×
Publicités

Boohoo se montre optimiste malgré le coronavirus

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
23 avr. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Enfin : Boohoo a publié mercredi ses résultats 2019 et s’est aussi fendu d’une mise à jour de ses prévisions face à la crise du coronavirus. Malgré un plongeon des ventes de l'e-commerçant britannique en mars, l’activité amorce sa reprise en avril.


Boohoo


Les deux premières semaines de l’année financière, débutée le 1er mars, ont été marquées par d’excellents résultats, dans la ligne de ceux de l’année précédente. À partir de mi-mars, en revanche, la crise du coronavirus a commencé à faire sentir son impact, causant un « repli sensible de la croissance d’une année sur l’autre ». Mais la société veut nuancer : ses « performances se sont améliorées au cours des dernières semaines et le groupe voit la croissance de ses ventes reprendre en avril.»

Boohoo publie des prévisions « sous le signe de la prudence », malgré une confiance affichée en l’avenir. L’entreprise a apparemment soumis sa trésorerie à plusieurs tests de stress selon plusieurs scénarios, et pense pouvoir s’appuyer sur « une marge financière suffisante, grâce à une base de charges variables, un taux peu élevé d’érosion des capitaux et une comptabilité équilibrée avec 241 millions de livres (273,79 millions d’euros) de trésorerie nette à la fin de l’année.»

Plusieurs articles de presse se sont récemment fait l’écho d’inquiétudes des travailleurs, dénonçant des mesures de distanciation sociale trop laxistes. Mais l’entreprise s’en défend et affirme avoir « suivi toutes les instructions de confinement, de distanciation sociale et d’hygiène personnelle. L’immense majorité des équipes travaillant dans les bureaux opère maintenant à distance. Quant aux formidables travailleurs de nos entrepôts, ils ont su s’adapter à ces protocoles de travail complètement nouveaux. Nous contrôlons le respect de toutes les procédures de distanciation que nous avons mises en place. Nous sommes en contact permanent avec eux et travaillons sans relâche pour garantir l’application de ces nouveaux processus, fournir les équipements nécessaires, et plus important encore, préserver la satisfaction et la bonne santé de nos équipes. Leur sécurité et leur bien-être sont nos principales priorités.»

Le groupe s’est aussi engagé à « accompagner [ses] fournisseurs en les payant à temps en leur garantissant des conditions de paiement révolutionnaires pour le secteur. Nous avons aussi mis en place un fonds d’urgence pour les aider pendant cette période difficile.»

John Lyttle, le PDG de Boohoo, souligne que si les récents événements « ont évidemment jeté une ombre au tableau de l’excellente année 2019 qu’a connue Boohoo, ils ont aussi révélé ses principales forces. Notre activité est basée sur notre agilité et notre souplesse et c’est dans ce genre de situations que ces capacités sont testées. Même si des incertitudes pèsent à court terme sur les marchés où nous opérons, le groupe est soutenu par sa comptabilité équilibrée. Notre plateforme multi-marques peut encore être développée et nous allons continuer à révolutionner le secteur de la mode dans le monde.»

Et il pourrait le faire en procédant à des acquisitions, en particulier des marques et d'enseignes. Il y a eu récemment des spéculations concernant son intérêt pour es chaînes Oasis et Warehouse qui ont été placées sous administration ce mois-ci et qui faisaient partie de la même société que Karen Millen et Coast.

Le groupe n'a pas commenté mais dispose de cash. Neil Catto, son directeur financier, a déclaré que la priorité était le bien-être de ses équipes et la gestion de la crise. Mais il a ajouté que le bilan était solide et qu'il a la capacité de saisir des opportunités "pour aider d'autres marques à traverser la crise". Il précise s'attendre à "de nombreuses opportunités" dans les semaines à venir et a déclaré que la société les examinerait.


Les chiffres de l'année dernière



Partons donc du principe que l’activité retrouvera rapidement la normalité, et revenons un instant sur les chiffres 2019. Au cours des douze mois allant jusqu’au 29 février, les revenus du groupe ont grimpé de 44 % pour atteindre un peu moins d’1,234 milliard de livres (1,4 milliard d’euros). Le bénéfice brut croît de 42 % à 666,2 millions de livres (756,83 millions d’euros), mais la marge brute passe de 54,7 % à 54 %, érodée par des investissements destinés à « développer les marques » du groupe. L’EBITDA ajusté est en hausse de 50 % à 126,5 millions de livres (143,71 millions d’euros). Le bénéfice avant impôts, quant à lui, gagne 54 % à 92,2 millions de livres (104,74 millions d’euros).

Tous les marchés affichent des ventes en croissance solide. Le Royaume-Uni affiche + 39 %, contre + 51 % à l’étranger. Les ventes internationales représentent maintenant 45 % du total, contre 43 % en 2018.

Les revenus de la marque Boohoo sont en hausse de 38 % à 600,7 millions de livres (682,42 millions d’euros). La marge brute perd 30 points de base et se situe à 52,6 %. Les revenus de PrettyLittleThing croissent de 38 % à 516,3 millions de livres (586,54 millions d’euros) avec une marge brute de 55,6 % en recul de 100 points de base. Les revenus de Nasty Gal ont bondi de 106 % à 98,8 millions de livres (112,24 millions d’euros) mais là encore, la marge brute de 54,2 % perd 250 points de base.

Pour finir, la société conclut sur une bonne nouvelle : le nombre de clients actifs a bondi en 2019, en croissance à deux chiffres pour ses trois marques propres. En revanche, les performances de MissPap, Karen Millen et Coast, trois marques acquises récemment par Boohoo, n’ont pas été révélées.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com