il.

En 2019, les six collections de collants aux « titrages, coloris et opacités différents" seront présentes dans 250 à 300 points de vente.

« Acheter français »

Le prix d'un collant Bleuforêt varie de 6 à 15 euros. « C'est un peu plus cher, mais pas deux fois plus cher », souligne le responsable vosgien. Labonal vend ses paires « La Frenchie » de 6 à 9 euros.

L'enjeu est de convaincre le consommateur moyen d'opter pour « un achat français », plutôt que de choisir une paire de chaussettes importée à 3 euros dans les hypermarchés ou sur le Web.

« Le consommateur doit intégrer la notion de coûts cachés, ce qu'il fait trop peu encore », observe Catherine Aubertin, une des coordinatrices de France Terre Textiles, faisant référence aux impacts environnementaux et aux conditions de travail dans les pays « low cost ». « A partir de là, vous regardez autrement deux étiquettes aux prix très différents », insiste Catherine Aubertin.

Labonal mise sur « La Frenchie » pour remonter son chiffre d'affaires - 7,5 millions d'euros - et consolider son rebond, après avoir connu un redressement judiciaire en 2017.

Bleuforêt, qui compte 168 salariés, s'appuie sur « la qualité, la réactivité pour le réassort, l'adaptation au cahier des charges des distributeurs » pour s'installer durablement parmi les collants fins. Et s'intéresse désormais aux mi-bas « pour gagner de la présence en magasin, développer notre marque et obtenir d'autres parts de marché », souligne André Leidlinger.

Les deux manufactures sont les derniers grands fabricants français de chaussettes, avec Perrin à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et Kindy à Moliens (Oise).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.