×
Par
AFP
Publié le
20 janv. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Burberry plombé par la fermeture de magasins et inquiet des règles post-Brexit

Par
AFP
Publié le
20 janv. 2021

Le groupe britannique de luxe Burberry a vu ses ventes baisser de 4% lors des trois derniers mois de 2020, du fait de la fermeture de magasins face à la pandémie, et craint que les règles post-Brexit ne nuisent à l'attractivité du Royaume-Uni.


Burberry - Printemps-été 2021 - Prêt-à-porter féminin - Londres - © PixelFormula



Le spécialiste des vêtements et accessoires de luxe indique dans un communiqué mercredi qu'actuellement 15% de ses magasins sont fermés, et un tiers de ses boutiques fonctionnement avec des horaires réduits ou des restrictions.

Il évoque une "trajectoire incertaine" pour ces activités "compte tenu de la propagation de nouveaux variants plus transmissibles du Covid-19". Burberry s'attend par conséquent à des "perturbations" dans certaines régions du monde pour les trois premiers mois de l'année qui correspondent à la fin de son exercice décalé 2020-2021.

Au cours de son troisième trimestre, soit d'octobre à décembre, ses ventes ont baissé de 4% sur un an à 688 millions de livres. La chute atteint 9% dans ses magasins à périmètre comparable avec des performances contrastées suivant les régions. L'Asie-Pacifique a enregistré un bond de 11%, avec la reprise des économies, mais la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique a connu une chute de 37%. Sur le continent américain, la baisse est limitée à 8%.

Le groupe explique avoir été pénalisé par de moindres promotions et une réduction de la fréquentation des touristes, surtout en Europe.

"Dans le contexte actuel, être un groupe de luxe est à la fois un avantage et un inconvénient", note Richard Hunter, analyste chez Interactive Investor. Selon lui, la riche clientèle est moins sensible aux chocs économiques de la pandémie, mais dans le même temps, elle a l'habitude de voyager et d'acheter en magasin, ce qui n'est presque plus possible.

La marque à l'emblématique imprimé quadrillé, qui entend monter encore en gamme sous l'impulsion de son directeur général Marco Gobbetti, assure que la crise sanitaire ne modifie pas sa stratégie. "Malgré l'environnement difficile nous avons fait de bons progrès dans nos priorités stratégiques sur le trimestre", souligne M. Gobbetti. "Nos collections sont bien accueillies par une nouvelle clientèle, plus jeune, ainsi que par les clients existants", note-t-il.

Le groupe dit notamment avoir profité d'une campagne promotionnelle autour de Noël portée par Marcus Rashford, footballeur vedette de Manchester United.

Le patron explique que son activité a été soutenue par ses opérations en ligne dans certains marchés notamment en Chine et estime son groupe bien placé pour croître une fois la pandémie passée.

Le groupe dévoilera ses résultats financiers annuels le 13 mai. Au premier semestre, son bénéfice net avait été divisé par trois et son chiffre d'affaires avait fondu de 31%.

Enfin, Burberry a expliqué que la sortie de l'UE du marché unique le 1er janvier allait engendrer des coûts supplémentaires malgré l'accord commercial post-Brexit. Il s'attend à une "hausse modeste" des coûts en raison des nouvelles formalités aux frontières, évoquant notamment la "règle d'origine". Cette disposition soumet à des droits de douane des produits exportés du Royaume-Uni vers l'UE mais qui ne serait pas fabriqués sur le sol britannique.

Le groupe évoque en outre les règles qui s'appliquent sur la TVA, qui font que les touristes non-européens qui achètent au Royaume-Uni ne pourront plus bénéficier d'une détaxe. Burberry estime que cela va réduire l'attractivité du Royaume-Uni comme destination de choix dans les achats de produits de luxe, notamment auprès de la clientèle asiatique ou du Moyen-Orient.

Pour l'heure l'impact est modéré compte tenu des restrictions de déplacements mais il devrait être "plus important" quand les voyages reprendront, prévient-il.


Londres, 20 jan 2021 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.