×
6 655
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Bocage teste un espace seconde main à Nantes

Publié le
today 17 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Il y a un an tout pile, Bocage lançait un abonnement permettant à ses clientes de louer des paires de chaussures neuves et de pouvoir en changer tous les deux mois, moyennant 34 euros mensuels. Nommée « L’Atelier Bocage » et ayant pour l'heure séduit 800 clientes, cette initiative se renforce aujourd’hui du nouveau service « Comme neuves », concrétisant l’ambition de l’enseigne du groupe Eram de s'inscrire dans une logique de mode circulaire. Ce dernier se matérialise par un corner de revente d’occasion en magasin, commercialisant à prix barrés les souliers Bocage portés et rendus par les abonnées, après reconditionnement.


L'espace alloué aux chaussures "Comme neuves" dans le magasin nantais. - Bocage


Un premier test a débuté le 10 octobre dans le magasin de Nantes (20 Rue d'Orléans), qui constitue un laboratoire pour la marque aux 120 points de vente dans l’Hexagone. Un meuble à compartiments présente les paires de seconde main étiquetées à -50 % par rapport à leur prix initial.

"Nous allons ensuite installer en début d’année 2020 un corner de 25 mètres carrés dans notre nouvelle boutique de la rue de Rivoli à Paris", annonce Clémence Cornet, directrice marketing de la marque née en 1966 en Vendée. L'enseigne va ainsi déménager sur cette artère, au numéro 90, pour prendre possession d’un emplacement de 150 mètres carrés.

La seconde main en magasin va progressivement s’étendre à d’autres magasins du réseau français, à l’instar de « L’Atelier Bocage » qui a débuté dans six boutiques et est dorénavant proposé dans une cinquantaine de points de vente.

Il faut par ailleurs pouvoir bénéficier d’un vivier assez important de paires louées et rendues afin d'alimenter les corners seconde main. "La contrainte est de respecter la saisonnalité. Ce sont les paires de l’hiver dernier que nous vendons dans le corner de Nantes, précise Clémence Cornet. Or, c’était le démarrage du projet de location, qui s’est fait en douceur mais qui aujourd’hui dépasse nos prévisions. Nous allons également monter en puissance sur la seconde main."

En magasin, quid de la concurrence de ces paires à moitié prix à proximité immédiate des nouvelles collections ? "On sait maintenant que la seconde main dépassera le marché de la mode classique d’ici cinq ans. On se doit d’y aller, et de créer notre propre levier pour générer du trafic en magasin."

Et Clémence Cornet d'ajouter : "Le corner à Nantes interpelle les clientes ; cela permet à l’équipe de vente de présenter également notre service de location. Et surtout, elles peuvent se rendre compte de la qualité de ces produits remis en état". L’hygiène étant en effet le frein principal à l’achat de paires d’occasion.


Reconditionnement opéré sur le site de Montjean-sur-Loire. - Bocage


Ainsi, avant d’être proposées à la revente, les paires estampillées « comme neuves » (qui n’ont pas été portées plus de trois à quatre mois auparavant) sont envoyées dans l’usine du groupe dans le Maine-et-Loire pour être reconditionnées, c’est-à-dire qu’elles subissent un nettoyage antibactérien, une remise en forme pour qu’elles reprennent leur volume d’origine, ainsi qu’un embellissement (polissage, cirage…).

Cette diversification sur le plan de la seconde main s’accompagnera chez Bocage d’un volet digital : début 2020, le site marchand commeneuves.fr sera mis en ligne. Et les souliers shoppés sur le net seront à retirer dans une des boutiques du réseau de la chaîne. Pour fermer la boucle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com