×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
1 oct. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Boohoo poursuit son ascension malgré des difficultés au deuxième trimestre

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
1 oct. 2021

Boohoo Group dépasse un nouveau record de ventes au premier semestre. En progression constante, l’entreprise a publié jeudi ses résultats du premier semestre et se rapproche inexorablement du milliard de livres (1,16 milliard d’euros). Ses parts de marché ont doublé au Royaume-Uni et aux États-Unis au cours des deux dernières années.


Pour les six mois allant jusqu’au 31août, les ventes de la société ont augmenté de 20% d’une année sur l’autre avec 976millions de livres (1,135 milliard d’euros). Par rapport à 2019, elles ont gagné 73%. - Debenhams


Avec 85 millions de livres (98,85 millions d’euros), l’EBITDA ajusté accuse cependant un recul de 5%, dû aussi bien "à la rentabilité exceptionnelle de l’an passé", qu’aux investissements massifs censés doper la croissance de l’entreprise. Par rapport à 2019, l’EBITDA ajusté est en hausse de 40%, malgré une augmentation de 26 millions de livres (30,24 millions d’euros) des frais de transport et de logistique.

Autre changement: le marché cible potentiel de l’entreprise s’est "largement élargi et représente maintenant jusqu’à 500 millions de clients potentiels sur [ses] principaux marchés". La formule magique ? Plusieurs acquisitions effectuées l’an dernier. Les marques achetées, dont Debenhams, ont été absorbées et relancées au cours du premier semestre.

Bien évidemment, cette hausse d’activité a nécessairement été accompagnée d’une amplification de la capacité de stockage et de distribution de l’entreprise. Elle est maintenant capable d’absorber des ventes nettes de plus de 4 milliards de livres (4,65 milliards d’euros).

Boohoo souligne que la reprise de la demande a été particulièrement notable courant août, principalement au Royaume-Uni mais aussi sur plusieurs de ses principaux marchés étrangers, comme l’Irlande et la France. "Le taux de croissance a repris son accélération", constate avec satisfaction l’entreprise. Et la tendance s’est confirmée en septembre:  "le taux de croissance des ventes nettes a augmenté par rapport à celui du deuxième trimestre financier".

C’est une bonne nouvelle, car si l’on regarde plus attentivement le premier semestre, les performances du deuxième trimestre "ont pâti de taux de retours au Royaume-Uni retrouvant les niveaux d’avant la pandémie, de la réouverture des boutiques, de l’incertitude ayant conduit les clients de certains marchés à annuler d’importants événements sociaux et leurs vacances, ainsi que des bouleversements liés au Covid-19, qui continuent de toucher les principaux marchés internationaux du groupe et affectent les délais de livraison à l’étranger".

Cela n’empêche pas l’entreprise d’être optimiste pour l’avenir. Comme mentionné précédemment, elle investit massivement dans ses nouvelles marques et vise une croissance annuelle de ses ventes comprise entre 20 et 25%, grâce à une croissance estimée de 20 à 30% au deuxième semestre.

La croissance, en nette accélération par rapport à celle du deuxième trimestre, devrait assurer de "solides" marges d’EBIDTA. L’entreprise va "poursuivre ses investissements dans ses marques existantes et ses nouvelles marques pour favoriser la croissance à long terme".

Mais "la hausse des frais à court terme au premier semestre devrait se poursuivre au deuxième semestre, tout comme la récente augmentation des frais de transport dans notre chaîne d’approvisionnement et l’augmentation des salaires dans nos centres de distribution".

En conséquence, les marges d’EBITDA ajusté sont finalement attendues entre 9 et 9,5%, et non entre 9,5 et 10% comme évoqué précédemment. Les dépenses de capital devraient quant à elles se situer autour de 275 millions de livres (319,81 millions d’euros) pour l’année entière, légèrement au-dessus des prévisions antérieures de 250 millions de livres (290,74 millions d’euros).

Le PDG John Lyttle ne cache pas sa satisfaction: "Au cours des 18 derniers mois, le groupe a réalisé d’excellentes performances opérationnelles et financières, et c’est une reconnaissance du travail de tous ceux qui ont contribué à atteindre ces résultats".

"Nous sommes enchantés d’avoir doublé notre part de marché sur des marchés cruciaux pour nous et d’avoir largement élargi notre marché cible potentiel grâce à des acquisitions soigneusement sélectionnés. Nous sommes impatients de réaliser tout le potentiel de nos marques. Alors que nous entrons dans le deuxième semestre de l’année, notre groupe est en bonne position pour accélérer sa croissance et notre confiance dans nos objectifs à moyen terme reste inchangée".

Il ajoute: "Nous allons continuer à investir dans notre plateforme, nos équipes et notre technologie et nous comptons bien consolider notre position à l’avant-garde du e-commerce mondial de mode".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com