×
5 691
Fashion Jobs
Publicités

Boohoo, l'inépuisable ascension de l'e-commerçant anglais

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 15 janv. 2020
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'attrait pour le modèle de Boohoo et ses marques ne semble pas faiblir. Le groupe britannique, un spécialiste de la vente en ligne qui a récemment racheté Karen Millen et Coast, deux labels assez différents de ses autres marques PrettyLittleThing (PLT), Nasty Gal et MissPap, a vu son chiffre d'affaire augmenter de 44 % à 473,7 millions de livres (554,2 millions d'euros) sur la période de septembre à fin décembre 2019.


Boohoo


Région par région, le Royaume-Uni a connu une hausse de 42 % pour atteindre 255,8 millions de livres (299,7 millions d'euros) et le reste de l'Europe de 57 % à 69,6 millions de livres (81,4 millions d'euros). Les États-Unis ont bondi de 57 % à 110,6 millions de livres (129,4 millions d'euros), et le reste du monde a enregistré une augmentation de 13 % à 37,7 millions de livres (44,1 millions d'euros).

Seule ombre au tableau : la marge brute sur quatre mois a chuté de 70 points de base à 53,5 %, en raison de pressions intenses sur les prix.

Si l'on examine les performances de chaque marque, Boohoo a généré sur la période un chiffre d'affaires de 232,6 millions de livres (272,3 millions d'euros). La marge brute pour les quatre mois s'est élevée à 52 %, en baisse de 20 points de base.

Le chiffre d'affaires de PLT a augmenté de 32 % à 190,8 millions de livres (223,3 millions d'euros). La marge brute pour la période a chuté de 130 points de base à 55,1 %. Les ventes de Nasty Gal ont fait un bond de 102 % à 41,5 millions de livres (48,6 millions d'euros). La marge brute sur quatre mois, à 54,3%, n'a diminué que de 10 points de base.

Aucune information détaillée n'a été donnée sur Karen Millen, Coast ou MissPap : il faudra visiblement attendre que l'entreprise ait exploité ces marques plus longtemps pour voir comment elles se portent. Mais selon le PDG du groupe, John Lyttle, "les marques récemment acquises sont très prometteuses et ouvrent différents marchés cibles pour le groupe, en accord avec la stratégie de construction de notre plateforme multimarque".

Pour l'exercice en cours (jusqu'à fin février), la société fondée en 2006 à Manchester prévoit une croissance de son chiffre d'affaires comprise entre 40 % et 42 %, au-delà de l'objectif précédent de 33 % à 38 %.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com