×
Publié le
22 déc. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Boohoo change d'auditeur sur fond de polémique

Publié le
22 déc. 2020

Le détaillant de mode en ligne Boohoo a déclaré lundi que son conseil d'administration avait approuvé la nomination de PKF Littlejohn, basé à Londres, comme auditeur. Un remplacement de son partenaire de longue date, le cabinet PwC, qui intervient alors que le remaniement de sa gouvernance d'entreprise se poursuit.


DR


Le Financial Times avait rapporté en octobre que PwC s'était désengagé du dossier, craignant de son incidence sur sa propre réputation. Boohoo, qui vend des vêtements, des chaussures, des accessoires et des produits de beauté de sa propre marque destinée aux 16-40 ans, s’était retrouvé au printemps au cœur d’une polémique outre-Manche suite à un reportage évoquant les conditions de travail dans des usines sous-traitantes de la ville de Leicester, dans le centre de l'Angleterre.

Suite aux réactions vives déclenchées par le reportage, Boohoo avait accepté les recommandations d'une étude indépendante, commandée en juillet, qui avait trouvé plusieurs défaillances dans sa chaîne d'approvisionnement. Selon l'entreprise, l’enquête avait révélé que certains travailleurs de sa chaîne n'avaient pas toujours été correctement rémunérés pour leur travail et que de nombreux travailleurs n'étaient pas pleinement conscients de leurs droits et de leurs obligations.

Le rapport avait défini six mesures pour s'attaquer à ce problème, notamment la nomination de nouveaux administrateurs indépendants au sein de son conseil d'administration, l'inscription de la conformité de la chaîne d'approvisionnement comme point permanent des réunions du conseil et la formation de deux comités chargés de surveiller les risques pour l'entreprise et la conformité de sa chaîne d'approvisionnement.

Les dirigeants de Boohoo ont été entendus le 16 décembre par la Commission d’audit environnemental du Parlement britannique. Le directeur exécutif et cofondateur Mahmud Kamani a expliqué aux parlementaires que la croissance très rapide de la structure a conduit à certaines erreurs dans le choix de fournisseurs locaux. Les ponts auraient été coupés avec 64 prestataires situés dans le Leicester depuis un an, selon l’entreprise, qui met régulièrement en avant sa volonté de maintenir une production britannique.

“Nous sommes engagés auprès du Leicester”, a indiqué le dirigeant. “Une fois que nous serons en mesure de travailler de façon plus concertée avec les fabricants, nous devrions pouvoir augmenter notre production et nos unités dans la région (...). Il serait très facile pour nous d’emmener notre production à l’étranger. Beaucoup de gens dans l’industrie de la mode l’ont fait. Nous, nous sommes toujours ici et parfois, juste parfois, nous avons l’impression d’être puni pour cela."

(avec Reuters)

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com

Tags :
Autres
Business