×
6 954
Fashion Jobs
AMERICAN VINTAGE
Chef de Projet Ppo - Project Product Owner H/F
CDI · SIGNES
LACOSTE
Responsable Des Ventes (CDI) - Champs Elysees F/H
CDI ·
TOMMY HILFIGER
Key Account Manager (M/F/X) – Calvin Klein CDI
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Data Analyst H/F
CDI · PARIS
RMS
Directeur Commercial Retail & Affiliés - H/F - Mode Femme Premium - Paris
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Managers Des Ventes Montpellier (34) H/F
CDI · MONTPELLIER
BALMAIN
Head of Marketplaces Partnerships H/F
CDI ·
THE KOOPLES
CDI - Responsable Qualité F/H
CDI · PARIS
AXENTIA
Commercial Terrain H/F
CDI · PARIS
THE KOOPLES
CDI - E-Commerce Supply Chain Manager F/H
CDI · PARIS
LA HALLE
Chef de Projet CRM (H/F)
CDI · PARIS
VILHELM PARFUMERIE
Responsable Adv
CDI · PARIS
GROUPE IKKS
Responsable Achats Prêt-À-Porter Enfant - CDI
CDI · SÈVREMOINE
GALERIES LAFAYETTE
Manager Vente H/F
CDI · ANNECY
PAGE PERSONNEL
Commercial Plv Merchandising H/F
CDI · ÉPINAY-SUR-SEINE
PAGE PERSONNEL
Responsable E-Commerce H/F
CDI · AIX-EN-PROVENCE
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · ALFORTVILLE
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · FONTENAY-SOUS-BOIS
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · CRÉTEIL
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · MAISONS-ALFORT
CCLD RECRUTEMENT
Attaché(e) Commercial(e) H/F
CDI · ÉLANCOURT
MONOPRIX
Chef de Produit Junior Table et Cuisine F/H
CDI · CLICHY
Publicités
Publié le
30 mai 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

C-Log: découverte du premier hub e-commerce robotisé du logisticien de la mode à Poupry

Publié le
30 mai 2022

Division logistique du groupe français Beaumanoir, l'entreprise C-Log inaugure en ce mois de mai 2022 près d'Orléans, dans le département d'Eure-et-Loir, un site logistique de 18.000 mètres carrés. Fort de 25 collaborateurs et de 400 robots, le site doit permettre une livraison avant 10 heures pour toute commande passée par les partenaires avant 19 heures la veille, avec une capacité de 50.000 colis expédiés par jour. L'objectif étant de renforcer l'activité de logistique e-commerce de mode qui, en marge de l'approvisionnement logistique des points de ventes pour le compte de marques, pèse déjà 30% l'activité. Visite.


Les pièces arrivent des stocks bretons de C-Log, triés et répartis dans des bacs, destinés à un transstockeur - MG/FNW


Si l'entreprise bretonne a choisi Poupry, c'est parce la ville se trouve à proximité de l'A10 (vers le nord et l'ouest), A71 (vers le sud) et l'A19 (vers l'est). Pour l'heure seule l'un des trois blocs de 6.000 mètres carrés est exploité. Plusieurs fois par jour, des navettes arrivent et repartent avec les sites bretons de Saint-Malo et Pleudihen-sur-Rance, alimentant le site de Poupry selon une répartition des stocks calculée via un outil développé en interne.

Les stocks arrivent prédisposés dans des bacs anthracites offrant des espaces séparés. Dedans, selon les quantités, les produits sont séparés par taille et couleur, ou mêlés à d'autres pièces. "L'objectif est, tout au long de la chaîne, de maximiser les quantités que l'on va pouvoir stocker", nous explique le directeur de l'industrialisation Gwendal Buzulier.

Une logique de maximisation qui amène ces bacs à rejoindre un massif transstockeur, ensemble de rayonnages pouvant accumuler 60.000 de ces bacs sur 12 mètres de hauteur et près de 80 mètres de profondeur. Distance que parcourt une armée de "navettes", robots circulant à l'équilibre entre deux rayons à une vitesse de 10 mètres par seconde, et pouvant déplacer 4.000 bacs par heure.


Au sein du transstockeur, des navettes rangent et sortent les bacs à la vitesse, se déplaçant à 10 mètres/seconde - MG/FNW


Quand une commande est passée, le bac correspondant est extrait de ce grand mécano et conduit à un ascenseur l'emportant au sommet de la structure, où des tapis roulants l'emmènent vers huit opérateurs.

Ceux-ci vont être chargés de prélever dans le bac le produit correspondant. Tandis que le bac retourne au transstockeur, le produit est alors confié à un robot du modèle "Momo". Modèle conçu par les équipes C-Log de Saint-Malo et qui coûterait 2.500 euros, deux fois moins cher que les modèles disponibles sur le marché.

"Ce sont des robots aspirateurs qui n'aspirent pas, mais qui suivent un process unique qui répond à nos besoins", sourit fièrement le directeur général de C-Log, Benoît Garçon, tandis que le robot file maintenant sur une vaste surface plane, rejoignant ses compères portant les autres produits d'une même commande. Le moment venu, en basculant la "pelle" qui les surmonte, ils feront basculer leur passager dans un trou carré dessiné dans le sol.


Parmi les stocks extraits du transtockeur, un opérateur sélectionne le produit commandé, puis le confie à un robot "Momo" - MG/FNW


Les produit dévalent alors une chaussette bleue où ils vont se retrouver progressivement réunis. Un opérateur reçoit un feu vert, actionnant une trappe lui livrant l'ensemble des commandes qu'il va alors s'agir d'emballer et d'envoyer à l'expédition.

Non loin se dressent des rayonnages plus classiques, où les opérateurs viennent chercher manuellement des pièces trop massives, ou excédant les 2 kilos véhiculables par les robots. "Mais nous aurons bientôt de plus gros robots qui pourront prendre le relais", explique le chef d'équipe Vincent Champion, qui supervise cette étape de préparation. Est alors présenté un prototype de ces robots, déclinaison plus massive du Momo, et toujours Made in Bretagne.

Une activité e-commerce qui s'est accélérée



Il aura fallu quatre ans à C-Log pour développer entièrement en interne ce système tourné vers l'e-commerce. Fort de 750 collaborateurs et de 130 millions d'euros de chiffre d'affaires, le logisticien alimente les points de vente du groupe Beaumanoir (Cache Cache, Bonobo, Morgan…), de SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot), mais aussi Damart, Kickers, Eden Park, Jean-Paul Gaultier, et opère depuis 2020 pour le géant du luxe Richemont.


Les robots se regroupent par commande, puis vont déverser leur chargement dans le puits correspondant. A gauche, le transstockeur où les produits étaient stockés - MG/FNW


Né en 2002, C-Log a connu une très forte accélération de son activité ces deux dernières années. En particulier sur le segment e-commerce (30% de l'activité), qui s'est accéléré de 70% en 2020 et 45% en 2021. Seule la moitié de son activité logistique serait désormais liée aux enseignes du groupe Beaumanoir. Groupe qui réaliserait près de 15% de son chiffre d'affaires en ligne, et sur lequel C-Log entend continuer à calquer son domaine d'expertise.

"Le savoir-faire que l'on va développer est vraiment axé sur la mode", souligne Bertrand Chabrier, le directeur du développement. "L'objectif est pour nous d'être les meilleurs sur la logistique mode, en France dans un premier temps. C'est cela qui vient nous différencier des autres prestataires logistiques."


Intégrations logistiques de La Halle et Caroll



Le site de Poupry porte à 225.000 mètres carrés et dix entrepôts le parc logistique de C-Log, en comptant l'installation d'Anvers et l'unité récemment déployée sur le site multimodal "E-valley" de Cambrai. Mais surtout ce décompte intègre les sites des ex-marques du groupe Vivarte reprises dernièrement par Beaumanoir: celui de Montierchaume (Indre) historiquement exploité par La Halle, et celui de Caroll situé à Ascoux (Loiret).


Les produits déversés par les robots sont récupérés par un opérateur qui se charge de la préparation d'envoi - MG/FNW


"Les entrepôts de La Halle étaient très fatigués. Vivarte n'avait pas beaucoup investi dans la logistique depuis vingt ans, et la machine s'était enrayée", explique Bertrand Chabrier. "Ce qui était difficile, c'était d'arriver avec notre WMS (logiciel de gestion d'entrepôt) pour remplacer les deux existants. Il a fallu former les 150 personnes sur place. En deux mois, nous avions relancé l'activité à 85%, là où ce genre de transition logistique est souvent bien plus longue", explique le responsable. Il évoque par ailleurs une forte croissance de l'activité logistique de La Halle, au point de rattraper progressivement la part de vente en ligne des autres enseignes de Beaumanoir.

Rachetée en octobre par Beaumanoir, Caroll, une autre ex-enseigne de Vivarte, vit actuellement une transition similaire. "Caroll a un entrepôt qui fonctionne bien", pointe Bertrand Chabrier, évoquant les experts dépêchés dans l'entrepôt de la marque, situé dans le Loiret. "Ils sont revenus en disant que nous n'allions pas trop toucher à leur modèle. Reste simplement à homogénéiser les outils et les méthodes de travail. Ce qui va se faire tranquillement, petit à petit".

Cette intégration va se faire en parallèle des futurs développements d'automatisation portant sur l'emballage, le déchargement, l'expédition, auxquels s'ajoutent des trieurs haute cadence et robots de picking (prélèvement dans le stock) automatisé. Une automation qui, insiste Benoît Garçon, ne remplace pas l'humain. "Avec la robotisation, je ne fais pas d'économies: plus on a automatisé des sites, plus on a embauché, car ce sont ces sites qui se sont le plus développés. L'automatisation permet aux personnes, à profil équivalent, de faire d'autres tâches, car cette transition nous fait passer de 10 à 40 métiers."

Plus de métiers, mais un périmètre inchangé: C-Log entend rester dans la mode. D'où le développement en cours de dispositifs dédiés au stockage de vêtements suspendus, ou encore d'outils spécifiquement pensés pour faciliter la logistique de la chaussure.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com