×
Publicités

Bocage déploie son service de seconde main hors les murs

Publié le
14 sept. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Des souliers Bocage reconditionnés entament désormais une deuxième vie chez d'autres distributeurs mode. Après avoir ouvert un premier corner de vente d'occasion "Comme Neuves" il y a un an dans sa boutique nantaise, l'enseigne de chaussures du groupe Eram passe la seconde sur la voie de la circularité en dupliquant son service de seconde main hors les murs. Des tests tous azimuts, qui s'accompagnent du lancement prévu mi-septembre de la plateforme web de revente "Comme Neuves".


L'espace "Comme Neuves" au BHV Marais - DR


Depuis début septembre et pour un mois, Bocage bénéficie d'un petit emplacement aux Galeries Lafayette Haussmann et au BHV Marais pour présenter ses paires de seconde main. Une première expérimentation qui pourra amener un plus long partenariat si l'essai est concluant. Même principe dans la première boutique ouverte par le spécialiste de la vente de mode d'occasion Patatam, qui a intégré, à sa demande, un étal accueillant des souliers Bocage. Enfin, "Comme Neuves" se teste aussi en magasin d'usine dans le centre Marques Avenue de Corbeil-Essonnes. A chaque fois, 60 à 200 paires de seconde main sont présentées aux visiteurs.


L'affiche alertant les clientes au BHV Marais - DR


"Suite au succès de nos deux premiers espaces de seconde main dans nos boutiques, nous avons décidé d'accélérer notre transformation et sommes très sollicités par des villes et des magasins qui ont une vraie appétence pour 'Comme Neuves', raconte Clémence Cornet, directrice marketing de Bocage. Nous avons besoin de tester de nouveaux modèles : on s'ouvre à des choses que l'on aurait peut-être pas osées à une autre période. Aujourd'hui tous nos repères sont remis en cause, c'est maintenant qu'il faut se réinventer".

Les paires vendues dans ces corners n'ont été portées que quelques mois puisqu'elles alimentent en premier lieu le dispositif de location de la marque, "Atelier Bocage", qui a été lancé il y a deux ans. Après l'usage par une abonnée, ces produits sont reconditionnés (désinfection, remise en forme...) dans l'usine du groupe à Montjean-sur-Loire et affichés à un prix de vente réduit de 50 % par rapport aux paires neuves. Pour faire grossir les rangs des chaussures en circulation dans ses corners de seconde main, Bocage fait aujourd'hui appel à un nouveau gisement, celui de ses produits comportant un petit défaut et qui sont donc retoqués par les magasins.


Collection automne-hiver 20/21 - Bocage


Le service d'abonnement "Atelier Bocage" continue de fonctionner, même s'il a subi un petit coup d'arrêt pendant la crise sanitaire. Il fédère un millier d'abonnées actives, et l'objectif est d'en totaliser 1.500 d'ici la fin d'année. "Nous sommes convaincus que l'automne-hiver est propice au développement de ce type de service car les produits de cette saison ont un prix d'achat plus important, une paire de bottes en cuir pouvant atteindre 200 euros", appuie-t-elle.

Fixé à 34 euros par mois (29 euros l'été), ce dispositif de location a été déployé dans 50 des 120 points de vente du réseau Bocage. Mais l'on peut désormais aussi souscrire en ligne, en recevant la paire que l'on souhaite louer à domicile ou dans un point relais, sans passer par un magasin. "Cela rend notre offre de location accessible partout en France", se félicite Clémence Cornet.

Collecte et revente, pour le compte de la cliente



Autre projet de rentrée, et non des moindres, Bocage entend proposer à ses clientes de revendre pour leur compte une paire de chaussures de l'enseigne dont elles souhaitent se séparer. Une façon de capter les ventes Vinted... Quatre boutiques de la marque, à Paris, Nantes et Angers proposeront ce service : les paires seront reconditionnées par l'équipe de vente dans un petit espace cordonnerie installé sur place, d'une façon plus light que la remise en état brevetée qui est effectuée à l'usine pour "Comme Neuves".

La cliente fixe le prix de vente en accord avec la vendeuse, et si la paire trouve preneuse, elle peut empocher ce montant ou choisir un bon d'achat abondé de 30% par Bocage. "Le but est ici d'aider les clientes à donner une seconde vie à leurs chaussures Bocage. Et si cela fonctionne, d'étendre cette solution à d'autres marques concurrentes", envisage Clémence Cornet.

Pour déployer une stratégie en matière de seconde vie, l'heure est donc à l'ouverture entre les marques et leurs clients, mais aussi en interne entre les acteurs du monde de la mode.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com